Press review

06 November 2020

12h25 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Olivier Véran alerte sur une deuxième vague « violente »

Lors de son point de situation hebdomadaire sur l’épidémie de Covid-19 hier, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a affirmé : « La deuxième vague n’est pas une abstraction, elle est là et elle est violente ». Le directeur général de la santé Jérôme Salomon, a indiqué : « 58 046 personnes ont reçu un test positif hier. Ce sont les hospitalisés de demain, surtout s’ils sont fragiles ou âgés. » L’Europe est touchée très durement, la France plus encore que ses voisins et « près de 3000 nouveaux malades ont été hospitalisés en 24 heures, dont 347 en réanimation. Un patient sur quatre qui rentre en réanimation ne survivra pas. » « Nous devons respecter le confinement » et les mesures barrière, a insisté Olivier Véran, faute de quoi « cette deuxième vague serait plus haute, plus longue que la première », avec 7000 patients en réanimation (le pic du printemps) attendus « dès la mi-novembre », et « une probable stabilisation au moins jusqu’à la mi-décembre ».

Les Echos, Le Figaro, Le Monde, 06/11

Reports en masse d’opérations

Greffes de rein en souffrance, interventions des yeux annulées, pose de prothèse décalée… Le nombre de soins reportés n’en finit plus de grimper, explique Le Parisien. Pour aménager des unités de soins critiques Covid, les Hôpitaux de Marseille (Bouches-du-Rhône) ont déprogrammé cette semaine 70 % de leur activité chirurgicale, ne conservant qu’un tiers de leurs blocs « traditionnels ». Ceux de Paris ont dépassé les 50 % et cela pourrait s’accélérer encore dans les prochains jours. Depuis la semaine dernière, dans tous les établissements de France, le plan Blanc est activé. « Des déprogrammations, ce n’est jamais neutre, concède Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France, mais aujourd’hui, elles sont inévitables. La nécessité d’avoir des lits Covid, du personnel et des locaux dédiés est indiscutable », reprend-il alors que plus de 4 000 malades sont désormais en réanimation.

Le Parisien, 06/11

En Bref

Des chercheurs britanniques se sont penchés sur les conséquences des retards de traitements pour sept types de cancer et ont révélé qu’un mois de retard entraîne une augmentation des risques de décès. Plus le retard est long, plus le risque s’accroît, ajoutent-ils dans l’étude parue dans la revue BMJ. Les retards de traitement des cancers conduisent à une augmentation du risque de décès de 6 à 13 %. Pour le cancer du sein, un retard compris entre huit et douze semaines fait passer les risques de mortalité entre 17 et 26 %. La baisse des dépistages, estimée à 30 % pendant le premier confinement, pourrait se traduire par une augmentation de la mortalité par cancer entre 2 et 5 % d’ici à 5 ans.

Pourquoidocteur.fr, 05/11

Le Parisien Week-end brosse le portrait de Jean-François Delfraissy, immunologue de 72 ans, président du Conseil scientifique, qui « sorti de sa retraite pour mener bataille contre le Covid-19, a prévenu début septembre que le gouvernement devrait prendre « des décisions difficiles » ». Le journal souligne : « Les événements lui ont donné raison. Comme souvent ».

Le Parisien Week-end, 06/11

Dans un entretien accordé au Monde, l’épidémiologiste William Dab regrette que les mesures de lutte contre le Covid-19 soient prises trop tard. Selon lui, « le confinement allégé ne sera pas suffisant ». Il souligne que « les enfants peuvent ramener le virus à la maison sans le savoir et contaminer leurs proches ». Et d’ajouter : « Je serais étonné que l’on parvienne fin novembre à 5 000 contaminations par jour, objectif fixé par le président Macron. Je l’espère, mais obtenir ce résultat alors que les écoles sont ouvertes semble une gageure. Je m’attends plutôt à ce que ce confinement dure jusqu’au mois de janvier ».

Le Monde, 06/11

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube