Press review

07 February 2020

11h50 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

Nouveau coronavirus : des pistes de traitement

VirPath, un laboratoire universitaire lyonnais (Université Claude-Bernard/Inserm), espère trouver au plus vite, parmi la pharmacopée déjà existante, un traitement efficace contre le nouveau coronavirus 2019-nCoV qui a déjà fait plus de 560 morts, expliquent l’AFP, Le Figaro, Le Progrès et BFM TV. Ce laboratoire propose une stratégie originale au sein du consortium « REACTing », mis en place par l’Inserm pour faire face à des crises sanitaires comme la grippe H5N1, Ebola ou Zika. VirPath va aller chercher des médicaments utilisés pour des maladies qui n’ont a priori rien à voir avec une infection respiratoire comme le 2019-nCoV. « Nous caractérisons la signature moléculaire des cellules infectées, et sélectionnons des médicaments à la signature inverse », explique au Figaro le Pr Manuel Rosa-Calatrava, qui dirige le laboratoire. Et d’ajouter : « L’idée est d’induire un état cellulaire globalement défavorable à la réplication du virus. Cela permet de ne pas entraîner de résistance puisque nous ne ciblons pas le virus lui-même. »

AFP, 06/02, Le Figaro, Le Progrès, BFM TV, 07/02

Les ciseaux génétiques utilisés contre des cancers résistants

Le Figaro rapporte que des chercheurs de l’université de Pennsylvanie à Philadelphie publient les résultats du premier essai utilisant la technologie Crispr-Cas9 pour modifier les cellules immunitaires de trois malades atteints de cancers résistants. Les chercheurs américains, dirigés par Carl June, l’un des pionniers des CART, et Edward Stadtmauer, démontrent, dans la revue internationale Science, la faisabilité d’une nouvelle approche basée sur les principes de l’immunothérapie et la technologie des ciseaux génétiques, Crispr-Cas9. « Grâce à Crispr-Cas9, ils ont obtenu des cellules plus spécifiques des cellules tumorales, explique le Dr Aurélien Marabelle, oncologue et directeur du programme d’immunothérapie à Gustave-Roussy (Villejuif), et ils ont fait en sorte que les cellules réinjectées ne soient pas bloquées par les voies classiques PD1 [qui empêchent les lymphocytes de reconnaître les cellules cancéreuses]. C’est vraiment ça la nouveauté. C’est la première fois que la technologie Crispr-Cas9 est utilisée pour faire ainsi de l’édition de génome dans le cancer. » Les trois patients traités par l’équipe américaine ont bien toléré le traitement, ce qui était le but de cet essai de phase 1. A cette étape, il ne s’agissait pas encore de vérifier l’efficacité mais les résultats sont encourageants, notamment la régression d’un sarcome.

Le Figaro, 07/02

En Bref

Sanofi a annoncé, hier, des résultats positifs concernant son essai de phase II pour un traitement oral contre la sclérose en plaques, le BTKi. Il s’agirait du « premier médicament agissant sur l’inflammation dans le cerveau et sur les handicaps qui en résultent ».

Les Echos, 07/02

Lequotidiendumedecin.fr indique que le Dr Bénétos (Inserm) a rapporté dans une étude récente que la mortalité cardio-vasculaire la plus élevée a été observée chez les sujets qui avaient une augmentation excessive de la pression pulsée, liée à une augmentation de la pression systolique associée à une diminution de la pression diastolique. Des conclusions semblables se sont imposées dans une enquête, présentée par le Dr Poncelet (Collège national des cardiologues français) auprès de cardiologues affiliés au Collège.

Lequotidiendumedecin.fr, 06/02

Dans son cinquième bulletin national de l’année, du 27 janvier au 2 février, le réseau de surveillance sanitaire Sentinelles fait état de 168 cas de gastro-entérite pour 100 000 habitants en moyenne en France métropolitaine. Cette estimation est en nette diminution par rapport à la quatrième semaine de l’année : du 20 au 26 janvier 2020, le réseau relevait 215 cas pour 100 000 habitants. Au niveau régional, les taux d’incidence les plus élevés ont été observés en Normandie (297 cas/100 000 habitants), en Bourgogne-Franche-Comté (275/100 000 habitants) et en Nouvelle-Aquitaine (226 cas/100 000 habitants).

Santemagazine.fr, 06/02

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube