Press review

15 January 2020

11h53 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

Alerte sur le déficit de greffes

L’association France transplant alerte sur le déficit de greffes, dû à des dons d’organes très inférieurs aux besoins, mais aussi à un manque de moyens, rapporte La Croix. « Les transplantations d’organes sont en crise », avertit l’association dans une étude dévoilée mardi 14 janvier. Cette situation s’explique par des dons très nettement inférieurs aux besoins, qui ont été multipliés par quatre en vingt ans. Dans le même temps, le nombre de greffes réalisées a tout juste doublé, passant d’environ 3 000 à moins de 6 000 en 2018. On est loin des objectifs fixés par le gouvernement dans son « plan greffe 2017-2021 », qui visait 7 800 transplantations annuelles dès 2021, souligne le quotidien. Et tout aussi loin « d’autres pays comme l’Espagne et la Croatie, qui ont commencé les transplantations bien après nous mais en font beaucoup plus », déplore le président de France transplant, le professeur et député LREM Jean-Louis Touraine. Pour identifier les causes de cette « pénurie », l’association a interrogé des chirurgiens et médecins de 36 centres de transplantation rénale adulte. Parmi eux, beaucoup incriminent le manque de moyens et d’effectifs.

La Croix, 15/01

Pollution de l’air dans l’enfance et risque de schizophrénie

Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université d’Aarhus (Danemark) et publiée dans la revue scientifique JAMA Network Open, qui combine des données génétiques avec des données relatives à la pollution de l’air, montre que les enfants exposés à un niveau élevé de pollution de l’air pendant leur croissance ont un risque accru de développer une schizophrénie. L’étude comprenait 23 355 personnes qui ont été suivies à partir de leur 10 ans jusqu’à leur émigration, leur décès, la fin de l’étude ou en cas d’hospitalisation pour schizophrénie : ce fut le cas pour 3 531 d’entre elles. Les résultats ont montré que plus le niveau de pollution de l’air est élevé, plus le risque de schizophrénie l’est également. Pour chaque augmentation de 10 μg/m3, ce risque augmente d’environ 20 %. « Les enfants exposés à un taux moyen supérieur à 25 μg/m3 présentent 60 % de risque supplémentaire d’être atteints de cette pathologie, comparés à ceux exposés à des concentrations inférieures à 10 μg/m3 », souligne la Pr Henriette Thisted Horsdal, principale auteure de l’étude.

Santemagazine.fr, 14/01

En Bref

Dans une tribune intitulée « Pour une réforme respectueuse des enjeux de la recherche publique » et publiée dans l’édition Science et Médecine du Monde, plus de 30 sociétés savantes estiment que la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) publique devra tenir compte des recommandations de la communauté scientifique. Selon elles, « les scientifiques de toutes disciplines vivent mal, de plus en plus mal, les conditions d’exercice de leur métier. (…) Ils manquent de temps, de moyens et de perspectives professionnelles (…) ». Et d’ajouter : « Cette situation résulte d’une incompréhension durable du rôle et des enjeux de la recherche publique par les décideurs politiques, trop préoccupés par des considérations économiques à court terme pour s’intéresser à une activité qui, par nature et comme nombre des défis sociétaux actuels, s’inscrit dans le temps long. La proposition d’une LPPR a l’ambition a priori louable de corriger cette myopie temporelle ».

Le Monde, édition Science et Médecine, 15/01

Une mission d’information parlementaire sur le cannabis a officiellement lancé ses travaux hier dans l’espoir de « dépassionner » le débat, récurrent en France, autour de son usage récréatif ou thérapeutique. « Il y a une urgence du sujet car notre pays a une législation sur les usages de stupéfiants assez répressive » mais « c’est en France où l’on en consomme le plus », a déclaré le député LR Robin Reda, président de la mission, lors d’une conférence de presse à l’Assemblée nationale. Au total, cinq millions de Français déclarent avoir déjà fait usage du cannabis. Pour faire évoluer la réponse pénale, une amende forfaitaire de 200 euros doit bientôt être expérimentée pour sanctionner les consommateurs. La mission, qui rendra ses premières conclusions au deuxième semestre, a pour but de dresser un état des lieux des enjeux à la fois sanitaires, sécuritaires, économiques et agricoles, autour de l’usage du cannabis et de la production de chanvre.

AFP, 14/01

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube