Press review

04 April 2019

11h49 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm  est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.      

 

Un décès sur cinq dans le monde lié à une mauvaise alimentation

Une vaste étude internationale évalue l’impact sanitaire d’un régime alimentaire déséquilibré dans 195 pays, rapporte Lemonde.fr. En 2017, un total de 11 millions de décès dans le monde, soit un sur cinq, étaient attribuables à un mauvais régime alimentaire, soit plus que le tabac (8 millions de morts chaque année). Aux premiers rangs des facteurs de risque figurent le sel, un apport insuffisant en céréales complètes et une ration quotidienne trop basse en fruits. Cette étude a été menée par 130 chercheurs réunis au sein du Global Burden of Disease (GBD, charge mondiale des maladies) par l’Institute of Health Metrics and Evaluation (IHME, Seattle) et est publiée dans The Lancet. « Cette étude est un signal d’alarme : à défaut d’adopter un régime sain, pour notre santé et pour l’environnement, nous n’irons pas très loin », avertit Francesco Branca, directeur du département de nutrition de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « Il y a une prise de conscience de plus en plus forte de l’impact de la nutrition sur les maladies chroniques, note Mathilde Touvier, directrice de recherche à l’Inserm, qui a participé aux travaux pour la France. La nutrition n’est plus une affaire de second rang, comme on pouvait l’entendre il y a une vingtaine d’années ».

Lemonde.fr, 03/04

Pollution de l’air : appel de l’Unicef à réagir « au plus vite »

Trois enfants sur quatre respirent un air toxique dans l’Hexagone, s’inquiète l’Unicef France, qui appelle les pouvoirs publics à agir « au plus vite » contre la pollution de l’air. Dans un rapport paru aujourd’hui, le Fonds de l’ONU pour l’enfance appelle, avec des ONG, à la mise en place en ville de zones de circulation restreinte suffisamment ambitieuses, alors que le Parlement examine la loi d’orientation des mobilités (LOM). « Nous appelons au respect des droits des enfants, notamment à vivre dans un environnement sain », indique Jodie Soret, chargée des relations de l’Unicef avec les pouvoirs publics et coordinatrice de cette campagne. Les progrès réalisés pour réduire les émissions de NO2 et de particules fines, qui en ville viennent d’abord des transports, restent insuffisants, note le rapport, réalisé en partenariat avec le WWF, le Réseau Action climat et l’association Respire. « La pollution de l’air provoque de l’asthme et favorise les poussées d’eczéma, et elle aggrave les pathologies respiratoires de ceux qui en ont », souligne Jocelyne Just, chef du service d’allergologie pédiatrique à l’hôpital Trousseau à Paris, dont l’Unicef a sollicité l’expertise. La France est poursuivie par l’UE pour non-respect dans 14 agglomérations de normes européennes pourtant moins strictes que les recommandations de l’OMS, note l’AFP.

AFP, 04/04

En Bref

25 ans après la première édition, alors que les traitements ont progressé, l’association Sidaction alerte sur la « banalisation » de l’épidémie. « Comme le dit notre slogan, n’oublions pas que le virus du sida est toujours là », déclare Françoise Barré-Sinoussi, présidente de Sidaction, avant la 25e édition de cet événement caritatif soutenu par les télévisions et les radios, de vendredi à dimanche. « Il y a une telle banalisation du VIH et du sida qu’on dirait que plus personne ne s’y intéresse », s’alarme la chercheuse, codécouvreuse du virus au début des années 80 et prix Nobel de médecine 2008. Sidaction vient de publier un sondage selon lequel 23 % des jeunes s’estiment mal informés, soit deux fois plus qu’en 2009. « C’est le niveau le plus haut atteint depuis 10 ans », selon l’association.

AFP, 03/04

L’Assurance-maladie va expérimenter dès juillet, à Paris et à Nice, un projet pilote de tests de dépistage du VIH automatiquement pris en charge dans des laboratoires de ville. « Dans ces deux territoires, il sera en effet possible de faire un test de dépistage du VIH sans ordonnance et sans rendez-vous dans tous les laboratoires d’analyses médicales. Le projet durera un an et ces tests seront pris en charge entièrement par l’Assurance-maladie », a annoncé le 3 avril le Dr Pascal Pugliese, le président de la coordination locale de lutte contre le virus (Corevih Paca-Est). L’objectif est « d’augmenter de manière significative la couverture du dépistage du VIH et d’en faire un geste simple et régulier », précise le responsable.

20 Minutes, édition Nice Côte d’Azur, 04/04

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube