Press review

19 January 2018

11h41 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Epilepsie : les médecins aidés par les ordinateurs

20Minutes.fr rend compte du projet Epinov, lancé il y a quelques jours et porté par une équipe de chercheurs de l’Inserm, de l’AP-HM, et des Hospices civiles de Lyon. Le site indique que ce projet représente une source d’espoir pour les milliers de personnes atteintes d’épilepsie. Les chercheurs du projet Epinov souhaitent s’appuyer sur un cerveau virtuel modélisé sur ordinateur, afin d’affiner leurs diagnostics et leurs connaissances de la pathologie du patient. « Chez ces patients, on essaie de trouver les zones de cerveau défaillantes, afin d’enlever celles qui sont génératrices de crise », indique Fabrice Bartolomei, chercheur de l’Unité Inserm 1106, spécialiste de l’épilepsie et porteur du projet Epinov. Les premiers essais cliniques débuteront dans cinq ans.

20Minutes.fr, 19/01 

En Bref

Dans le cadre des états généraux de la bioéthique, vaste concertation citoyenne lancée le 18 janvier 2018, Le Figaro souligne que de nombreux outils ont été mis en place pour sonder les Français. Parmi ces outils, un site internet sur lequel citoyens et experts pourront disserter sera lancé début février. Par ailleurs, sur le terrain, une soixantaine de débats et d’ateliers seront organisés jusqu’en avril dans les espaces éthiques régionaux. Sciencesetavenir.fr indique que « cette vaste concertation nationale » est dirigée par Jean-François Delfraissy, président du comité consultatif national d’éthique (CCNE). Sciencesetavenir.fr, 18/01, Le Figaro, 19/01
Libération souligne que si la loi de 2001 a rendu la stérilisation légale, les hommes et les femmes qui souhaitent y recourir se heurtent au refus des médecins et à la pression familiale. Nathalie Bajos, sociologue et directrice de recherches à l’Inserm, explique que « (…) la stérilisation est extrêmement peu utilisée, du fait de son statut tardif, mais surtout parce que la France se caractérise par une culture nataliste très forte ». Libération, 19/01
Marianne explique qu’« historiens, neurologues, psychiatres, chercheurs et praticiens étudient les conséquences des traumatismes qui ont bouleversé la société française, notamment dans le cadre du programme 13/11 » (en référence aux attentats du 13 novembre). Denis Peschanski, directeur de recherche au CNRS, indique : « Le 13 novembre 2015 a créé un véritable sentiment d’urgence. Avec Francis Eustache [neuropsychologue et directeur de recherche à l’Inserm], nous avons proposé notre projet : nos autorités de tutelle, les autorités politiques, le secrétariat d’Etat aux Anciens Combattants, le ministère de la Recherche, l’Agence nationale de la recherche, tout le monde nous a suivis ». Il ajoute : « Nous n’avons jamais vu une telle mobilisation (…) ». Marianne, 19/01

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube