Press review

16 May 2019

12h00 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm  est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.      

Le rôle du cerveau dans le développement du cancer de la prostate

Une équipe de l’Inserm-CEA vient de publier dans la revue scientifique Nature une étude qui démontre que, pour les cancers de la prostate au moins, le cerveau est un complice important dans le développement d’une tumeur cancéreuse et dans sa dissémination en métastases, rapporte FranceInter.fr. Il produit en effet des cellules qui vont migrer et alimenter la tumeur. En 2013, la principale chercheuse de l’étude, Claire Magnon, avait déjà établi pour des tumeurs de la prostate qu’elles étaient infiltrées de fibres nerveuses. Elle montrait ainsi qu’autour de la tumeur se développait non seulement tout un environnement immunitaire et vasculaire mais aussi nerveux. Cette fois-ci, la scientifique va plus loin et démontre que c’est le cerveau qui envoie vers la tumeur des cellules nerveuses immatures. Ces cellules vont ensuite s’y développer en neurones et favoriser ainsi l’aggravation de la maladie et la prolifération de métastases. « Chez la souris, on s’est rendu compte que quand on détruisait ces cellules au niveau du cerveau, quand on empêche la migration de ces cellules et donc la présence de ces cellules dans la tumeur, on bloquait le développement de la tumeur », explique la chercheuse.

FranceInter.fr, 15/05

Sida, tuberculose, paludisme : réunion à Paris du G7 pour parler du financement

Les ministres de la Santé du G7 se réunissent aujourd’hui et demain à Paris, avec en ligne de mire un autre événement international qu’accueillera la France en octobre pour chiffrer le financement de la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, rapporte l’AFP. « L’accès à la santé pour tous » est le mot d’ordre de cette réunion, qui a lieu au ministère de la Santé dans le cadre de la présidence française du G7. Outre les ministres du G7 (France, Etats-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Japon, Italie et Canada), un représentant de l’Afrique sera présent (pour les pays du G5 Sahel). L’un des objectifs est de « mobiliser l’ensemble des acteurs en amont de la Conférence de reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme », indique le dossier de presse de l’événement. Organisée tous les trois ans, la conférence de reconstitution des fonds de cette organisation internationale aura lieu le 10 octobre à Lyon. L’objectif de financement pour la période 2020-2022 a été fixé à 14 milliards de dollars (contre 12,2 lors de la précédente réunion des donateurs), une somme jugée insuffisante par les ONG.

AFP, 16/05

En Bref

La commission de la transparence de la Haute Autorité de Santé (HAS) a rendu hier un avis confidentiel sur la question du déremboursement de l’homéopathie. Cet avis doit être transmis dès aujourd’hui aux laboratoires Boiron et Lehning pour une procédure contradictoire de 10 jours, pouvant être prolongée de 45 jours s’ils demandent à être auditionnés par ladite commission. Ensuite l’avis définitif sera transmis à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, qui a promis qu’elle suivrait les recommandations des experts de la HAS.

Les Echos, 16/05

Le Point consacre un article à la juriste Emmanuelle Rial-Sebbag, directrice de recherche Inserm et docteure en droit de la santé. Elle sera l’une des invités vedettes de la 8e édition du forum Futurapolis du Point, les 15 et 16 novembre 2019. Au sein de « l’UMR 1027 Inserm-université Toulouse-III Paul-Sabatier », Emmanuelle Rial-Sebbag « veille au bon fonctionnement de l’équipe chargée des « Trajectoires d’innovations en santé : enjeux bioéthiques et impact en santé publique » depuis 2015-2016, après une passation des pouvoirs tout en douceur qui a vu Anne Cambon-Thomsen, médecin spécialisée en immunogénétique humaine, quitter la direction de ce laboratoire pluridisciplinaire où travaillent des généticiens, des médecins, des sociologues et une juriste, donc », explique l’hebdomadaire.

Le Point, 16/05

Le prototype de la première imprimante à ADN inventée par DNA Script sera prochainement testé par des équipes de recherche publique et privée en biologie moléculaire (PCR, séquençage…). D’ores et déjà, l’entreprise innovante a démontré la supériorité de sa technologie de synthèse d’acides nucléiques de haute pureté par voie enzymatique, par rapport aux procédés chimiques actuels, soulignent Les Echos. La start-up française, spécialisée dans la synthèse d’ADN, vient de boucler un nouveau tour de table de 35 millions d’euros en série B mené par Life Sciences Partners (LSP), fonds néerlandais dédié aux secteurs de la santé et de la biotechnologie qui entre au capital avec bpifrance via son fonds Large Venture.

Les Echos, 16/05

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube