Press review

18 April 2019

11h38 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm  est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.      

 

Grands prématurés : le seuil de viabilité recule d’une semaine tous les 10 ans

Francetvinfo.fr rend compte des deux études récentes, parues dans la revue de l’Association médicale américaine (Jama) qui révèlent que la prise en charge des grands prématurés s’est améliorée. Aujourd’hui, des bébés nés à 22 semaines de grossesse survivent. « Je fais ce métier depuis 40 ans, et j’ai vu le seuil de viabilité [des bébés prématurés] reculer d’une semaine tous les 10 ans dans mon hôpital », affirme Edward Bell, médecin en néonatalogie et professeur de pédiatrie à l’Université de l’Iowa. La première étude a observé la survie des très grands prématurés en Suède entre 2004 et 2016. La première cohorte était constituée de bébés nés entre 22 et 26 semaines de grossesse entre 2004 et 2007, la seconde entre 2014 et 2016. L’étude constate que le taux de survie sur un an était de 70% pour la première cohorte, et de 77% pour la seconde, soit une nette amélioration, selon les chercheurs. La seconde étude se concentre sur la survie des rares bébés pesant moins de 400 grammes à la naissance. Entre 2008 et 2016 aux Etats-Unis, 13 % de ces bébés, nés entre 22 et 26 semaines de grossesse, ont survécu.

Francetvinfo.fr, 17/04

Bio-impression : troisième brevet européen pour Poietis

Poietis, entreprise installée à Pessac qui se concentre sur la mise au point de procédés de bio-impression de tissus vivants, vient d’obtenir un troisième brevet européen, qualifié de majeur, couvrant sa technologie, rapporte La Tribune. Le quotidien précise que « ses technologies sont le fruit des recherches menées pendant dix ans par l’Inserm et l’Université de Bordeaux ». Le quotidien précise que Poietis a lancé l’an dernier la commercialisation d’une imprimante 4D guidée par laser pour imprimer des tissus humains. « In fine, l’entreprise girondine vise d’ici quelques années la production d’organes et tissus pouvant être implantés de manière chirurgicale », explique le journal.

La Tribune, 18/04

En Bref

Le coût annuel, à l’hôpital, des infections dues à des bactéries multirésistantes est estimé à 290 millions d’euros, selon une étude réalisée par l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, l’Inserm et l’Institut Pasteur, et publiée hier, note L’Humanité.

L’Humanité, 18/04

Lire le communiqué de presse du 17/04/2019: “Le surcoût annuel des infections à bactéries résistantes en France estimé à 290 millions d’euros

Hier se tenait la Journée mondiale de l’hémophilie, rapporte Pourquoidocteur.fr. Environ 7 000 personnes en France souffrent d’hémophilie, une maladie génétique héréditaire rare qui empêche le sang de coaguler correctement. Le degré de sévérité de la maladie varie d’un patient à l’autre : « Elle est sévère dans la moitié des cas, mineure chez 30 à 40 % des patients et modérée chez les autres », précise l’Inserm. Cependant, il ne s’agit pas d’une maladie évolutive : « Quelle que soit sa sévérité, elle reste identique tout au long de la vie ».

Pourquoidocteur.fr, 17/04

La société d’accélération du transfert de technologie (Satt) Aquitaine Science Transfert vient de voir reconduire son financement par l’Etat, dans le cadre des Programmes d’investissement d’avenir (PIA), rapporte La Tribune. Aquitaine Science Transfert, dirigée par Maylis Chusseau (présidente), est ainsi dotée de 14 M€ soit près de 10 % des 147,5 M€ alloués par l’Etat aux neuf Satt créées en France en 2012. Cette Satt s’appuie sur cinq actionnaires : le groupe Caisse des dépôts, l’Université de Bordeaux, l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (Uppa), le CNRS et l’Inserm.

La Tribune, 18/04

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube