Press review

10 May 2019

11h33 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm  est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.      

Parkinson : l’appendicectomie augmenterait les risques

Selon une étude américaine, présentée à la Digestive Disease Week (DDW) 2019, l’appendicectomie augmenterait les risques de développer la maladie de Parkinson ultérieurement, alors que des études européennes antérieures avaient affirmé le contraire, rapporte Frequencemaladie.com. Dans cette étude américaine, les scientifiques ont analysé des dossiers médicaux électroniques de 62,2 millions de patients. Parmi eux, ils ont identifié ceux qui avaient été opérés de l’appendicite, puis diagnostiqués Parkinsoniens au moins six mois plus tard. Sur les 488 190 patients ayant eu une appendicectomie, 4 470 (0,92 %) ont développé la maladie de Parkinson. Sur les 61,7 millions de patients restants, 177 230 patients (0,29 %) ont développé la pathologie neurodégénérative. Selon cette analyse, les patients ayant été opérés étaient donc trois fois plus susceptibles de développer la maladie de Parkinson que les autres. « Cette recherche montre un lien clair entre l’appendicectomie et la maladie de Parkinson, mais ce n’est qu’une association », explique Mohammed Z. Sheriff, directeur de l’étude. « Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ce lien et mieux comprendre les mécanismes impliqués », déduit-il.

Frequencemedicale.com, 09/05

Le surpoids en augmentation dans le milieu rural

Une étude, publiée le 8 mai dans la revue Nature, révèle que presque partout dans le monde, l’obésité progresse désormais aussi vite dans les villes qu’en dehors. Cette méta-analyse de 2 000 études menées sur 112 millions d’adultes originaires de 200 pays différents, de 1985 à 2017, démontre en effet que l’indice de masse corporelle (IMC) a augmenté de 2 points chez les femmes et de 2,2 chez les hommes ces dernières années. Soit un gain de poids de 5 à 6 kilos en moyenne par personne et plus de la moitié de cette hausse (55 %) « est due à l’augmentation observée dans les zones rurales », précisent les chercheurs. Dans certains pays à faibles et moyens revenus, jusqu’à 80 % de cette hausse sont enregistrés dans les campagnes. « Les résultats de cette étude contredisent l’idée communément répandue selon laquelle l’augmentation mondiale de l’obésité est due au fait que de plus en plus de gens vivent en ville, explique le Pr Ezzati, l’un des auteurs de l’étude. Les discours de santé publique ont tendance à se concentrer sur les aspects négatifs de la vie urbaine. En réalité, vivre en ville donne accès à une meilleure nutrition et à davantage d’exercice physique ». Selon les conclusions des chercheurs, la consommation d’aliments ultra-transformés, de boissons sucrées industrielles et le manque d’exercice physique, dû à un manque d’infrastructures dédiées et à la mécanisation de l’agriculture, contribuent à cette tendance.

Pourquoidocteur.fr, 09/05

En Bref

Dans son émission Télématin, diffusée hier, France 2 a indiqué que la Journée internationale de la fibromyalgie aura lieu dimanche. Un centre de prise en charge existe à Rosny-sur-Seine (78). Deux pistes de recherche (inflammation du cerveau, dépistage sanguin) sont menées. L’Inserm va livrer des recommandations à la fin de l’année, a-t-il été souligné.

France 2, 09/05

Le Fonds mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme a accordé un don sur deux ans de 34 millions d’euros au Tchad pour lutter principalement contre le VIH/sida, a annoncé la directrice Afrique centrale du Fonds, Tina Draser, à N’Djamena. Cette subvention doit notamment permettre « d’accroître le nombre de personnes séropositives sous antirétroviraux (ARV) » et traiter davantage « de femmes enceintes séropositives afin de prévenir la transmission du VIH/sida à leurs nouveaux nés », a-t-elle indiqué le 8 mai lors d’une conférence de presse. Au Tchad, pays de près de 12 millions d’habitants, 110 000 personnes vivent avec le virus et 5 800 autres sont infectées chaque année selon les dernières données de l’Onusida.

AFP, 09/05

Si rien n’est fait pour lutter contre l’antibiorésistance, ce phénomène pourrait devenir l’une des premières causes de mortalité en 2050, selon le rapport de l’économiste britannique Jim O’Neill en 2015, rappelle Le Figaro. Le quotidien rend compte d’une étude menée par des scientifiques de sept pays européens qui a consisté à aller chercher des gènes de bactéries résistantes dans les eaux usées traversant les stations d’épuration. Les premiers résultats montrent un lien direct entre la consommation d’antibiotiques et la quantité de bactéries résistantes retrouvées.

Le Figaro, 10/05

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube