Press review

24 April 2020

12h01 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Confinement : plus de 60 000 vies sauvées

Une étude épidémiologique française révèle que le confinement a permis de réduire de 83,5 % le nombre de décès survenus à l’hôpital entre le 19 mars et le 19 avril, rapportent Les Echos. Le besoin en soins de réanimation aurait été supérieur à 100.000 lits, soit vingt fois la capacité initiale. Selon les trois chercheurs de l’EHESP et du CHU de Rouen, Pascal Crépey, Clément Massonnaud et Jonathan Roux, auteurs de cette étude, le confinement a permis d’éviter 61.739 décès à l’hôpital : au lieu de faire 73.909 victimes depuis le 1er mars, le virus a causé la mort de 12.170 personnes au 19 avril, soit une baisse de 83,5 % par rapport au pronostic. Il est à noter que ce calcul ne tient pas compte des décès survenus en Ehpad et à la maison. De plus, on peut supposer que la submersion du système de santé aurait entraîné des décès encore plus nombreux, si rien n’avait été fait pour briser la dynamique épidémique, souligne le quotidien. « Le confinement pourrait avoir évité autour de 590.000 hospitalisations et 140.000 admissions en soins intensifs sur l’ensemble du territoire métropolitain, soit des réductions respectives de 88 % et 91 % », écrivent les chercheurs.

Les Echos, 24/04

Eviter les mouvements de population lors du déconfinement

Le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, a estimé, hier, que les modalités du déconfinement prévu à partir du 11 mai devront éviter les déplacements de population entre zones touchées par l’épidémie de coronavirus et celles moins affectées. Interrogé par la mission d’information de l’Assemblée nationale sur le Covid-19, il a affirmé : « Ce qu’il faudra éviter ce sont les transports interrégionaux et les échanges de population entre des zones massivement touchées et des zones peu touchées, (ou) c’est comme ça qu’on va réactiver la circulation du virus. (…) C’est une attitude que l’on doit avoir lors du déconfinement, d’être très attentifs aux flux interrégionaux ». « On n’a pas d’explication sur la circulation virale et le fait qu’il y ait ou non des zones touchées. Les départements français sont touchés de façon extrêmement hétérogène alors que nous avons un système de santé assez homogène sur le territoire », a-t-il déclaré. « Le risque de reprise épidémique existe, il faut nous y préparer », a-t-il insisté, relevant que « l’immunité actuelle est faible, elle est faible dans le monde entier ». Et d’ajouter : « On ne va pas souhaiter une immunité collective alors qu’on part de 5,6 % [estimation par l’Inserm du taux de la population qui aura été infectée au 11 mai] et qu’on souhaite atteindre les 60 %, parce qu’il n’est pas question que la circulation virale se poursuive à un très haut niveau, il n’est pas question que nous acceptions de nouveaux morts en grand nombre ou de nouvelles personnes en réanimation avec des drames humains », a poursuivi le Pr Salomon.

AFP, Rtl.fr, Lexpress.fr, 20Minutes.fr, 23/04

En Bref

Le Monde rend compte des « premières réponses des chercheurs » concernant l’immunité face au Covid-19. Deux études de l’institut Pasteur – l’une pour évaluer la qualité des tests sérologiques et l’autre pour analyser avec ces tests un foyer épidémique dans l’Oise – détaillent la diffusion « sauvage » du coronavirus, explique le journal. Les anticorps contre le SARS-CoV-2 apparaissent dès le 5e ou le 6e jour de l’infection, avant même les premiers symptômes. Les personnes qui ont rencontré le virus ne sont protégées que pour une courte durée, probablement de deux ou trois ans. Et une deuxième infection serait a priori moins grave que la première, dans le cas des coronavirus. Avec des chercheurs du CNRS et de l’Inserm, les scientifiques de l’Institut Pasteur ont réalisé une étude pour évaluer la fiabilité de plusieurs modèles de tests, en particulier de deux types de tests sérologiques. Utilisés en particulier dans l’Oise, ces tests ont montré une grande fiabilité et pourraient être développés à plus grande échelle.

FranceInter.fr, 23/04, Le Monde, 24/04

Le magazine Elle présente ces « modélisateurs » « dont nous ne pouvons plus nous passer », mathématiciens, spécialistes des algorithmes, qui anticipent depuis des semaines l’évolution de l’épidémie de Covid-19. Parmi ceux-ci figure Vittoria Colizza, directrice de recherche à l’Inserm. L’hebdomadaire explique : « Cette brillante scientifique a montré qu’un arrêt de l’école de huit semaines et 25 % des adultes en télétravail pourraient réduire de 40 % le nombre des infections ».

Elle, 24/04

Lefigaro.fr s’interroge : « Pourquoi fait-on des rêves « bizarres » pendant le confinement ? » Perrine Ruby, chercheuse à l’Inserm, qui travaille au laboratoire Dycog (Dynamique cérébrale et cognition) du centre de recherche en neurosciences de Lyon, explique que « deux facteurs ont un impact sur le sommeil et les rêves : le changement de mode de vie (le nôtre est subitement devenu plus sédentaire) et le stress, autrement dit l’inquiétude face à cette maladie et l’impact qu’elle va avoir sur notre société ». « Pour évaluer l’impact de ce confinement sur nos nuits et savoir à quoi rêve la population confinée, la chercheuse et son équipe ont mis au point un questionnaire ouvert à tous », explique Lefigaro.fr. Elle se doute que les cauchemars seront plus nombreux : « On rêve de ce qu’on vit. Donc il est normal d’avoir des rêves plus négatifs », indique-t-elle.

Lefigaro.fr, 23/04

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube