Press review

25 October 2017

12h35 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French.

Les femmes enceintes prennent trop de médicaments

Lefigaro.fr rend compte d’une étude de l’Inserm, publiée en septembre, dans la revue Pharmacoepidemiology and drug safety, qui montre que les femmes de l’Hexagone sont les plus grosses consommatrices du monde de traitements durant leur grossesse. Les chercheurs français ont utilisé les données de plus de 28 000 femmes enceintes, collectées entre 2011 et 2014. L’étude révèle que le nombre de médicaments prescrits (et au moins partiellement remboursées) durant une grossesse varie de 11 à 14 en général en France, contre 8 aux Pays-Bas et de 2 à 7 en Allemagne.

Lefigaro.fr, 24/10

Microbiote

L’Express rend compte d’un essai clinique mené par Jacky Nizard auprès de 120 bébés à la maternité de la Pitié-Salpêtrière à Paris, en partenariat avec trois structures publiques de recherche (Inserm, Ican et Inra). Les scientifiques savent désormais qu’après une césarienne le risque de développer ultérieurement des allergies, de l’asthme, de l’obésité ou du diabète est plus élevé qu’après un accouchement naturel. “En arrivant par voie basse, le bébé va avaler les bactéries vaginales et fécales de samère. « Notamment des lactobacilles et des bifidobactéries, qui servent de barrière contre les germes pathogènes, puis participent à la digestion et à la production de vitamines»”, ce qui n’est pas le cas lors d’une césarienne, explique Karine Clément. Le rôle du microbiote, acquis lors de la naissance, semble déterminant dans la survenue de ces pathologies.

L’Express, 25/10

En Bref

Dans un entretien accordé à Pourlascience.com, Bernard Jégou, directeur de recherche à l’Inserm, alerte sur l’effet cocktail des perturbateurs endocriniens pendant la grossesse. Son équipe à Rennes a en effet apporté la preuve d’un effet dit cocktail, dû à un mélange de perturbateurs endocriniens, sur la production de testostérone par les testicules du fœtus humain.

Pourlascience.com, 24/10

Sciences et Avenir se penche sur les écrans et leurs effets néfastes. Olivier Phan, pédopsychiatre spécialiste des addictions à l’Inserm, souligne : « Un adolescent passe en moyenne six heures par jour devant un écran. Et les adultes sont tout aussi accros ». Il ajoute : « Les jeux, en particulier ceux de hasard et d’argent, sont reconnus pour leurs effets addictifs. Or, les écrans les rendent plus accessibles aux jeunes qui ne peuvent pas se rendre dans des casinos ». Cependant, il précise que « ce qui est important, c’est l’usage que l’on en fait. On passe facilement du travail au loisir (jeu, série, etc.). Il faut donc apprendre à les contrôler ».

Sciences et Avenir, 01/11

Le Monde brosse le portrait du neurologue Laurent Cohen qui explore notamment les mécanismes cérébraux du langage, de la lecture et du calcul. Le chercheur vient de publier « Comment lire avec les oreilles ».

Le Monde, 25/10

 

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube