Press review

21 November 2019

12h21 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

Baisse du risque de récidive d’AVC avec un taux LDL < 0,7 g/l

Legeneraliste.fr rend compte d’un travail mené par l’équipe du Pr Pierre Amarenco du service de neurologie et du centre d’accueil et de traitement de l’attaque cérébrale de l’hôpital Bichat – Claude Bernard AP-HP, de l’Inserm et de l’Université de Paris. Cette étude a été publiée dans New England Journal of Medicine. Près de 3 000 patients qui avaient souffert d’un AVC ischémique (dans les 3 mois) ou d’un AIT (dans les 15 jours) et qui avaient une athérosclérose, ont été suivis entre 3 et 4 ans. Le Pr Pierre Amarenco indique qu’« après un AVC dû à l’athérosclérose et comparativement aux recommandations actuelles de baisser le LDL-cholestérol aux alentours d’un gramme par litre, notre étude montre que la baisse supplémentaire du mauvais cholestérol en dessous de 0,7 g/l évite plus d’une récidive sur 5, grâce à un plus fort dosage de statine ou son association à l’ézétimibe. Mieux encore, si l’on ne s’intéresse qu’aux 85 % des patients de l’étude dont l’AVC a été prouvé (par l’imagerie cérébrale), la récidive est réduite d’un tiers (…) Toutes les recommandations internationales devraient s’aligner sur le nouvel objectif d’un LDL < 0,7 g/l, après un AVC dû à l’athérosclérose ».

Legeneraliste.fr, 20/11

En Bref

La Croix se penche sur la technique de l’ADN « apparenté » qui permet d’identifier un suspect, dans le cadre d’une enquête criminelle, après avoir ciblé génétiquement un membre de sa famille. La technique suscite toutefois de nombreuses interrogations, indique le quotidien. L’un des enjeux éthiques concerne le périmètre de la recherche. Encadré par une loi de 2016, l’ADN apparenté ne peut être utilisé en France que pour les ascendants ou descendants directs, soit les parents ou les enfants. Mais l’an passé, des députés ont voulu élargir ce périmètre pour rechercher des frères, des sœurs, des oncles, des tantes ou des cousins. « On a réussi heureusement à s’y opposer », explique Catherine Bourgain, généticienne et membre du comité d’éthique de l’Inserm.

La Croix, 21/11

Le Figaro se penche sur la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) qui « ravage les poumons des fumeurs ». A l’heure actuelle, 120 000 personnes vivent avec une assistance respiratoire à cause d’elle. « C’est une maladie inflammatoire des bronches, un peu comme l’asthme, sauf que dans le cas de la BPCO, c’est irréversible », explique le Dr Frédéric Le Guillou, pneumologue et président de l’association Santé Respiratoire France. Très loin devant l’exposition professionnelle à des poussières, des gaz et des fumées – qui sont également des causes de la maladie -, le tabac est le coupable numéro un, explique le journal. On estime qu’il est à l’origine de 8 à 9 cas de BPCO sur 10. Deux tiers des malades ne savent pas que leur essoufflement et leur toux sont liés à cette pathologie grave.

Le Figaro, 21/11

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube