Press review

25 June 2020

11h04 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Lien entre groupe sanguin et risque de Covid-19

Différentes études menées ces derniers mois ont mis en évidence un lien éventuel entre le groupe sanguin et le risque de contamination par le Covid-19. L’immunologue Jacques Le Pendu, directeur de recherche à l’Inserm, estime que cette hypothèse se précise aujourd’hui et doit être prise au sérieux. Dans un contexte où le Conseil Scientifique craint et anticipe une deuxième vague du virus en Europe, cette hypothèse pourrait, selon l’immunologue, être porteuse de bonnes nouvelles. Il souligne : « Il y a eu en tout huit prépublications sur ce sujet. A ma connaissance, six sont désormais publiées dans des grandes revues scientifiques. Par exemple, la première étude chinoise a été publiée dans le ‘‘British Journal of Haematology’’. Pour moi, la relation entre le groupe sanguin et le risque de contracter le virus est aujourd’hui établie ». Et d’ajouter : « Si le lien de causalité n’est pas encore démontré, toutes ces études convergent dans leurs résultats sur le fait que les groupes sanguins O sont moins à risque que les autres ».

Marianne.net, 24/06

Obésité des enfants et publicité

Santé publique France propose, dans une étude publiée hier, un durcissement des règles encadrant la publicité alimentaire ciblant les enfants, rapportent Les Echos. Ces recommandations seront regardées de près, souligne le quotidien. Le gouvernement s’est engagé à faire reculer de 20 % l’obésité infantile d’ici à 2023 (4 % des enfants sont touchés). L’étude montre que le temps d’exposition des enfants et des adolescents à la publicité n’a pas diminué entre 2012 et 2018, mais augmenté pour atteindre 9 minutes par jour. Sur l’ensemble des médias, les produits affichant un Nutri-Score D ou E pèsent 48 % des investissements alimentaires en 2018, contre 36 % pour les produits plus vertueux A, B, C et 16 % pour les produits non classés. Santé publique France propose a minima d’interdire la publicité pour les aliments classés D ou E entre 19 heures et 22 heures, c’est-à-dire lorsque plus de 20 % des mineurs regardent la télévision. Elle suggère par ailleurs de supprimer ces spots lorsqu’au moins 10 % d’entre eux risquent d’y être exposés : entre 7 heures et 11 heures, entre 12 heures et 14 heures, entre 16 heures et 23 heures. Par ailleurs, l’agence propose de revoir les messages sanitaires diffusés par les pouvoirs publics. Au lieu de les insérer dans les spots publicitaires, ce qui peut entretenir une confusion avec le produit, ils devraient être placés au début de la séquence publicitaire, explique le journal.

Les Echos, 25/06

En Bref

60 Millions de Consommateurs note que les équipes de l’Inserm mènent des études sur les conséquences du confinement ou du Covid-19 sur notre vie, sous différents angles : confinement et sommeil ou attention, odorat et qualité de vie… Il est possible de participer aux enquêtes mises en ligne sur le site Inserm.fr, souligne le mensuel.

60 Millions de Consommateurs, 01/07

Le Figaro indique que l’hydroxychloroquine n’apporte pas de gage de son efficacité. « Nous ne disposons d’aucune étude correctement réalisée qui montre un effet quelconque de l’hydroxychloroquine sur la survie ou sur le développement vers une forme grave », souligne Nicholas Moore, professeur de pharmacologie clinique à l’université de Bordeaux. « Il faut arrêter de penser que c’est un médicament pour la prise en charge des malades du Covid-19 », explique Dominique Costagliola, directrice de recherche à l’Inserm et membre de l’Académie des sciences.

Le Figaro, 25/06

Alors que des cas de Covid-19 ont été détectés cette semaine au Toulouse Football Club (TFC) et au Crédit Municipal de Toulouse, Chloé Dimeglio, biostatisticienne de l’Inserm et du CHU de Toulouse, a rappelé, mercredi matin sur France Bleu Occitanie, l’importance des gestes barrières pour éradiquer le Covid-19 toujours présent en Occitanie. Elle indique : « Les gestes barrières permettent de limiter la diffusion inter-clusters […] c’est pour ça qu’il faut absolument continuer à mettre en place ces gestes barrières de façon à limiter la diffusion du virus qui est normale, pour la limiter aux clusters et pour qu’elle reste intra-clusters et pas inter-clusters ». Une deuxième vague de l’épidémie à l’automne est possible mais pas certaine, estime la chercheuse de l’Inserm.

Francebleu.fr, 24/06

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube