Press review

20 May 2020

11h08 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Dégradation de la santé mentale des jeunes

Une étude du bureau régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), menée tous les quatre ans, révèle que les enjeux économiques et environnementaux pèsent sur l’état psychique des adolescents. Cette étude sur le comportement des enfants Health Behaviour in School-Aged Children (HBSC) étudie 227 441 enfants d’âge scolaire (à 11, 13 et 15 ans) de 45 pays, principalement européens. La plupart des adolescents ont une expérience positive de leur vie (avec un score de 7,8 sur 10) et des relations sociales satisfaisantes. Mais 37 % seulement se sentent en bonne santé, les garçons (41 %) plus que les filles (33 %). Leur sentiment de bien-être mental a fortement diminué dans de nombreux pays, entre 2014 et 2018, et cela s’aggrave avec l’âge. Ainsi, 30 % des adolescents de 15 ans se déclarent nerveux plus d’une fois par semaine, 30 % irritables et un quart a des troubles du sommeil. En Europe, un adolescent sur cinq est touché par au moins un problème psychologique chaque année, selon des données récentes. La France fait partie des dix pays dans lesquelles les plaintes récurrentes sont les plus fréquentes

Le Monde, 20/05

Coronavirus : l’âge, principal facteur de risque de mortalité

Une étude statistique d’une ampleur inédite en Europe montre que l’âge représente le principal facteur de risque de mortalité lié au Covid-19. Les premiers résultats du projet Opensafely se fondent sur les données médicales de 17 millions de personnes résidant au Royaume-Uni et offrent une analyse des facteurs de risque de décès. Sur cette très large cohorte, 5 683 personnes sont décédées du Covid-19 dans des hôpitaux britanniques entre le 1er février et le 25 avril. Cette étude a été menée conjointement par des équipes d’Oxford, de l’université de Leeds, du Centre de recherche national en soins intensifs (ICNARC) et de la London School of Hygiene and Tropical Medicine. Les hommes, les personnes âgées, les plus démunies, celles sujettes à des diabètes non contrôlés ou à des asthmes sévères font partie des populations les plus à risque. Les plus de 80 ans constituent plus de 51 % des décès, les plus de 70 ans 79 % des disparitions. 63 % des morts à l’hôpital étaient des hommes (avec près de deux fois plus de risque de décéder du Covid-19 que les femmes). « Ce sont des données de vie réelle en médecine générale avec un niveau de précision inégalé dont on ne dispose pas en France, mais cette étude observationnelle a des limites », estime Philippe Ravaud, directeur du Centre de recherche épidémiologie et statistiques (Cress, Inserm-Université de Paris).

Huffingtonpost.fr, 19/05, Le Monde, 20/05

En Bref

Une équipe dirigée par le Pr Serge Hercberg a comparé l’alimentation, au sein d’un échantillon de près de 30 000 Français. Sans surprise, entre une population française composée uniquement de « bons élèves » qui suivent les recommandations nutritionnelles des autorités sanitaires et une autre qui ne suivrait pas du tout les préconisations, l’écart serait énorme : 35 000 morts prématurées de moins chaque année (notamment grâce à une forte baisse du nombre de maladies cardiovasculaires) et un impact environnemental réduit de moitié (en raison, entre autres, d’une réduction des émissions de gaz à effet de serre et de l’occupation des sols), anticipent les chercheurs. Ces bénéfices ont cependant un coût : 0,91 € par jour et par personne, soit un budget mensuel supplémentaire de 110 € pour un couple et deux enfants. « Je pense que c’est principalement dû à la consommation de produits bio », souligne Emmanuelle Kesse-Guyot, première auteure de l’étude.

Que Choisir, 01/06

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube