Press review

14 November 2018

13h06 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser.
Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Expédition 5 300 pour étudier l’air raréfié et la santé des habitants au Pérou

L’Expédition 5 300 a été présentée la semaine dernière lors d’une conférence de presse par Samuel Vergès, chercheur au laboratoire « hypoxie et physiopathologies » (Inserm, université Grenoble-Alpes), rapporte Le Monde dans son édition Science et Médecine. Une vingtaine de scientifiques français, italiens et péruviens partiront, fin janvier 2019, étudier, durant six semaines, la population de mineurs d’or de La Rinconada (Pérou). Située dans les Andes péruviennes, à 5 300 mètres d’altitude, c’est la ville la plus haute du monde. L’objectif de cette expédition est d’« étudier les effets de la diminution de la quantité d’oxygène disponible sur la santé ». Les chercheurs comptent caractériser la plus haute population au monde, au plan génétique, hématologique, et cardio-vasculaire, étudier son sommeil et ses capacités à l’effort.

Le Monde, édition Science et Médecine, 14/11

13-Novembre : l’impact psychologique étudié

Deux études menées par Santé publique France (SPF) et l’université Paris-XIII révèlent pour la première fois l’ampleur des impacts psychologiques et des « troubles de santé post-traumatiques » causés par les attentats du 13 novembre 2015. L’objectif de ces enquêtes publiées hier est de « mieux prévenir et soigner les conséquences négatives de tels événements » et « aider les institutions amenées à intervenir après un attentat à améliorer la prise en charge et la préparation de leur personnel ». Entre juillet et novembre 2016, 526 personnes « civiles » diversement exposées aux attentats (hors personnel intervenant et soignant) ont répondu à un questionnaire mis en ligne par SPF. Moins d’un an après les attaques, plus de la moitié (53,6%) de ceux qui ont été directement menacés lors des attentats et près d’un quart (24,9%) de ceux qui en ont été témoins présentent les symptômes d’un trouble de stress post-traumatique. L’autre enseignement de l’étude, qui vient conforter les résultats d’une précédente enquête menée après les attentats de janvier 2015, révèle que les proches de personnes décédées lors des attentats présentent un stress post-traumatique dans des proportions aussi élevées (53,9%) que les personnes qui ont été directement menacées (53,6%) par les terroristes. A 49,4%, ces « endeuillés » présentent également des symptômes dépressifs.

Le Monde, 14/11

En Bref

Le Figaro rappelle que, le 4 juillet 2018, la France s’est dotée d’un troisième plan maladies rares (PNM3). L’un des axes majeurs de ce plan est de « permettre un diagnostic rapide pour chacun, afin de réduire l’errance et l’impasse diagnostiques ». « C’est un véritable fléau sur lequel nous voulions attirer l’attention », a expliqué hier Nathalie Triclin-Conseil, lors de la Conférence de l’Alliance maladies rares (CARE’18), association qu’elle préside. Le journal souligne cependant les progrès de la génomique. Le Pr Hélène Dollfus (CHU de Strasbourg), animatrice de la filière de santé maladies rares Sensgene, est l’investigateur principal de Defidiag (diagnostic de la déficience intellectuelle) l’un des projets pilotes du plan France génomique 2025, coordonné par l’Inserm. « Il s’agit de démontrer que l’utilisation du séquençage du génome entier d’un individu présentant une déficience intellectuelle peut remplacer les autres approches diagnostiques », explique-t-elle.

Le Figaro, 14/11

FranceInter.fr se penche sur la phobie scolaire qui constitue environ 5% des motifs de consultation en pédopsychiatrie. Une enquête Inserm est mise en ligne s’adressant à tous les parents d’enfants de plus de 10 ans qui ont des difficultés s’apparentant à de la phobie scolaire.

FranceInter.fr, 14/11

Des équipes françaises ont annoncé les premiers résultats d’un implant rétinien innovant. Entre décembre 2017 et juin 2018, une micropuce photovoltaïque a été glissée sous la rétine de cinq patients – les cinq premiers au monde à avoir reçu cet implant – par le Dr Yannick Le Mer, chirurgien à la Fondation Rothschild. Les résultats prometteurs ont été présentés à Chicago (Etats-Unis), fin octobre, lors de la grand-messe annuelle de l’ophtalmologie, le congrès de l’American Academy of Ophthalmology (AAO). Ce nouvel implant, nommé « Prima », a fait l’objet de deux présentations orales du Pr José-Alain Sahel, ophtalmologue et directeur de l’Institut de la vision, à Paris. Il intervenait en tant que chef du service de la Fondation Rothschild et de l’hôpital des QuinzeVingts (Paris), où la rééducation des patients a été menée. Cet implant est une « technologie de rupture », relève la société française Pixium Vision, créée en 2011, qui développe ce système et qui est le promoteur de l’essai. Ce dispositif est « sans aucun fil », précise Yannick Le Mer. Sa pose nécessite donc une chirurgie peu invasive.

Le Monde, édition Science et Médecine, 14/11

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube