Press review

16 July 2019

12h01 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm  est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.      

Pollution de l’air : prendre en compte les particules fines

L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) recommande, dans un avis publié ce jour, de prendre en compte « en priorité » les particules fines issues de la combustion fossile dans les politiques publiques sur la pollution atmosphérique, rapportent Le Figaro, La Croix et Le Parisien. Les particules ultrafines sont capables de franchir la barrière pulmonaire, de passer dans le sang et de pénétrer en profondeur dans l’organisme. Leur toxicité est de mieux en mieux documentée par la science. Pourtant ces poussières de taille nanométrique (10 000 fois plus petites qu’un grain de sel), très présentes dans l’air ambiant, ne font l’objet d’aucune réglementation européenne et sont surveillées à la marge en France. L’agence a lancé en 2015 une revue méthodique de la littérature scientifique incluant 160 publications internationales pour recenser les preuves des effets sanitaires des particules selon leur taille, leur composition et leur source d’émission. « Le levier principal est de réduire le trafic [automobile] », martèle Valérie Pernelet-Joly, chef d’unité des risques liés à la pollution de l’air de l’Anses.

Le Figaro, La Croix, Le Parisien, 16/07

Les vapoteurs fument moins de cigarettes mais rechutent plus

Selon une étude réalisée par l’équipe de Ramchandar Gomajee, chercheur à l’Inserm et à l’université Paris-Sorbonne, les fumeurs qui utilisent la cigarette électronique ont tendance à diminuer leur consommation de tabac et à davantage tenter d’arrêter que les autres fumeurs, mais la vape est aussi associée à une plus grande probabilité de rechute. Les chercheurs ont suivi pendant près de deux ans 5 400 fumeurs quotidiens et 2 025 anciens fumeurs appartenant à la cohorte Constances, vaste enquête de santé publique française qui suit 200 000 volontaires âgés de 18 à 69 ans. Leurs résultats, publiés dans la revue américaine Jama Internal Medicine, montrent qu’à la fin de la période observée, les fumeurs-vapoteurs fumaient en moyenne 4,4 cigarettes de moins par jour, alors que les fumeurs n’utilisant pas la cigarette électronique n’avaient diminué leur consommation quotidienne que de 2,7 cigarettes. Par ailleurs, les adeptes du vapotage étaient 67 % plus nombreux à avoir essayé d’arrêter de fumer au moins une fois. Ceux qui utilisaient ce dispositif depuis plus d’un an étaient même deux fois plus nombreux à avoir tenté un arrêt du tabac. En revanche, parmi les 2 025 « anciens fumeurs » au moment du début de l’étude, ceux qui utilisaient régulièrement la cigarette électronique ont été 70 % plus nombreux à reprendre le tabac que les autres ex-fumeurs.

AFP, 15/07

En Bref

Dans L’Opinion, la journaliste Anaïs Maréchal s’interroge : « Le changement climatique nous rend-il plus allergiques ? ». « Nous sommes certains qu’il y a une augmentation des allergies respiratoires, commente Isabella Annesi-Maesano, chercheuse en épidémiologie des allergies à l’Inserm et à la Sorbonne. Nous observons, par exemple, un doublement de la prévalence de l’asthme depuis une quarantaine d’années. Mais nous avons très peu de données sur la conjonctivite et la rhinite. »

L’Opinion, 16/07

Santemagazine.fr rend compte de l’étude réalisée par un groupe de chercheurs français membres de l’Inserm et de l’AP-HP, qui a cherché l’existence possible d’une base cérébrale à des différences de sociabilité et a voulu savoir s’il y avait un moyen de les détecter. L’équipe a utilisé les mesures du comportement du regard (eye-tracking) et l’imagerie cérébrale par résonance magnétique (IRM). En analysant le regard de jeunes adultes volontaires lors du visionnage de scènes du film « Le Petit Nicolas », l’étude a montré pour la première fois que la façon de regarder les interactions sociales présentées varie beaucoup. Et que cela a une signification : il y a ceux qui regardent beaucoup les yeux des personnages et ceux qui les regardent très peu, ce qui reflète le comportement social de chacun. « C’est une sorte de signature individuelle du degré de sociabilité », note Ana Saitovitch, l’une des chercheuses participant à l’étude.

Santemagazine.fr, 15/07

Le collectif NoFakeScience, qui regroupe une vingtaine de scientifiques et de spécialistes de la vulgarisation, s’alarme du traitement réservé à l’information scientifique dans les médias, souvent dévoyée. Il appelle à un sursaut et souligne l’existence de consensus scientifiques parfaitement établis sur certains sujets. Ce texte est publié en France par L’Opinion.

L’Opinion, 16/07

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube