Press review

05 June 2019

12h33 | By INSERM PRESS OFFICE

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm  est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.      

Incendie de Notre-Dame de Paris : du plomb détecté dans le sang d’un enfant

L’Agence régionale de santé d’Ile-de-France (ARS) a fait savoir, lundi 3 mai, qu’un fort taux de plomb avait été détecté dans le sang d’un enfant habitant sur l’île de la Cité, un secteur proche de Notre-Dame de Paris qui a subi un incendie, indique Pourquoidocteur.fr, Bfmtv.com et Frequencemedicale.com. Si aucun lien n’est encore établi entre sa contamination et l’incendie de Notre-Dame, l’ARS recommande toutefois aux femmes enceintes et aux enfants habitants dans le secteur de procéder à des examens sanguins. L’incendie de Notre-Dame de Paris est à l’origine d’une pollution au plomb aux abords de la cathédrale. Pour l’heure, aucun lien n’est établi entre le taux de plomb de l’enfant – supérieur au seuil réglementaire de 50 microgrammes par litre de sang – et l’incendie qui s’est déclaré le 15 avril. L’ARS tente d’identifier « la ou les causes de cette imprégnation » via une « enquête environnementale » dans les lieux de vie de cet enfant. L’intoxication, connue sous le nom de « saturnisme », est généralement silencieuse mais des troubles digestifs, du comportement (apathie ou irritabilité, hyperactivité), de l’attention et du sommeil ainsi qu’un mauvais développement psychomoteur peuvent en être symptomatiques.

Pourquoidocteur.fr, Bfmtv.com, Frequencemedicale.com, 04/06

Une mutation qui protège du VIH réduit l’espérance de vie

Une mutation génétique qui protège contre l’infection par le VIH se traduit aussi par un taux de mortalité augmenté de 21 %, révèle une étude publiée dans Nature Medicine et menée auprès d’un échantillon de 400 000 individus dont l’ADN est enregistré dans une base de données britannique, la UK Biobank. Les personnes porteuses de deux copies de la mutation delta32 sur le gène CCR5 avaient 20 % de chances en moins d’atteindre l’âge de 76 ans que les personnes n’en ayant qu’une copie, ou ne présentant pas cette mutation. Ce nouvel effet de la mutation delta32 sur la mortalité reste à expliquer. D’autres effets de ce variant du gène CCR5 avaient aussi été rapportés dans la littérature scientifique : sensibilité accrue à d’autres virus, amélioration de la mémoire chez des souris et, tout récemment, meilleure récupération chez l’homme après des atteintes cérébrales.

Le Monde, édition Science et Médecine, 05/06

En Bref

Dans son édition Science et Médecine, Le Monde se penche sur les effets de la lumière bleue. « Réalisés chez le rat, nos travaux suggèrent que la lumière bleue des LED induit un stress toxique dans la rétine », explique Alicia Torriglia, directrice de recherche au Centre de recherche des Cordeliers (Inserm, université Paris-Descartes), membre du groupe de travail de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), qui vient de publier un avis sur les effets des LED sur la santé et l’environnement. L’expertise de l’Anses confirme l’impact potentiel d’une partie de la lumière produite par les diodes électroluminescentes sur la rétine, mais aussi sur le sommeil et le rythme circadien.

Le Monde, édition Science et Médecine, 05/06

Deux études cliniques, présentées le 3 juin lors de la grande conférence annuelle de la Société américaine d’oncologie clinique (ASCO) à Chicago, viennent de montrer que la prise d’olanzapine, un médicament normalement utilisé en psychiatrie, pouvait diminuer significativement le nombre de patients dont le cancer est traité par des chimiothérapies qui souffrent de nausées et vomissements, et rendre ces effets secondaires bien plus bénins dans les cas où ils surviennent encore. Une grande étude japonaise menée sur près de 700 malades confirme que l’olanzapine doit désormais faire partie de l’accompagnement de référence en cas de chimiothérapie agressive, du type cisplatine (utilisés dans les cancers du poumon, de la vessie, du système digestif et des sarcomes…) ou anthracycline (cancer du sein).

Le Figaro, 05/06

Le Hors-Série de 60 Millions de consommateurs, qui s’intéresse au « meilleur du bio » (avec plus de 130 produits testés), avertit sur la présence de nitrites dans la charcuterie bio. Les saucissons, jambons et lardons bio contiennent parfois des nitrites, additifs cancérogènes qui viennent gâcher les vertus de la viande de porc issue de l’agriculture biologique. Si certains producteurs parviennent à s’en passer, la démarche est encore trop rare. L’Inserm a démontré qu’une consommation élevée de produits charcutiers (4 par semaine) était associée à une aggravation des symptômes de l’asthme, souligne la revue. Parmi les pistes d’explications, les chercheurs soupçonnent fortement les nitrites.

60 Millions de consommateurs Hors-Série, 01/07

Archives

A press review is only a summary of media analysis and press articles that have been read to realize it each day. The press review can not be interpreted as reflecting the point of view of Inserm. The link towards the original article, when existing, is indicated in the synthesis.

These links, active at the updating date, may become unavailable in the following days. This depends on the media policy.





fermer
fermer
RSS Youtube