Press review

20 November 2020

11h19 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Covid-19 : fortes baisses des contaminations à Paris

Le Monde indique qu’à Paris, le pic de contaminations au SARS-CoV-2 correspondant à la deuxième vague épidémique est passé. Les chiffres montrent une forte baisse des nouveaux cas de Covid-19, plus massive que dans le reste du pays. Depuis peu, cette décrue spectaculaire s’accompagne d’une légère diminution du nombre de patients hospitalisés, notamment en réanimation. Le nombre de morts, lui, ne marque pas encore d’inflexion, indique le journal. Paris est désormais le département le moins touché de la région parisienne, mais également l’un des quinze départements les moins atteints de l’Hexagone. Le virus frappe davantage en Corrèze ou dans le Jura. Dans les chiffres, la diminution du nombre de contaminations est sans doute un peu amplifiée par le fait que les cas détectés par les tests antigéniques ne sont pas comptabilisés. Mais le mouvement reste important. Dans toute l’Ile-de-France, « la circulation virale est moindre », observe également l’Autorité régionale de santé dans son point du mercredi 18 novembre. La capitale crée un conseil consultatif pour se préparer à une éventuelle troisième vague.

Le Monde, 20/11

Entretien avec Frédérique Vidal sur le projet de loi sur la programmation de la recherche

Le projet de loi sur la programmation de la recherche doit être voté définitivement au Sénat, ce vendredi. Dans un entretien aux Echos, la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal justifie les deux mesures récemment ajoutées au texte qui ont suscité une vive contestation. La première concerne le recrutement des enseignants-chercheurs. Un amendement sénatorial a introduit des dérogations aux règles actuelles de recrutement qui supposent une qualification préalable par le Conseil national des universités (CNU). La ministre martèle : « Il n’a jamais été question et il n’est toujours pas question de supprimer le CNU. C’est un raccourci qui montre à quel point parler du CNU est difficile pour un ministre de l’Enseignement supérieur. » Sur l’autre point de crispation, celui de la pénalisation des intrusions dans les universités, Frédérique Vidal affirme : « Veut-on préserver la capacité à débattre, à se mobiliser, à manifester dans une université ? La réponse est oui. Pour cela, il ne faut pas de conférences empêchées, ni d’affrontements entre black blocs et antifas dans des amphithéâtres ». « La loi, c’est avant toute chose un réinvestissement massif dans la recherche, des postes, des revalorisations, des rémunérations et plus de crédits dédiés à la recherche », rappelle Frédérique Vidal en égrainant quelques mesures : « 30 % d’augmentations de rémunération pour les doctorants, 5.200 emplois créés dans la fonction publique, 92 millions d’euros par an pendant sept ans, soit 644 millions pour revaloriser les 250.000 personnes qui travaillent pour l’enseignement supérieur et la recherche ». « On m’accuse de vouloir assassiner la recherche et l’université, déplore-t-elle. Le gouvernement n’investirait pas 25 milliards d’euros pour assassiner les universités ou la recherche française. »

Les Echos, Libération, 20/11

En Bref

La Tribune indique que dans la région grenobloise (Isère), deux acteurs innovants émergent dans le domaine de l’apnée du sommeil : le belge Sunrise, avec la technologie Sensapnea actuellement en essais cliniques à Grenoble, et Sleepinnov, qui lance cette semaine son premier appareil de traitement se voulant simplifié et « made in France ». Sunrise participe à un projet européen, valorisant sa technologie, aux côtés de l’Inserm, du CHU de Grenoble et de l’Université Grenoble-Alpes, précise le journal. Financé par l’Institut européen d’innovation et de technologie (EIT), le projet Sensapnea a pour objectif de développer et commercialiser un dispositif de diagnostic à domicile du syndrome d’apnée du sommeil, en s’appuyant notamment sur le capteur de mouvement de Sunrise.

La Tribune, 20/11

Sciences et Avenir rend compte d’un nouveau traitement très efficace, le Trikafta, qui soulage les poumons des patients atteints de la mucoviscidose. Paola De Carli, directrice scientifique de l’association Vaincre la mucoviscidose, explique : « C’est un traitement efficace dans 85 % des cas, mais il faudra être vigilants sur d’éventuels effets secondaires ». A l’occasion du Téléthon 2020, les 4 et 5 décembre, Sciences et Avenir fait le point sur les recherches en cours.

Sciences et Avenir, 01/12

La République démocratique du Congo (RDC) a officiellement déclaré, mercredi 18 novembre, la fin de la onzième épidémie d’Ebola de son histoire, marquée par la concomitance des urgences sanitaires, le recours aux vaccins et la lutte contre la corruption. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le virus a tué 55 personnes pour 130 cas dans la province congolaise de l’Equateur (nord-ouest).

Lemonde.fr, 19/11

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube