Press review

13 August 2020

11h53 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Essor de l’herbe de Cannabis à forts taux de THC

Les douanes constatent que l’herbe de cannabis supplante, depuis le début des années 2000, la résine sur le marché français. Cette herbe représente aujourd’hui plus de 60 % des volumes de cannabis saisis. A noter que les trafiquants prennent l’habitude de « panacher » les cargaisons avec d’autres substances, méthamphétamines ou médicaments (antalgique et somnifère). Les spécialistes, notamment l’OFDT (Observatoire français des Drogues et des Toxicomanies) voient, dans ce phénomène, « l’attrait pour une substance bio, échappant aux produits de coupe, [pour] un public plus âgé et mieux inséré socialement ». Ils notent aussi la professionnalisation des trafiquants, dans les stratégies d’acheminement et les équipements d’esquive et de brouillage, leur imagination et leur promptitude à s’adapter à la nouvelle demande. Les foyers d’approvisionnement son repérés en Espagne et surtout aux Pays-Bas. Le déconfinement en Europe a galvanisé la reprise des trafics. « Il est constaté que les pays du nord de l’Europe semblent être la destination d’un nombre important des poids lourds contrôlés, remarquent les analystes des douanes. Or ces pays consomment traditionnellement nettement plus d’herbe que de résine. » Cette herbe, ironiquement qualifiée de « bio » par Le Figaro, présente des taux de THC qui ont doublé entre 2010 et 2019, explique Catherine Lamoureux, responsable des analyses aux laboratoires des douanes : « Cette plus forte concentration est imputable à une meilleure sélection variétale des plants les plus productifs. Depuis cinq ans, nous nous sommes aperçus, sans tirer de conclusion, que les produits saisis sentent de plus en plus, au point de revoir leur conditionnement. » Le Figaro rappelle que le THC, ou tétrahydrocannabinol, désigne un ensemble de « composants psychoactifs agissant sur le psychisme en modifiant le rythme cérébral ».

Le Figaro, 13/08

En Bref

Parmi les réactions à l’annonce de Spoutnik V, la virologue Marie-Paule Kieny, notamment directrice de recherche à l’Inserm, estime qu’« on peut en dire très peu à ce sujet parce qu’on en connaît très peu. On sait que ce vaccin est basé sur deux produits : un adénovirus de type 26 et un adénovirus de type 5 », le premier du même type que celui utilisé par Janssen, le second du même type que celui du chinois CanSino. « On a des résultats publiés par Janssen et CanSino et, en se basant sur ces données, on pourrait penser que Spoutnik V pourrait avoir un niveau d’efficacité similaire à d’autres vaccins actuellement développés mais, en l’absence de données, on ne peut pas conclure ni sur la possible efficacité ni sur l’inefficacité de ce vaccin. »

France24.com, 12/08

Hier, le journal de France 2 évoquait la recrudescence de l’épidémie de Covid-19 en France, mais signalait que les contaminations étaient moins sévères. Ainsi, Vincent Maréchal, professeur de virologie à Sorbonne Université et directeur de recherche à l’Inserm, affirme que le virus touche des populations peu sensibles, jeunes ou ne présentant pas de « facteurs de risques ». Le virus circule davantage parmi une population « qui ne va pas nécessairement déclencher des formes symptomatiques voire des formes graves ».

France 2, 12/08

Le protoxyde d’azote est un gaz contenu dans les cartouches de bombes de chantilly. Il est devenu le troisième produit psychoactif le plus consommé chez les jeunes. Détourné de sa vocation alimentaire, il provoque un effet euphorisant. Absorbé à haute dose, associé à l’alcool ou au cannabis, il peut entraîner des séquelles neurologiques, des arrêts cardiaques, des convulsions et des comas. Le gouvernement mise pour l’instant sur la prévention, mais certains maires interdisent la vente des cartouches aux moins de 18 ans. « Il y a un vrai vide juridique sur l’interdiction des produits domestiques détournés de leur usage », selon la rapporteur Valérie Létard.

La Croix, 18/08

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube