Press review

26 March 2020

12h20 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Lien entre troubles du sommeil et maladie d’Alzheimer

Une nouvelle étude menée par une équipe de scientifiques de l’Inserm dirigée par Géraldine Rauchs montre que les troubles du sommeil, et en particulier l’apnée du sommeil, pourraient être un signe avant-coureur de la maladie d’Alzheimer. Pour les besoins de cette étude, 127 participants âgés de plus de 65 ans sans aucun trouble d’ordre cognitif ont été recrutés. En analysant des données relatives à la respiration pendant le sommeil des participants, les chercheurs ont constaté que 75 % des volontaires souffraient d’une apnée du sommeil. Bien que les participants ne présentaient pas de troubles cognitifs particuliers, les résultats des examens par imagerie cérébrale ont révélé la présence de plaques amyloïdes chez les personnes atteintes d’apnée du sommeil, typiques de la maladie d’Alzheimer. Cette recherche a été réalisée dans le cadre du projet européen « Silver Santé Study » et parue dans Jama Neurology. « Cela ne veut pas dire que ces personnes vont nécessairement développer la maladie, mais elles présentent un risque plus élevé. De plus, il existe des solutions efficaces pour traiter les apnées du sommeil. Détecter les troubles du sommeil, notamment les apnées du sommeil, et les traiter ferait donc partie des moyens pour favoriser le vieillissement réussi », estime Géraldine Rauchs.

Relaxnews, 25/03

Lire le communiqué du 23/03/2020: ” Explorer le cerveau pour comprendre le lien entre troubles du sommeil et maladie d’Alzheimer

Impact bénéfique des recommandations nutritionnelles françaises sur l’environnement

Une vaste étude menée par une équipe de chercheurs de l’Inserm, de l’Institut national de la recherche agronomique, de l’Université Sorbonne Paris Nord et de l’entreprise Solagro confirme les conséquences positives des recommandations nutritionnelles, non seulement sur la santé des gens qui les suivent, mais également sur le réchauffement climatique. « Au-delà des conséquences pour la santé, les systèmes alimentaires actuels sont responsables de près d’un tiers des émissions de gaz à effet de serre (GES) et contribuent de façon importante à la pollution de l’eau et des sols et à la perte de biodiversité », rappellent les auteurs de l’étude. Parue dans Nature Substainability, cette recherche a porté sur l’analyse de plus de 28.300 participants à l’étude de cohorte NutriNet-Santé lancée en mai 2009. Les résultats montrent que chez les personnes qui ont suivi les recommandations nutritionnelles (réduire sa consommation de viande et de produits sucrés, augmenter celle d’aliments d’origine végétale comme les fruits et légumes…), l’impact global de l’alimentation sur l’environnement a été réduit de 50 % depuis 2017, contre 25 % en 2001.

Relaxnews, 25/03

Lire le communiqué du 23/03/2020: ” Suivi des recommandations nutritionnelles : un impact positif confirmé sur l’environnement

En Bref

Le Pr Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique sur le coronavirus nommé par le gouvernement, vient de publier un quatrième avis et alerte le gouvernement sur les difficultés du système de soin, les services hospitaliers comme les Ehpad. Il souligne : « Nous sommes en train de travailler sur un avis et nous communiquerons très prochainement. Il faut réfléchir à la fois sur l’organisation des établissements mais aussi sur la prise en charge des malades. La situation mérite toute notre attention. Nous réfléchissons à rassembler le Conseil scientifique, mais aussi le comité d’éthique, les réanimateurs, les spécialistes de gériatrie, pour trouver des réponses ».

Le Figaro, 26/03

La Commission européenne devrait recevoir « dans les prochains jours » de la part de plusieurs opérateurs de télécoms des données de géolocalisation anonymisées afin d’anticiper les pics de propagation de l’épidémie de coronavirus, a indiqué hier une source à la Commission. Ces métadonnées, « anonymisées et agrégées », doivent servir au JRC, centre d’étude scientifique de la Commission, qui travaille sur des algorithmes pour analyser la propagation du virus. En France, Orange doit fournir à l’Inserm de telles données pour mieux suivre les mouvements de population pendant la pandémie. L’objectif est notamment d’être mieux capable de pré-dimensionner le système de soins face au virus.

AFP, 25/03, Les Echos, 26/03

Le directeur général de l’AP-HP, Martin Hirsch, a sonné l’alarme affirmant que l’hôpital s’approche du point de rupture avec l’épidémie de coronavirus. Les lits et le matériel manquent, les personnels soignants sont submergés, et de plus en plus sont atteints par le Covid-19. Il a lancé « plus qu’un appel à l’aide », hier matin, sur France Info. Il a indiqué : « Hier en Ile-de-France, nous avons passé le cap des 1 000 patients Covid graves pris en charge dans les réanimations des hôpitaux. Dans mes interventions précédentes, je savais que j’avais une visibilité d’une semaine sur la capacité d’en prendre davantage. Là, j’ai une visibilité de trois jours. »

Les Echos, 26/03

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube