Press review

12 November 2018

12h33 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser.
Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Hypertension artérielle : essai clinique de phase IIb pour Quantum Genomics

La biotech française Quantum Genomics a annoncé d’« excellents résultats » d’une étude clinique de phase IIb sur son candidat-médicament le plus avancé, firibastat, visant à réduire l’hypertension artérielle de patients à haut risque cardiovasculaire. Ces données « représentent à ce jour l’avancée la plus importante » pour Quantum Genomics et « ouvrent la voie au lancement d’une étude pivot de phase 3 », s’est réjoui Jean-Philippe Milon, directeur général de la société. L’efficacité de firibastat dans la diminution de la pression artérielle « a été démontrée dans tous les sous-groupes, quel que soit l’âge, le sexe, l’origine ethnique et le poids », selon Quantum Genomics. L’essai clinique, mené aux Etats-Unis sur 256 patients en surpoids ou obèses, susceptibles de présenter une hypertension artérielle résistante a permis de constater une bonne tolérance du firibastat par les patients. Découverte à l’origine par des chercheurs du Collège de France, de l’Inserm et du CNRS, firibastat est une molécule innovante inhibitrice de l’enzyme aminopeptidase A cérébrale (BAPA), jouant un rôle clé dans des mécanismes d’augmentation de la pression artérielle.

AFP, 10/11

Programme de recherche sur la mémoire suite aux attentats du 13 novembre 2015

Les Echos consacrent un article au vaste programme de recherche mis en place au lendemain des attentats du 13 novembre 2015 pour évaluer leur impact sur la mémoire tant individuelle que collective. Bénéficiant du double portage scientifique du CNRS et de l’Inserm, et piloté par le conseil scientifique de l’Observatoire B2V des Mémoires, le programme 13-Novembre est inédit par son originalité et son ampleur : il s’échelonnera sur une dizaine d’années, jusqu’en 2026, et regroupe un ensemble de sept études coordonnées, visant toutes à explorer l’impact d’un événement aussi traumatisant non seulement sur la mémoire individuelle des individus qui l’ont vécu de près ou de loin, mais aussi sur la mémoire collective de la société. Les deux responsables du projet sont pour l’un, psychologue de formation à la tête d’un laboratoire d’imagerie cérébrale à Caen (Francis Eustache, de l’Inserm), pour l’autre, historien spécialisé dans les questions mémorielles (Denis Peschanski, du CNRS). Les premiers résultats de l’étude Remember ont montré que, dans un groupe donné de 200 personnes ayant toutes été exposées aux mêmes scènes traumatisantes, la moitié développait un trouble de stress post-traumatique (PTSD) et l’autre non. Appelé à commenter ces résultats, le grand neuropsychiatre Boris Cyrulnik, promoteur du concept de résilience, met en avant les facteurs de protection hérités de la toute petite enfance, entre zéro et dix mois.

Les Echos, 12/11

En Bref

Notre Temps se penche sur les travaux de Charlotte Corporeau qui mise sur les huîtres pour guérir le cancer. La biochimiste de l’Ifremer a découvert un mécanisme d’action commun entre les huîtres et le cancer. Mais les huîtres, elles, savent contrôler la prolifération des cellules. En 2015, Charlotte Corporeau rencontre deux chercheuses Inserm et CNRS à Paris et à Nice, spécialistes de l’effet Warburg chez l’homme dont elles espèrent tirer un jour un traitement anticancéreux. Charlotte Corporeau explique que l’effet Warburg est « un mode de fonctionnement métabolique qui produit beaucoup d’énergie et entraîne une prolifération cellulaire, exactement comme les cellules cancéreuses qui se multiplient. L’huître, elle, contrôle ce phénomène. Si nous pouvions en faire autant ! »

Notre Temps, 01/12

Ce lundi débute la semaine mondiale de sensibilisation au bon usage des antibiotiques, rapportent Les Echos. Le quotidien explique que cette sensibilisation est d’autant plus importante que la surconsommation d’antibiotiques et leur usage inapproprié, chez l’homme et l’animal, constituent les principales causes de la montée des résistances à ces traitements. Ces résistances sont responsables de 700 000 décès par an – 10 millions à l’horizon 2050 si rien n’est fait, estime l’OMS.

Les Echos, 12/11

Un amendement pour créer un fonds de 18 millions d’euros dédié aux cancers infantiles vient d’être voté en commission des Finances de l’Assemblée nationale. Un mois après le décès de la petite Augustine d’un gliome infantile du tronc cérébral, ses proches espèrent que, mardi soir, les députés l’adopteront. Chaque année en France, 500 enfants décèdent d’un de ces cancers pédiatriques auxquels seuls 3% du budget annuel de l’Institut national du cancer sont alloués, rappelle la fédération Grandir sans cancer qui regroupe 80 associations et plusieurs chercheurs.

Aujourd’hui en France, 12/11

Comme chaque année depuis 2009, la Journée mondiale consacrée à la pneumonie a lieu ce lundi 12 novembre. Cette journée vise à sensibiliser le public à la « principale cause (15%) de mortalité infectieuse chez les enfants de moins de 5 ans » à travers le globe, indique l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Cette maladie trop méconnue des voies respiratoires demeure plus létale que le paludisme ou la rougeole. En 2015, 922 136 enfants de moins de 5 ans ont succombé des suites de cette maladie aigue qui touche particulièrement les âges extrêmes de la vie (avant 2 ans et après 65 ans).

20 Minutes, édition Grand Paris, 12/11

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube