Press review

16 June 2020

11h34 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

La recherche et le Covid-19

Dans Le Figaro, Françoise Barré-Sinoussi, présidente du Comité analyse recherche et expertise (Care), qui conseille l’exécutif sur l’avancée des connaissances scientifiques sur le Covid-19 et va clore ses travaux début juillet, et Frédérique Vidal, ministre de la Recherche, expliquent comment la recherche a fait face au Covid-19 et quelles leçons tirer. Frédérique Vidal souligne : « Il est important que nous retenions les leçons de cette expérience. Notamment, il serait pertinent d’ouvrir aux maladies émergentes et ré-émergentes le périmètre d’action de l’ANRS (l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virale), en adaptant éventuellement sa gouvernance tout en restant dans le giron de l’Inserm. Par ailleurs, il me semble pertinent d’initier une réflexion pour faire converger cette ANRS élargie et le réseau Reacting [qui coordonne la recherche sur les maladies infectieuses émergentes], qui a été extrêmement dynamique ». La ministre souligne par ailleurs : « Nous avons construit un réseau qui pourra être réactivé en cas de résurgence du virus ». Et d’ajouter : « Il est difficile de prédire quelle recherche sera utile pour le futur. Nous programmons un investissement de 25 milliards d’euros pour les dix prochaines années, pour passer d’un financement annuel de 15 milliards d’euros à 20 milliards en 2030 ».

Le Figaro, 16/06

Résurgence du virus en Chine

Le coronavirus fait un retour inquiétant, ces derniers jours, dans plusieurs pays très touchés par la pandémie, comme en Chine, où plus de 100 nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés en quatre jours dans la capitale. Il s’agit du plus important bilan depuis le mois d’avril dernier. Ce chiffre a conduit les autorités à décréter le reconfinement de plusieurs zones résidentielles, ainsi qu’à refermer les sites sportifs et culturels. « La semaine dernière, la Chine a fait état d’un nouveau foyer à Pékin, après plus de 50 jours sans aucun cas dans cette ville. Plus de 100 cas ont maintenant été confirmés », a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, hier, précisant que « l’origine et l’étendue de l’épidémie font l’objet d’une enquête ». « Si de nouveaux cas ont été découverts, c’est tout simplement parce que davantage de tests sont désormais réalisés dans le pays et dans la région », estime Laurent Toubiana, épidémiologiste et chercheur à l’Inserm, pour qui « plus on cherche, plus on trouve, c’est naturel ».

Bfmtv.com, 15/06

En Bref

Pourquoidocteur.fr se penche sur la maladie touchant les enfants, proche de la maladie de Kawasaki, qui serait influencée par leur patrimoine génétique. Une étude récemment publiée par le JAMA a relevé que 38 % d’un échantillon de 58 enfants atteints de ce syndrome avaient des origines africaines. Depuis mars, Santé publique France a recensé 179 cas de ce syndrome multisystémique inflammatoire proche de la maladie de Kawasaki. Selon l’Inserm, « il existe une forte coïncidence entre l’apparition de ces cas et la pandémie de Covid-19, mais les patients n’ont pas tous été testés positifs. Plusieurs questions restent donc en suspens et font actuellement l’objet d’investigations plus poussées dans les services de pédiatrie ».

Pourquoidocteur.fr, 15/06

Reprise du communiqué de presse du 05/06/2020: “Covid-19 : Publication d’une étude prospective observationnelle dans la revue BMJ chez les enfants souffrant de syndrome hyper-inflammatoire apparenté à la maladie de Kawasaki

Près de 200 scientifiques, dont des prix Nobel, ont signé une pétition pour soutenir le mensuel La Recherche à l’appel de sa rédaction qui s’oppose à un projet de fusion avec le magazine Sciences et Avenir. Les deux titres appartiennent à Claude Perdriel (également propriétaire de Challenges ou des revues L’Histoire et Historia) qui souhaite les fusionner pour créer « le grand journal des sciences français », un projet présenté fin avril en CSE, selon la rédaction. Parmi les signataires, de grands noms de la recherche scientifique comme l’astrophysicien Michel Mayor, Prix Nobel de physique 2019, le physicien Serge Haroche, Prix Nobel de physique 2012 ou l’épidémiologiste Dominique Costagliola, directrice de recherche à l’Inserm. Mise en ligne samedi, la pétition avait recueilli plus de 800 signatures dimanche.

Strategies.fr, 15/06

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube