Press review

23 April 2020

12h11 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Effet protecteur du tabac contre le Covid-19?

Des médecins et chercheurs français, dont les travaux sont publiés cette semaine dans les comptes-rendus de l’Académie des sciences, ont constaté que les fumeurs avaient un risque d’être infectés par le coronavirus divisé par cinq, rapporte Le Figaro. Selon l’étude, qui a porté sur 500 patients, les fumeurs ont en effet cinq fois moins de risques de développer une forme symptomatique de la maladie, et quatre fois moins de risques d’être hospitalisés. Cette protection surprenante semble liée aux mécanismes biologiques qui entraînent dans certains cas perte du goût et de l’odorat. « Ce qui est sans équivoque c’est qu’il y a quelque chose dans le tabac qui protège contre l’infection par le Sars-Cov-2, mais il ne faut surtout pas en conclure qu’il faut fumer, car il y a beaucoup d’autres composés toxiques et dangereux dans la fumée de cigarettes », souligne Zahir Amoura, chef du service de médecine interne 2, maladies auto-immunes et systémiques à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris (Sorbonne université – AP-HP), qui a participé à ces travaux. « Le rôle de la nicotine dans cette protection reste hypothétique, mais elle est très séduisante », ajoute-t-elle. Des essais cliniques, montés par Zahir Amoura, démarrent pour voir si des patchs à la nicotine ne pourraient pas procurer la même protection, sans les risques bien trop élevés liés au tabac, indique le quotidien.

France 2, Santemagazine.fr, 22/04, Le Figaro, 23/04

Étude sur l’usage du cannabis en confinement

Aujourd’hui en France rend compte du « succès d’une étude sur l’usage du cannabis en confinement », pilotée par Perrine Roux, chercheuse en santé publique dans un laboratoire de l’Inserm à Marseille. Cette dernière souligne : « Il y a un vrai engouement, je n’ai jamais vu autant de réponses en si peu de temps à une enquête scientifique ! C’est sans doute parce qu’elle a été construite avec et par les fumeurs de cannabis et les associations ». Démarrée vendredi, l’enquête en ligne Cannavid, destinée à analyser les usages, les pratiques et la santé des consommateurs quotidiens de cannabis, estimés à 1 million de personnes en France, durant la période de confinement avait déjà reçu mardi plus de 4 000 réponses sous anonymat venues de tout le pays et pourrait rapidement atteindre 10 000 questionnaires validés, soit 1 % de la population visée. Le serveur du site a même déjà été saturé trois fois, preuve de son succès. Perrine Roux souligne : « Ce confinement a un impact sur une population déjà fragilisée et stigmatisée, avec des problèmes de pénurie qui peuvent entraîner un sevrage non désiré et un report sur l’alcool ou des médicaments, dont des produits opiacés ou des stimulants ». Et d’ajouter : « On souhaite également mesurer le développement des symptômes anxieux ou dépressifs liés à cette période un peu particulière. Pour les personnes qui utilisent le cannabis en automédication, pour lutter contre les douleurs causées par des maladies chroniques comme la sclérose en plaques ou des cancers, par exemple, on veut savoir s’il y a des problèmes d’approvisionnement qui débouchent sur la prise d’anxiolytiques ou d’autres médicaments. ».

Aujourd’hui en France, 23/04

En Bref

Libération, qui publie, dans un article, des témoignages de familles mises à l’épreuve du confinement (parents divorcés sous le même toit, mère seule avec nourrisson, jeunes adultes de retour chez les parents…), rappelle qu’une grande enquête nationale pour étudier la santé et les enjeux sociaux de la pandémie et du confinement a officiellement été lancée le 10 avril sous la houlette de l’Inserm.

Libération, 23/04

Facebook annonce le lancement en France et dans le monde entier d’une vaste enquête auprès des membres de son réseau social destinée à anticiper l’évolution de la pandémie de coronavirus et ainsi aider les gouvernements à mieux organiser le déconfinement des populations. Dès hier, Facebook a commencé à déployer progressivement dans le fil d’actualité de ses utilisateurs de plus de 18 ans en France et dans le reste du monde un module d’information destiné à les encourager à participer à ce sondage portant sur les différents symptômes du coronavirus. Un premier sondage vient d’ailleurs d’être réalisé auprès des utilisateurs de Facebook aux États-Unis et les résultats permettent d’ores et déjà à Facebook de publier une carte interactive à l’échelle des comtés sur la propagation des symptômes du coronavirus dans le pays.

Relaxnews, 22/04

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube