Press review

20 November 2019

12h38 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

Les additifs dans l’alimentation en question

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) et l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) se sont associés pour tenter d’éclairer le sujet des additifs alimentaires. Ils ont étudié, dans le cadre de l’observatoire de l’alimentation, appelé Oqali, l’évolution de la présence des additifs dans 30 000 produits transformés commercialisés par l’industrie agroalimentaire. 78 % des produits alimentaires transformés contiennent au moins un additif, révèle l’étude publiée ce mercredi par l’Anses. L’Inserm s’apprête à démarrer son programme NutriNet-Santé additifs. L’objectif est d’étudier plus finement l’impact sur la santé des additifs seuls ou en cocktail.

La Ligue contre le cancer, l’ONG Foodwatch et l’application Yuka lancent une pétition commune pour demander au ministère de la Santé d’interdire totalement les nitrites et les nitrates ajoutés dans l’alimentation, rapporte Le Parisien. Bien que réglementés, ils sont aussi controversés, soupçonnés de provoquer des cancers.

Europe 1, Le Parisien, Lemonde.fr, 20/11

Observatoire sociétal des cancers

Dans un grand rapport publié ce mercredi, les patients atteints d’un cancer racontent leurs difficultés face à cette maladie, souligne Le Figaro. Malgré toutes les bonnes volontés affichées, « la vie reste compliquée pendant les traitements », constate le Pr Axel Kahn, président de la Ligue nationale contre le cancer, dans l’éditorial accompagnant la présentation du dernier « Observatoire sociétal des cancers ». Cette édition 2019 est consacrée à « l’épreuve du parcours de soins ». L’étude ambitionne d’abord d’« identifier les éléments du parcours de soins qui sont à l’origine de particulières difficultés ». Des premiers symptômes à la préparation à l’après-traitement, en passant par l’accès aux soins, aux thérapies innovantes, à l’information, aux aides sociales, à l’emploi, etc., le rapport montre une situation contrastée, avec de fortes inégalités qui persistent.

Le Figaro, 20/11

En Bref

Dans son édition Science et Médecine, Le Monde constate que le protoxyde d’azote, plus communément appelé « gaz hilarant » ou « proto », est devenu un produit à la mode. L’utilisation de ce gaz comme drogue récréative se multiplie. Les autorités sanitaires alertent sur les effets délétères de cette pratique et parlent de « problème sanitaire ». Le gaz contenu dans des cartouches est versé dans un ballon puis inhalé, pour un effet euphorisant. Depuis le début de l’année, 25 signalements d’effets sanitaires ont été notifiés, dont dix cas d’atteintes neurologiques graves, huit dans la seule région des Hauts-de-France, indique la Direction générale de la santé (DGS), qui lance une alerte sur la consommation de ce produit. Des cas de décès ont même été répertoriés, selon l’Association française des centres d’addictovigilance.

Le Monde, édition Science et Médecine, 20/11

Egora souligne que Geneviève Chêne a été nommée directrice générale de Santé publique France début novembre, en remplacement de Martial Mettendorff, qui assurait l’intérim depuis juin dernier. Elle dirigeait depuis juin 2017 l’institut de santé publique, d’épidémiologie et de développement de l’université de Bordeaux, où elle enseigne depuis 1999. Pendant huit ans, elle a dirigé le pôle de santé publique du CHU de Bordeaux. Elle a aussi mené une équipe de recherche Inserm dans le domaine de la recherche clinique et en santé publique sur le VIH-sida et les maladies infectieuses. Plus récemment, ses travaux se sont portés sur les maladies neurodégénératives et le vieillissement cérébral.

Egora, 18/11

L’emploi d’autotests améliore très significativement la qualité d’un programme de dépistage de l’infection par VIH dans une population d’hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH), révèle une étude publiée dans le JAMA Internal Medicine par les chercheurs des Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) et de l’université d’Atlanta. En France, ces autotests sont encore sous-exploités.

Lequotidiendumedecin.fr, 19/11

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube