Press review

03 April 2019

11h35 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm  est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.      

 

Narcolepsie : un nouveau médicament pour lutter contre la somnolence

Une équipe de recherche internationale menée par Yves Dauvilliers, chercheur à l’Inserm et à l’Université de Montpellier, travaille sur le Solriamfetol, un nouveau médicament qui stimule la vigilance et améliore la résistance à la somnolence, rapporte Topsante.com. Pour cet essai clinique de phase 3 dont les résultats viennent d’être publiés en ligne, 240 patients narcoleptiques ont été suivis durant 12 semaines, afin d’évaluer l’efficacité et l’innocuité du Solriamfetol chez l’humain. Les tests ont été réalisés en double aveugle, sur des groupes de 60 patients traités soit par différentes doses de Solriamfetol, soit par un placebo. L’équipe de recherche a constaté que les patients recevant une dose quotidienne de 150 mg ou de 300 mg de Solriamfetol parvenaient à lutter contre la somnolence pendant environ 20 minutes contre 10 sans traitement, soit 2 fois plus longtemps (alors que les médicaments prescrits actuellement n’améliorent cette vigilance que de 2 à 3 mn). Cette efficacité a perduré durant les 12 semaines de traitement, sans nécessiter d’augmentation de dose et avec peu d’effets secondaires. Les chercheurs viennent de lancer un nouvel essai clinique d’un an pour étudier l’efficacité du médicament dans le temps.

Topsante.com, 02/04

Lire notre communiqué de presse du 02/04/2019 : Narcolepsie : un nouveau médicament pour lutter contre la somnolence

La cigarette électronique ne pousse pas les jeunes vers le tabac

L’AFP rapporte que la cigarette électronique chez les adolescents n’est pas une « porte d’entrée » vers le tabac, selon une vaste enquête menée au Royaume-Uni qui vient confirmer des recherches précédentes sur le sujet. Selon cette étude, publiée dans la revue spécialisée Thorax, éditée par le British Medical Journal (BMJ), l’engouement des adolescents pour la e-cigarette n’a pas empêché la poursuite du déclin de l’usage du tabac dans cette catégorie d’âge. Entre 1998 et 2015, le pourcentage de 13-15 ans ayant déjà fumé au moins une fois a chuté de 60 % à 19 % outre-Manche, et la part de fumeurs réguliers est passée de 19 % à 5 %, montre cette étude réalisée auprès d’environ 250 000 jeunes britanniques. L’opinion du tabac a par ailleurs continué à se dégrader : en 2015 seuls 27 % des jeunes adolescents jugeaient acceptable d’essayer la cigarette, contre 70 % 17 ans plus tôt. Surtout, les chercheurs ont montré que ce déclin de l’usage et de l’image de la cigarette n’a quasiment pas ralenti dans la période récente (2011-2015), alors même que le vapotage prenait son essor, ce qui prouve selon eux que cette nouvelle vogue n’a pas « re-normalisé » le tabac.

AFP, 02/04

En Bref

Une équipe française associée à un centre américain, dont les travaux sont publiés dans Scientific Reports, vient de montrer que le chien pouvait reconnaître des odeurs produites lors d’une crise d’épilepsie, souligne Le Monde. Trois des cinq chiens entraînés obtenaient 100 % de bonnes réponses, dans des tests où un seul parmi sept récipients présentait des vêtements portés au moment d’une crise épileptique, passant cinq fois plus de temps à explorer ce récipient. Il reste désormais à déterminer le profil chimique des odeurs qui permettent cette détection, et à voir si elles sont émises en amont du déclenchement d’une crise, pour permettre de l’anticiper, conclut le journal.

Le Monde, édition Science et Médecine, 03/04

Santé Magazine indique que le régime cétogène, pauvre en glucides (aliments sucrés, féculents, fruits), pousse les cellules du foie à produire de l’énergie en sécrétant du bêtahydroxybutyrate, une substance à laquelle on prête des vertus anti-inflammatoires. Une étude de l’Inserm, menée sur des cellules humaines de l’endothélium (la paroi interne des vaisseaux sanguins), montre que l’effet serait plutôt l’inverse, « légèrement pro-inflammatoire ».

Santé Magazine, 01/05

Un nouveau gène d’insensibilité générale à la douleur vient d’être découvert chez une Écossaise septuagénaire, Jo Cameron, qui a notamment subi plusieurs opérations chirurgicales sans se plaindre de la moindre douleur, explique Le Monde. L’analyse de son génome a révélé des mutations dans un pseudogène et dans un gène associé, dit FAAH, normalement responsable de la production d’une enzyme impliquée dans les sensations douloureuses, mais aussi dans l’anxiété et la dépression. Alors que le gène FAAH était déjà une cible identifiée pour traiter la douleur, les recherches pour mettre au point un inhibiteur n’ont pas abouti. Le génome de Jo Cameron suggère qu’agir sur le pseudogène intervenant en amont pourrait être une piste alternative.

Le Monde, édition Science et Médecine, 03/04

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube