Press review

02 May 2019

11h32 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm  est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.      

Fertilité, endométriose : le point effectué par l’Inserm sur les recherches

L’Inserm a fait le point sur les recherches dans le domaine de la fertilité et de l’endométriose, indiquent les médias. L’endométriose, maladie peu connue, est souvent responsable d’infertilité pour les femmes. Mardi 30 avril, les gynécologues, spécialistes de la reproduction, épidémiologistes et généticiens de l’Inserm se sont réunis devant la presse pour faire état de l’avancée des recherches et des pistes pour améliorer le diagnostic, la prise en charge et le traitement de l’endométriose. De nombreux chercheurs de l’Inserm, dont Nadine Binart, directrice de recherche à l’Inserm, sont intervenus également dans les médias. Charles Chapron, spécialiste de cette pathologie et chercheur au sein de l’Unité Inserm de l’Institut Cochin (Paris), souhaite voir réduire la place de la chirurgie dans le traitement de la maladie. France Inter et France Bleu 107.1 ont indiqué ce matin que des chercheurs de l’Inserm sont en train d’élaborer un questionnaire qui permettra aux médecins de mieux identifier l’endométriose. Marina Kvaskoff, épidémiologiste et chercheuse à l’Inserm, explique au site Lci.fr que « les femmes qui consomment du tabac auraient moins de risques d’avoir l’endométriose. Nous pensons que cela est dû au fait qu’il diminue la synthèse d’œstrogènes au niveau des ovaires ». Pour autant, insiste Marina Kvaskoff, il est hors de question de conseiller aux femmes de fumer, non seulement parce que les maladies qui y sont associées sont beaucoup trop nombreuses et graves mais aussi parce qu’en arrêtant de fumer, les risques de développer des pathologies, dont l’endométriose, sont accrus. Cette observation permet en revanche de « confirmer l’intérêt thérapeutique des antiœstrogènes pour lesquels il existe des médicaments beaucoup plus recommandables que la cigarette, dont les effets nocifs sont largement documentés », indique par ailleurs l’Inserm dans un communiqué. Par contre, concernant le tabagisme passif, « nous avons montré que plus les femmes y étaient exposées pendant leur enfance, plus le risque d’endométriose augmentait », précise Marina Kvaskoff.

France Inter, France 5, France Info, Allodocteurs.fr, Lci.fr, 30/04, France Culture, 01/05, France Inter, France Bleu 107.1, FranceInter.fr, 02/05

Lire notre communiqué de presse du 30/04/2019 : Fertilité, endométriose : l’Inserm fait le point sur les recherches

Manger trop gras aggrave les maladies inflammatoires

Selon une équipe de chercheurs lillois (Inserm, Institut Pasteur, université et CHU), les acides gras, très présents dans les plats industriels et plus généralement dans les régimes alimentaires trop gras, aggraveraient les maladies inflammatoires et notamment le psoriasis. L’équipe de chercheurs fournit une explication à la concomitance fréquente du psoriasis et de maladies métaboliques et cardiovasculaires. Les acides gras produisent des signaux qui inhibent la production d’énergie à partir du glucose. Ils entraînent une production abondante de radicaux oxydants toxiques et la diminution de molécules antioxydantes. Cela provoque une cascade de stress cellulaire et une activation inflammatoire spécifique.

Le Monde, édition Science et Médecine, 01/05

En Bref

Les autorités sanitaires congolaises ont annoncé avoir enregistré un nombre record de 26 décès pour la seule journée du 28 avril parmi les personnes touchées par l’épidémie d’Ebola dans l’est de la République démocratique du Congo. « C’est la première fois qu’on a atteint ce chiffre », indique le ministère de la Santé. Depuis le début de l’épidémie, « au total, il y a eu 957 décès (891 confirmés et 66 probables) et 411 personnes guéries », précise le ministère. Selon cette source, au moins 33 membres du personnel de santé contaminés lors de la prise en charge des malades figurent parmi les personnes décédées.

AFP, 30/04

Les chimiothérapies à base de « 5-FU », qui peuvent entraîner des effets toxiques très rares mais parfois mortels chez certaines personnes, ne pourront désormais être prescrites que si un test de sensibilité a été réalisé, a annoncé l’Agence du médicament (ANSM). Les anticancéreux à base de 5-fluorouracile (5-FU) ou son précurseur la capécitabine sont très utilisés en chimiothérapie, seuls ou associés à d’autres médicaments. Mais chez certains patients, qui présentent un déficit d’une enzyme particulière, les effets toxiques du 5-FU sont décuplés car ils ne parviennent pas à éliminer le médicament. Il faut alors adapter la dose ou utiliser d’autres molécules. L’Agence nationale de sécurité du médicament rend désormais « obligatoire » le dépistage, « afin de garantir que tous les patients concernés bénéficient de ce test avant le traitement ». Le test se fait « par simple prise du sang et mesure de l’uracilémie par un laboratoire d’analyses », qui permet de s’assurer que l’enzyme fonctionne correctement, souligne l’ANSM.

AFP, 30/04

La semaine dernière, en France métropolitaine, le taux d’incidence des cas de varicelle vus en consultation de médecine générale a été estimé à 28 pour 100 000 habitants, selon le bulletin hebdomadaire du réseau Sentinelles. Sept foyers régionaux ont été observés : l’activité a été forte dans les Pays-de-la-Loire (80 cas pour 100 000 habitants), en Provence-Alpes-Côte d’Azur (54), en Bretagne (53) et dans la région Centre-Val de Loire (46), et modérée en Auvergne-Rhône-Alpes (39), dans les Hauts-de-France (39) et en Nouvelle-Aquitaine (39).

Letelegramme.fr, 01/05

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube