Press review
  • Home
  • > In the media
  • > Synthèse de presse du jour

18 October 2018

11h25 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Ebola : situation inquiétante en RDC, sans être une « urgence mondiale » selon l’OMS

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a estimé hier que l’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC) qui a déjà fait 139 morts, était « très préoccupante » mais qu’elle ne constituait pas « pour l’instant » une « urgence de portée internationale ». Lors d’une conférence de presse à Genève, le directeur général de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus s’est montré optimiste en affirmant que cette nouvelle flambée d’Ebola dans l’est de la RDC pouvait être « sous contrôle cette année ». Il a indiqué que le virus avait déjà fait 139 morts depuis le mois d’août et que plus de 18 000 personnes, dont 4 000 enfants, avaient jusqu’ici été vaccinés. Le comité d’urgence de l’OMS s’est réuni hier à sa demande pour déterminer si l’épidémie constituait « une urgence de santé publique de portée internationale », notamment en raison des risques de contamination des pays voisins. Dans un communiqué, le comité indique être parvenu à la conclusion qu’un tel statut d’urgence mondiale « ne devait pas être déclaré pour l’instant ». « Mais le comité reste profondément préoccupé par la flambée et souligne que la réponse doit être intensifiée et que la vigilance est essentielle ».

AFP, 17/10

Le sport sur ordonnance pas assez prescrit

La Haute Autorité de Santé (HAS) a rédigé un guide méthodologique et des fiches pratiques pour que davantage de généralistes prescrivent de l’activité physique à leurs patients, souligne Le Figaro. Depuis 2016, les médecins traitants peuvent recommander une activité physique régulière à leurs patients souffrant de maladies chroniques – diabète, hypertension artérielle, obésité. « Mais, par manque d’information autant que par crainte des contre-indications, ils ne se sont pas saisis de cet outil », regrette la présidente de la HAS Dominique Le Guludec. Les bénéfices du « sport-santé » sont désormais très bien démontrés par la littérature scientifique. La pratique d’une activité physique régulière réduit la mortalité, prévient certains cancers (notamment du côlon, du sein et de la prostate), diminue le risque de maladie cardiovasculaire, améliore les fonctions cognitives, le sommeil et l’anxiété. Et chez les malades chroniques, l’exercice physique améliore les symptômes, équilibre la pathologie et permet dans certains cas de réduire les traitements. L’absence de prise en charge par l’Assurance Maladie est l’un des freins à la prescription de séances d’activité physique.

Le Figaro, 18/10

En Bref

Dans son édition Universités et Grandes Ecoles, Le Monde explique que 29 « écoles universitaires de recherche » (EUR) ont vu le jour en cette rentrée. Sur le modèle des graduate schools anglo-saxonnes, elles rassemblent des formations de master et de doctorat adossées à des laboratoires d’excellence (labex). Parmi les 191 projets examinés, les 29 retenus par un jury international ont été dotés de plus de 216 millions d’euros.

Le Monde, édition Universités et Grandes Ecoles, 18/10

Dans un entretien accordé à La Vie, David Khayat directeur pendant 40 ans de l’unité d’oncologie de la Pitié-Salpêtrière et auteur de l’ouvrage « L’Enquête vérité », établit en s’appuyant sur de nombreuses recherches un lien direct entre la gestion des émotions et le risque de développer un cancer. Il affirme : « C’est mon expérience clinique, 43 ans durant, qui a confirmé mon intuition que le stress mal géré est le « criminel » ou, tout au moins, le « complice » du cancer ». Et d’ajouter : « Les causes de cancer sont d’abord liées au mode de vie : alcool, tabac, sédentarisme, mauvaise alimentation, pollutions en tous genres, etc. Pour autant, le stress mal géré participe à cet ensemble d’événements complexes qui feront apparaître une tumeur maligne ».

La Vie, 18/10

 

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube