Press review

29 May 2020

10h48 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Covid-19 : régression du virus un peu plus vite que prévu sur tout le territoire

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a dévoilé hier, lors de la présentation par le gouvernement de la deuxième phase de déconfinement, les nouveaux indicateurs de l’épidémie de Covid-19 en France. Mayotte, la Guyane et l’Ile-de-France demeurent en zone de vigilance. Sur l’ensemble de la population, on estime que seulement six personnes sur 100 000 sont infectées et il n’y a plus que 1,9 % de tests virologiques positifs. Le Premier ministre, Edouard Philippe, a estimé que la circulation du virus était « sous contrôle ». « Nous en sommes là où nous espérions être fin mai, même un peu mieux », a-t-il indiqué. Dominique Costagliola, épidémiologiste et directrice de recherche à l’Inserm, souligne : « (…) Il est normal de desserrer l’étau, de reprendre des activités sur l’ensemble du pays. Mais attention, le virus circule toujours et repartira en flèche si on se comporte de la même façon qu’avant février, sans mesures barrière ». Elle mise sur les tests de dépistage qui permettent d’isoler les malades et de prévenir les personnes avec lesquelles ils ont été en contact. « Aujourd’hui, on a les moyens de tester et de contrôler », assure-t-elle.

Les Echos, Le Parisien, 29/05

Doublement du nombre d’arrêts cardiaques en région parisienne pendant le confinement

Selon une étude de l’Inserm, publiée dans The Lancet-Public Health, le nombre d’arrêts cardiaques a doublé pendant le confinement en région parisienne. Ce travail, mené par le chercheur Eloi Marijon au Centre de Recherche Cardiovasculaire de Paris (Inserm/Université de Paris) en collaboration avec Daniel Jost (Brigade des sapeurs-pompiers de Paris), révèle qu’au cours des six semaines étudiées, soit du 16 mars au 26 avril, « 521 arrêts cardiaques hors hôpital ont été identifiés en région parisienne, soit un taux de 26,6 arrêts pour un million d’habitants », explique l’Inserm dans un communiqué. « Entre 2012 et 2019 à la même période, ce taux était de 13,4 arrêts cardiaques pour un million d’habitants ». « L’arrêt cardiaque extrahospitalier est un marqueur particulièrement intéressant, multifactoriel, qui nous permet d’évaluer en quelle mesure la communauté toute entière a été impactée par cette pandémie », explique Eloi Marijon. « Plus de 90 % des arrêts ont eu lieu à la maison, avec des témoins beaucoup moins enclins à initier un massage cardiaque et des délais d’intervention plus longs », écrit l’Inserm dans son communiqué, ajoutant que cela s’est « traduit par un taux de survie plus faible des patients à l’arrivée à l’hôpital » : « 12,8 % des patients identifiés étaient vivants à l’admission, contre 22,8 % à la même période les années précédentes ».

Francetvinfo.fr, 28/05

Lire le communiqué de presse du 28/05/2020: ”  Le nombre d’arrêts cardiaques a doublé pendant le confinement en région parisienne

En Bref

Le Figaro rend compte de « l’espoir d’une immunité croisée ». Une étude de biologie moléculaire, publiée dans la revue Cell, a permis d’observer la réaction, face à certaines protéines virales, de cellules d’individus infectés par Sars-CoV-2. « Mais la surprise est venue du groupe contrôle, relate le Pr Samira Fafi-Kremer, directrice du laboratoire de virologie du CHU de Strasbourg. [Les chercheurs] ont découvert que les cellules de certaines personnes non infectées par le Sars-CoV-2 y réagissaient quand même. Elles avaient reconnu le nouveau coronavirus sans l’avoir jamais rencontré. » Or ces personnes affichaient des anticorps contre d’autres coronavirus bénins, laissant penser que ces infections pouvaient induire une réponse immunitaire contre le Sars-CoV-2. « L’étude, jugée « novatrice » et « importante » par les spécialistes, va dans le même sens que des travaux récents menés à une étape ultérieure de la réponse immunitaire », indique Morgane Bomsel, chercheuse à l’Institut Cochin (CNRS/Inserm).

Le Figaro, 29/05

L’Assemblée nationale et le Sénat ont donné leur feu vert, mercredi 27 mai, à l’application pour smartphone StopCovid, qui permet de détecter des malades potentiels du Covid-19. Cet outil de traçage numérique devrait être téléchargeable dès ce week-end, afin de permettre à une personne atteinte du coronavirus d’alerter automatiquement tous les utilisateurs avec lesquels elle a eu un contact prolongé.

Le Monde, 29/05

Dans un entretien accordé à NouvelObs.com, Coralie Chevallier, chercheuse en sciences comportementales au département d’études cognitives de l’Ecole normale supérieure et à l’Inserm, qui a fait partie de l’équipe ayant travaillé, sous la houlette de Jean Castex, sur les modalités du déconfinement, explique : « Dans une situation exceptionnelle, les Français ont eu un comportement exceptionnel ». « Comme il n’y a ni traitement, ni vaccin contre la Covid-19, le seul médicament c’est de faire changer le comportement des gens. C’est ce qui s’est passé avec le confinement qui a été une exigence comportementale collective incroyable », ajoute-t-elle.

NouvelObs.com, 28/05

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube