Press review

24 September 2020

12h35 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Renforcement des mesures sanitaires dans plusieurs régions

La nouvelle carte de France du coronavirus comprend désormais davantage de « rouge » et de « rouge renforcé ». Hier, après un conseil de défense sanitaire, Olivier Véran, ministre de la Santé, a présenté un bilan hebdomadaire peu rassurant, et annoncé des mesures supplémentaires là où les seuils critiques ont été dépassés, rapportent Le Figaro et Les Echos. Des mesures radicales sont prises dans une dizaine de métropoles : fermeture des gymnases, des bars au plus tard à 22h, et rassemblements limités à 10 personnes. Marseille et la Guadeloupe sont en alerte maximale : les restaurants et les bars vont baisser le rideau. La situation « continue globalement de se dégrader » à des niveaux élevés, et cela exige « que nous prenions des mesures supplémentaires (…)  Nous ne le faisons pas de gaieté de cœur », a déclaré le ministre. En une semaine, le taux d’incidence est passé de 83 contaminations pour 100 000 habitants à près de 95, et les 100 devraient être dépassées dans les prochaines heures ou jours. Le facteur de reproduction du virus reste au-dessus de 1, ce qui signifie que l’épidémie continue à croître. Le taux de positivité des tests est passé de 5% à 6% en une semaine. Plus de 950 patients Covid sont en réanimation. Plus de 6 000 malades ont été hospitalisés, avec plus de 600 admissions en 24 heures.

Le Figaro, Les Echos, 24/09

L’examen de la loi sur la recherche a débuté

L’examen du projet de loi de programmation de la recherche, en première lecture à l’Assemblée, a débuté lundi. Les parlementaires ont voté mardi la programmation budgétaire proposée par Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, qui prévoit 25 milliards d’euros en dix ans pour « réarmer » la recherche. Des marches successives d’augmentation, mises bout à bout sur dix ans, doivent faire passer le budget annuel de 15 à 20 milliards par an. L’exécutif a promis une hausse de 400 millions d’euros en 2021, de 800 millions en 2022, de 1,2 milliard en 2023, etc. L’objectif est de permettre à la recherche publique d’atteindre 1% du PIB (3% du PIB avec la recherche privée), un niveau que la France s’était engagée à atteindre il y a vingt ans. Les critiques soulevées par les députés vont toutes dans le même sens : comment croire à cette promesse alors qu’elle engage les gouvernements futurs ? Les montants sont aussi jugés insuffisants, y compris par ceux qui soutiennent le projet de loi. En réponse au projet actuellement présenté au Parlement par le gouvernement, des députés de La France insoumise, dans une tribune diffusée sur le site de Libération, proposent un plan de recrutement de fonctionnaires, l’augmentation du point d’indice ou la création d’un service public de l’édition scientifique.

Francetvinfo.fr, Liberation.fr, 23/09, Les Echos, 24/09

 

En Bref

Grippe et Covid-19 risquent de circuler en même temps, à l’approche de l’hiver, rapporte le Huffington Post. Contracter les deux maladies simultanément peut s’avérer mortel, alerte le Département de la Santé du Royaume-Uni. « Il faut inciter les populations qui doivent normalement être vaccinées [contre la grippe] à se faire vacciner », affirme Brigitte Autran, chercheuse au Centre d’Immunologie et de Maladies infectieuses (CNRS/Sorbonne Université/Inserm) et membre du comité des vaccinations au ministère de la Santé.

Huffington Post, 23/09

Sciences & Avenir a consacré un large dossier au sommeil, et donné la parole à de nombreux spécialistes de l’Inserm. Parmi eux, François Beck, sociologue et statisticien au Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations (CESP) de l’Inserm, à Paris, qui évoque les répercussions sur le sommeil du contexte pandémique : « D’habitude, ce sont les plus de 50 ans qui sont les plus concernés par les troubles du sommeil. La confiance des jeunes a été très perturbée et a engendré beaucoup d’anxiété, ce qui a eu un retentissement important sur leur sommeil ». Perrine Ruby, chercheuse au Centre de recherche en neurosciences de Lyon, a de son côté recueilli plus de 1 500 récits de rêves en temps de confinement. « 15% des personnes ont rapporté des rêves plus négatifs qu’en temps normal. 7% des rêves plus positifs », indique-t-elle, affirmant que « le sommeil et le rêve ont pleinement joué leur rôle d’adaptation émotionnelle et cognitive pendant le confinement ».

Sciences & Avenir, 01/10

Jean-Philippe Lachaux, directeur de recherches en neurosciences cognitives au CNRL-INSERM et auteur de « La magie de la concentration », était l’invité mercredi de l’émission « Grand bien vous fasse » sur France Inter. Thème abordé : comment améliorer sa concentration ?

France Inter, 23/09

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube