Press review

09 November 2020

11h12 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Covid-19 : mortalité plus élevée des patients schizophrènes lors de la première vague

Les patients positifs au Covid-19 et schizophrènes ont subi une « perte de chance » par rapport aux patients non-schizophrènes en France lors de la première vague, selon des chercheurs qui ont observé une mortalité plus forte dans cette population. Les patients porteurs de cette maladie mentale ont aussi été « moins fréquemment admis en unité de soins intensifs que les autres (23,7 % contre 28,4 %) », indiquent les auteurs de cette étude – des psychiatres, réanimateurs et statisticiens de l’AP-HM (assistance publique hôpitaux de Marseille) – publiée dans la revue spécialisée Schizophrenia Bulletin. Les chercheurs ont analysé les données des 50 750 patients positifs au Covid-19 hospitalisés en France entre février et juin 2020 – sous réserve qu’ils aient passé plus de 24 heures à l’hôpital – parmi lesquels 823 étaient schizophrènes. « On a observé une différence dans l’évaluation et la prise de décision concernant ces patients, ce qu’on constate à la fin c’est qu’ils meurent plus tôt que les autres », a expliqué Guillaume Fond, psychiatre, enseignant et chercheur de l’AP-HM, et premier auteur de l’étude.

AFP, Lefigaro.fr, 06/11

Retard dans l’apparition des maladies cardiovasculaires chez l’enfant lorsque la mère est « saine »

Une étude, publiée dans l’European Journal of Preventive Cardiology, révèle que les enfants dont la mère surveille son mode de vie ont moins de risque que les autres de souffrir d’une maladie cardiovasculaire. « Notre étude suggère que les mères sont les principaux gardiens de la santé de leurs enfants. Cette influence maternelle persiste jusqu’à l’âge adulte de leur progéniture », a déclaré l’auteur de l’étude, le Dr James Muchira de l’Université Vanderbilt, à Nashville, et l’Université du Massachusetts, à Boston. Pour cette étude, les chercheurs ont analysé les données de trios enfant-mère-père d’une cohorte. Au total, ils ont eu accès à 1 989 descendants, 1 989 mères et 1 989 pères. Les chercheurs ont constaté que les enfants de mères ayant une santé cardiovasculaire idéale ont vécu neuf années de plus sans maladie cardiovasculaire.

Yahoo !, 06/11

En Bref

L’UFC-Que Choisir publie une étude dans laquelle l’association dénonce une multiplication et un allongement des ruptures de stock de médicaments. Elle a étudié les 140 médicaments inscrits en pénurie ou tension le 15 juillet dernier sur le site de l’ANSM : 11 sont dans la liste depuis 2017 et, pour 10 d’entre eux, le problème a débuté avant 2016. L’association renvoie dos à dos laboratoires et autorités. Son étude montre que 75 % des pénuries concernent des médicaments anciens, commercialisés il y a plus de vingt ans, et la même proportion concerne des produits à faible marge, vendus moins de 20 euros.

Aujourd’hui en France, 09/11

Alors que le reconfinement entre dans sa seconde semaine, Assurance Prévention lance une campagne appelant à la vigilance concernant les accidents de la vie courante (ACVC). En effet, lors du premier confinement, la part de ce type d’accidents avait bondi de 50 %. Les cas de brûlures ont augmenté de 140 % sur la période allant du 17 mars au 11 mai, révèle une étude de l’observatoire Mavie, en lien avec l’Inserm Bordeaux. Mais les accidents liés au bricolage ont fait le plus de dégâts, avec une explosion de + 200 %. « Avec la crise sanitaire, nous avons vu apparaître des accidents que l’on voyait peu, voire pas du tout », déclare Catherine Sztal-Kutas, directrice de Calyxis, le pôle d’expertise des risques à la personne à Niort (Deux-Sèvres).

Le Parisien, 09/11

Le neurobiologiste Jacques Glowinski, professeur au Collège de France et spécialiste de la pharmacologie du cerveau et du fonctionnement des psychotropes, est décédé à l’âge de 84 ans, a annoncé vendredi l’institution. Jacques Glowinski était « un savant exceptionnel qui a marqué des générations de chercheurs », salue le Collège de France, dont il fut administrateur honoraire de 2000 à 2006. Titulaire de la chaire de neuropharmacologie au sein de l’institution (1982-2006), et auteur du « Cerveau-architecte », Jacques Glowinski est considéré comme l’un des initiateurs en France de la neuropharmacologie biochimique, discipline scientifique qui étudie la façon dont les médicaments agissent sur le système nerveux central. Il fut aussi directeur de recherches à l’Inserm, membre de l’Académie des sciences et commandeur dans l’ordre national de la Légion d’honneur.

AFP, 06/11

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube