Press review

12 March 2019

11h50 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm  est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.      

 

Tabac et alcool, ennemis du sommeil

Une équipe française, dont les travaux sont publiés dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire, a étudié les liens entre produits psychoactifs et sommeil. Ayant interrogé 12 637 personnes âgées de 18 à 75 ans dans le cadre du Baromètre de Santé publique France 2017, les auteurs constatent que la consommation de tabac est associée à une durée trop courte de sommeil. Alors que 36 % des personnes interrogées déclaraient dormir moins de 6 heures par 24 heures, les fumeurs quotidiens étaient 39 à 49 % à faire de petites nuits selon qu’ils étaient peu ou très dépendants. « Or, précisent les auteurs, dormir moins de 6 heures est associé à de nombreuses comorbidités de type obésité, diabète de type 2, maladies cardiovasculaires, dépressions, accidents. » L’alcool, quant à lui, est parfois utilisé comme porte d’entrée vers le sommeil. Or, avertissent les auteurs de Santé publique France, s’il peut effectivement sembler faciliter l’endormissement, son abus provoque des éveils nocturnes et fragmente le sommeil. Par ailleurs, la dose nécessaire pour parvenir à l’endormissement augmente avec le temps.

Le Figaro, 12/03


Audition : les jeunes touchés se sentent peu concernés

Selon une enquête Ifop, réalisée, à l’occasion de la 20e journée nationale de l’audition le 14 mars, auprès d’un échantillon de 1 003 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus, les adolescents, de plus en plus touchés par des problèmes d’audition, se sentent pourtant peu concernés et sous-estiment les conséquences d’une mauvaise « santé auditive ». Cette étude recommande de développer la prévention. 89 % des 15-17 ans interrogés qualifient ainsi leur audition de bonne ou de très bonne. Pourtant, plus de 70 % reconnaissent avoir parfois des difficultés à suivre les conversations à cause du bruit ambiant et près des deux tiers (65 %) ont déjà ressenti des acouphènes, contre 56 % il y a un an, selon cette enquête. 28 % des Français ont des acouphènes, mais seul un tiers l’a déjà signalé à un médecin. Ces chiffres sont à relativiser car « on travaille sur du déclaratif : ce n’est pas une enquête épidémiologique où on a mesuré l’audition » des participants, reconnaît Jean-Luc Puel, président de l’association Journée nationale de l’audition (JNA). Une partie de la hausse par rapport aux années précédentes peut s’expliquer par une meilleure sensibilisation des jeunes à ces questions, souligne-t-il aussi, tout en qualifiant les résultats d’« assez préoccupants ». « La manifestation la plus précoce des problèmes auditifs, ça n’est pas « Je n’entends pas ». Les gens ne se plaignent pas de ne pas entendre, mais de ne pas comprendre », observe le Pr Puel, également directeur de l’Institut des neurosciences de Montpellier (Inserm).

AFP, Le Figaro, 12/03

En Bref

Le généticien Nicolas Lévy, qui a découvert le gène du vieillissement prématuré des enfants progéria, vient d’imaginer un modèle original pour financer les travaux de recherche de la société innovante ProGeLife sur les maladies rares, qu’il a cofondée avec le professeur en biologie cellulaire Pierre Cau, expliquent Les Echos. En plus de lever des fonds, il va valoriser dans le secteur des cosmétiques des découvertes réalisées avec son équipe du laboratoire Marseille Medical Genetics (MMG). Leurs travaux sur la protéine toxique à l’origine de la maladie, la progérine, ont permis d’identifier une molécule qui inhibe son mécanisme. Elle est protégée par une famille de brevets partagés avec Aix-Marseille Université, l’Inserm et l’AFM-Téléthon.

Les Echos, 12/03

En Maine-et-Loire, la justice reconnaît l’origine professionnelle d’un cas de Parkinson lié aux pesticides, indique Bfmtv.com. Le frère de Marcel Geslin, ancien employé arboricole, malade de Parkinson et mort l’an dernier à 74 ans, souhaite que la décision contribue à « faire évoluer la législation sur les maladies professionnelles liées aux produits phytosanitaires ».

Bfmtv.com, 11/03

Selon une étude publiée dans The Journal of Allergy and Clinical Immunology : In Practice, un faible taux de vitamine D dans le sang est associé à un impact délétère de la pollution de l’air intérieur sur les voies respiratoires chez les enfants asthmatiques obèses. Inversement, dans les maisons où la pollution de l’air intérieur est la plus élevée, des taux élevés de vitamine D dans le sang sont associés à une diminution des symptômes d’asthme. Elle a été réalisée chez 120 enfants d’âge scolaire souffrant d’asthme dans la région de Baltimore. Un tiers des participants à l’étude étaient également obèses. « Cela met en lumière un (…) facteur en jeu ici, l’épidémie d’obésité, et aide à mettre en lumière ce risque lorsqu’on considère la susceptibilité individuelle à l’asthme », a déclaré le Dr Sonali Bose, auteur principal de l’étude et professeur adjoint de médecine à la Icahn School of Medicine de Mount Sinai, et à Johns Hopkins.

Frequencemedicale.com, 11/03

Le gouvernement de Donald Trump a demandé hier au Congrès américain une enveloppe nouvelle de 290 millions de dollars pour concrétiser l’engagement présidentiel à mettre fin à l’épidémie de VIH/sida aux Etats-Unis en dix ans. Le but est de réduire le nombre de nouvelles contaminations de 75 % en cinq ans et de 90 % en dix ans, par rapport aux quelque 38 000 contaminations annuelles actuellement dans le pays. La demande budgétaire vise à doper la prévention, principalement en augmentant la prise du médicament PrEP par les hommes ayant des relations homosexuelles (deux tiers des infections) et par les autres populations à risque, notamment les Noirs et les habitants de 48 comtés identifiés comme les foyers les plus actifs de l’épidémie.

AFP, 11/03

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube