Menu

Des applications smartphones pour se protéger des moustiques, vraiment ?

moustique

© Fotalia

Les maladies à transmission vectorielle, c’est-à-dire des maladies humaines provoquées par des parasites, des virus ou des bactéries transmis par des vecteurs arthropodes, sont responsables de plus de 17% des maladies infectieuses dans le monde, et provoquent plus d’un million de décès chaque année. Les moustiques constituent de loin le principal vecteur de ces maladies, parmi lesquelles on peut citer le paludisme, le chikungunya, le virus Zika ou la fièvre jaune.

Ces maladies sont-elles en augmentation à travers le monde, et notamment en France, comme les gros titres de l’actualité semblent le suggérer ? Comment s’en protéger, quelles stratégies ont fait leur preuve contre les piqûres de moustiques ? Suffit-il simplement de mettre du répulsif anti-moustiques ou bien de télécharger une application sur son smartphone pour repousser ces insectes ? Canal Détox se penche sur ces questions.

 

Un plus grand nombre de cas, plus dispersés

Récemment, c’est plutôt le virus du Nil occidental[1] qui a fait la une de l’actualité, se propageant dans le sud de la France, avec l’apparition d’un cas autochtone[2] pour la première fois dans le territoire de la Nouvelle-Aquitaine. La région s’était déjà illustrée l’an dernier avec un premier cas autochtone du virus Usutu, un virus à ARN considéré comme émergent.

De manière générale, les maladies transmises par les moustiques sont en hausse en Europe et en France depuis plusieurs années, avec une accélération très nette en 2022. En effet, cette année-là, il y a eu 66 cas autochtones de dengue en France métropolitaine, soit le double du nombre de cas cumulés sur les quinze années précédentes. Alors que la dengue est la maladie virale transmise par les moustiques la plus répandue dans le monde, la reprise du trafic aérien et les flux de voyageurs ont aussi favorisé l’augmentation du nombre de cas importés (272 cas au total).

Par ailleurs, les cas de dengue sont aujourd’hui beaucoup plus dispersés géographiquement, ils ne sont plus uniquement circonscrits au pourtour méditerranéen. Notons que la population de moustiques tigres, responsable de la transmission de la dengue mais aussi du virus Zika et du Chikungunya a été identifiée dans 71 départements ce qui représente un plus grand risque de la diffusion de ces maladies sur tout le territoire.

Nous sommes donc dans une situation où le nombre de cas de maladies à transmission vectorielle est de plus en plus important, avec un risque de propagation à des régions où les moustiques n’étaient traditionnellement pas présents. Le réchauffement climatique serait un facteur aggravant à la fois parce qu’un climat chaud est propice au développement des moustiques et parce que des températures élevées favorisent la multiplication des virus au sein des moustiques.

 

Traitements et prévention : quelles stratégies ?

Si des traitements existent pour certaines maladies transmises par les moustiques, l’arsenal thérapeutique demeure encore limité dans la plupart des cas. Ainsi par exemple, le seul vaccin contre le virus du Nil occidental disponible est à destination des chevaux mais pas de l’humain, tandis que pour la dengue, le degré d’efficacité de la vaccination varie d’une personne à l’autre.

La prévention des piqûres est dans ce contexte une stratégie incontournable pour réduire la transmission et l’impact de ces maladies. Elle passe notamment par l’utilisation de protections individuelles, dont l’usage de vêtements amples couvrants et de moustiquaires traitées avec des insecticides dans les zones endémiques, mais aussi de répulsifs anti-moustiques.

Par exemple, depuis 2005, plus de 2 milliards de moustiquaires imprégnées d’insecticide ont été distribuées dans le monde pour prévenir le paludisme. Toutes ces moustiquaires ont été traitées avec une seule classe d’insecticide : les pyréthrinoïdes. En 2015, une modélisation publiée dans Nature a souligné que ces moustiquaires ont été à l’origine de la plupart des reculs des cas de paludisme observés entre 2005 et 2015, en particulier dans les zones de transmission modérée à élevée. Toutefois, depuis 10 ans, cette progression a nettement ralenti. Cela s’explique notamment parce que les moustiques sont désormais résistants aux pyréthrinoïdes dans de nombreuses régions, ce qui implique l’utilisation de moustiquaires traitées avec d’autres ingrédients actifs. Dans le même temps, la liste des insecticides autorisés s’est réduite, des données scientifiques ayant montré l’impact délétère de certains produits sur l’environnement.

Un autre axe très important de la prévention consiste à lutter contre les lieux de ponte des moustiques, en particulier à agir pour limiter le nombre de points d’eau stagnante, qui sont propices au développement et à la diffusion de moustiques dans le périmètre proche (les moustiques n’étant pas capables de voler plus d’une centaine de mètres).

De nombreux répulsifs olfactifs sont également disponibles sur le marché, notamment des produits à appliquer sur la peau (sprays, crèmes…) ou à diffuser dans l’environnement immédiat (bougies, prises électriques…). Si ces produits ont montré leur efficacité pour réduire les piqûres de moustiques, il s’agit tout de même de produits chimiques qu’il convient de ne pas utiliser en trop grande quantité. Par ailleurs, ils n’ont pas le même degré d’efficacité pour tout le monde (voir encadré à la suite de l’article), et la protection qu’ils confèrent est limitée dans le temps.

Face à cela, la recherche sur de nouveaux répulsifs est en plein essor, mais certaines dérives sont observées. L’une des plus notables, actuellement, est la popularité grandissante d’applications smartphones à télécharger, qui diffuseraient des ondes à basse fréquence pour repousser les moustiques. Cette idée de combattre les moustiques par le son et les ondes n’est pas nouvelle, et basée sur un argument simple : ces dispositifs seraient efficaces parce qu’ils imiteraient les ondes sonores produites par les battements d’ailes des moustiques mâles ou des libellules. Or les moustiques femelles qui piquent les humains, seraient repoussées par ce son, dans le premier cas parce qu’elles ne s’accouplent qu’une seule fois dans leur vie, dans le second parce que la libellule est leur prédateur.

Cependant, les données scientifiques ne sont actuellement ni assez nombreuses ni assez solides pour confirmer une quelconque efficacité de ce type de répulsif, d’autant que les ondes qui pourraient éventuellement être entendues par les moustiques femelles sont trop puissantes pour être reproduites par un smartphone.

Déjà en 2010, une revue de littérature sur dix études solides, publiée par l’organisation Cochrane, soulignait une absence de preuves concernant l’utilité de répulsifs anti-moustiques fondés sur les ondes, et allait même jusqu’à juger inutile la poursuite de recherches sur le sujet. Depuis, aucune étude n’est venue contredire ces conclusions avec des données plus robustes, mais ces applications – qui ont rarement été testées et validées en laboratoire -continuent à être téléchargées régulièrement.

Les experts déconseillent donc leur utilisation, au mieux parce qu’elles n’ont pas d’utilité, au pire parce qu’elles peuvent procurer un faux sentiment de protection, qui conduit les utilisateurs à négliger d’autres approches pour se protéger des piqûres.

 

Qu’est-ce qui attire les moustiques ?

Nous ne sommes pas tous égaux face aux piqûres de moustiques ! Parce qu’il existe de nombreuses espèces différentes, que certains climats sont plus propices que d’autres à leur prolifération… Mais aussi et surtout car nous pouvons leur sembler plus ou moins attirants. Sur ce dernier point, de nombreuses études scientifiques renseignent justement sur la susceptibilité individuelle aux piqûres.

Parmi les éléments « attractifs » documentés, on retrouve l’odeur : l’olfaction étant le principal sens par lequel les moustiques localisent leurs hôtes cibles. Les insectes seraient sensibles à divers composés organiques volatils présents sur la peau de l’humain, et dans sa transpiration (ex. ammonium, acide lactique…), ainsi qu’au CO2 qu’il rejette en respirant… Et comme nous sommes tous différents, l’intensité de la libération de ces composés « attractifs » varie selon les individus, ce qui explique que certains ont de plus grandes chances d’être piqués ! Les facteurs génétiques impliqués sont par ailleurs bien documentés par la littérature, d’autant qu’il est établi que la signature olfactive humaine propre à chacun est partiellement déterminée par des facteurs génétiques, notamment les allèles de l’antigène leucocytaire humain (HLA).

En outre, le régime alimentaire peut faire changer l’odeur corporelle : des scientifiques ont ainsi étudié les effets de la consommation de certains aliments sur l’attirance des moustiques. Contrairement à ce qu’on peut lire sur internet, rien ne prouve que l’ail et la vitamine B n’éloignent les moustiques ; alors que la consommation de bananes ou de bière pourrait augmenter cette attraction.

Par ailleurs les femmes enceintes libéreraient plus encore de composés attractifs que les autres individus. Il en serait de même pour les personnes atteintes de paludisme et porteuses du Plasmodium, qui peuvent donc, en se faisant piquer à nouveau, être à l’origine de la transmission de la maladie.

Toutes ces observations indiquent, qu’en plus de varier d’un individu à l’autre, l’attractivité humaine peut être modifiée en fonction des changements physiologiques et métaboliques observés chez un individu particulier…

Au-delà de cette susceptibilité individuelle, sur laquelle on ne peut malheureusement pas toujours agir, les scientifiques ont récemment découvert que certaines couleurs chaudes apparentées à celles de la peau humaine, comme le rouge, le noir et l’orange, sont perçues comme plus attirantes par les insectes. Se vêtir de bleu, de vert ou de violet pourrait donc permettre de passer un peu plus inaperçu.

 

Texte rédigé avec le soutien de Yannick Simonin, chercheur au sein de l’unité Inserm Pathogenèse et contrôle des infections chroniques et émergentes (unité 1058 Inserm/Université de Montpellier/EFS)

[1] Maladie virale transmise par les moustiques du genre Culex qui se contaminent exclusivement au contact d’oiseaux infectés. Les oiseaux sont les réservoirs du virus.

[2] On parle de cas autochtone quand une personne a contracté la maladie sur le territoire national et n’a pas voyagé en zone contaminée dans les 15 jours précédant l’apparition des symptômes.

Une « dette immunitaire » causée par les mesures barrières, vraiment ?

SARS-COV 2

Microscopie électronique d’une cellule infectée par le SARS-CoV-2 © Philippe Roingeard, Anne Bull-Maurer, Sonia Georgeault, unité Inserm U1259 MAVIVH & Université de Tours, France.

Une « triple épidémie » de Covid-19, grippe et bronchiolite est au cœur de l’actualité depuis plusieurs semaines. Dans ce contexte, le concept de « dette immunitaire » décrit pour la première fois dans la littérature scientifique en 2021 par un groupe de pédiatres français s’est rapidement retrouvé au centre de nombreux débats sur les réseaux sociaux.

Il a notamment été utilisé par certains comme un argument pour critiquer les mesures barrières mises en place en 2020-21, qui seraient selon eux la cause d’un affaiblissement de notre immunité. Canal Détox fait le point sur les débats en cours autour de cette notion.

 

« Dette immunitaire », un terme pertinent ?

Dans l’article scientifique en question, les auteurs expliquaient que la population est confrontée à une « dette immunitaire », soulignant que les mesures barrières mises en place pour lutter contre la pandémie de Covid-19 ont été associées à une stimulation réduite du système immunitaire des enfants, du fait d’une exposition plus limitée à des agents microbiens et à des retards dans le calendrier vaccinal. Ce phénomène expliquerait que ces derniers soient aujourd’hui plus vulnérables aux virus hivernaux.

Il n’en a pas fallu plus pour que le concept soit détourné sur les réseaux sociaux, certains n’hésitant pas à affirmer que les mesures barrières auraient affaibli notre système immunitaire et que c’est cela qui expliquerait la vulnérabilité des plus jeunes (mais aussi des adultes) aux virus.

En considérant ces différents arguments, on voit qu’il y a probablement un problème sémantique. Certains scientifiques préfèrent en fait parler de « dette d’exposition » et non de « dette immunitaire ».

Pour eux, nous avons certes été moins exposés à certains pathogènes lors des confinements ou du fait du port du masque, et donc l’organisme n’a pas fabriqué les anticorps correspondants pendant cette période. C’est particulièrement le cas des jeunes enfants, qui en 2020-21 n’ont jamais été exposés à certains pathogènes comme le RSV, l’un de virus à l’origine de la bronchiolite, et qui y sont pour la première fois confrontés cet hiver. On peut donc émettre l’hypothèse qu’il y a plutôt un effet de rattrapage, où un plus grand nombre d’enfants n’ayant pas été exposé au RSV et n’ayant donc pas encore bâti une immunité naturelle contre le virus, ont été infectés cette année.

Cette dette d’exposition peut expliquer en partie l’épidémie que l’on observe. C’est l’explication que propose notamment un article publié dans The Lancet, en s’appuyant sur des milliers de données collectées en Angleterre. Une autre publication s’est penchée sur la présence d’anticorps contre le RSV dans le lait maternel, montrant qu’en 2021, le taux d’anticorps était diminué par rapport aux taux de 2020 chez la plupart des mères. Si l’on ne peut donc se prononcer pour l’année 2022, on peut du moins souligner que les mères ont bien été moins exposées au virus entre la première et deuxième année de pandémie, et ont par conséquent fabriqué moins d’anticorps.

Toutefois, constater que nous avons globalement moins été exposés à certains virus spécifiques est très différent que de dire qu’en conséquence, nos systèmes immunitaires ont été affaiblis et sont désormais dysfonctionnels. Cette idée-là n’est absolument pas fondée.

Par ailleurs, il faut souligner que nous n’avons pas vécu en vase clos pendant la pandémie et que notre immunité a continué à être stimulée, que ce soit par la rencontre avec des pathogènes ou contaminants via notre alimentation ou dans notre environnement. Autrement dit, notre système immunitaire n’a jamais cessé de fonctionner même lorsque des mesures barrières étaient mises en place, il a seulement été moins exposés à certains microbes hivernaux (virus et bactéries).

 

D’autres pistes à explorer ?

Parler uniquement d’une « dette immunitaire » peut par ailleurs nous faire oublier qu’il existe d’autres hypothèses pertinentes qui pourraient expliquer la recrudescence des cas de grippe et de bronchiolite.

En ce qui concerne la bronchiolite, il faut souligner qu’elle n’est pas exclusivement causée par le RSV. Il est par exemple possible que l’infection par le SARS-CoV-2 puisse provoquer des bronchiolites ou encore qu’elle potentialise l’infection RSV et provoque des symptômes plus importants, chez un plus grand nombre d’enfants. Pour y voir plus clair, il est intéressant de pratiquer des tests de dépistage chez ceux qui présentent des symptômes, afin d’évaluer quels virus sont présents et s’il y a des co-infections. La recrudescence des cas de bronchiolites ne serait donc pas uniquement liée à une dette d’exposition au RSV, auquel nous aurions été moins confronté pendant les confinements successifs.

 

Poursuivre les travaux scientifiques

Parmi les autres axes de recherche à poursuivre, des scientifiques tentent de mieux comprendre les virus saisonniers, sur lesquels de nombreuses questions persistent, afin de mieux appréhender les épidémies en cours et mieux préparer celles des hivers suivants. Par exemple, certains chercheurs s’intéressent au fait que les mesures barrières liées à la pandémie de Covid-19 semblent avoir peu d’impact sur la circulation des rhinovirus (à l’origine de la plupart des rhumes), pour des raisons qui ne sont pas entièrement comprises.

Une autre question en suspens est de savoir comment ces virus se font concurrence et interfèrent les uns avec les autres. L’infection par un virus donné pourrait dans certains cas déclencher une forte réponse immunitaire innée qui pourrait empêcher l’infection par un autre virus – cette piste fait l’objet de plusieurs travaux de recherche. D’autres scientifiques étudient la possibilité que le SARS-CoV-2 puisse « effacer » la mémoire immunitaire bâties contre d’autres virus (en tuant ou affectant les lymphocytes B ou T mémoire) et ainsi rendre les personnes qui ont été infectées plus susceptible à des infections ultérieures avec d’autres virus.

Pour conclure, le terme de « dette immunitaire » a permis de soulever des questions importantes concernant les dynamiques épidémiques actuelles, ainsi que notre capacité à préparer de futures épidémies. Néanmoins, il a aussi conduit à des débats qui ont parfois quitté la sphère scientifique, en laissant notamment croire à certains que risquer l’infection par le SARS-CoV-2 serait préférable à la mise en place des mesures barrières pour s’en protéger.  Cette interprétation comporte des risques pour la collectivité, et d’ailleurs toutes les connaissances actuelles en immunologie montrent en effet qu’il est préférable de se protéger de n’importe quelle infection (par la vaccination, les gestes barrières ou encore l’aération des bâtiments) que de se laisser infecter.

Texte rédigé avec le soutien de Sandrine Sarrazin, chercheuse Inserm au Centre d’Immunologie de Marseille – Luminy (CIML) 

La vitamine C, traitement miracle contre le rhume vraiment ?

vitamine C_ oranges

C’est par l’intermédiaire de l’alimentation que nous nous procurons la vitamine C. © Unsplash

 

C’est le marronnier de l’hiver : lorsque le mois de décembre approche, tous les magazines santé font la part belle à la vitamine C. Sous forme de jus de citron ou de compléments alimentaires, les conseils pleuvent pour inciter chacun à absorber sa dose quotidienne de vitamines. Pour certains, il est nécessaire de prendre de la vitamine C sous forme de compléments alimentaires pour lutter contre les maladies hivernales, dont le rhume…

Mais quels sont vraiment les effets de la vitamine C sur l’organisme ? Et les compléments alimentaires à base de vitamine C peuvent-ils  nous protéger du rhume ? Canal Détox fait le point.

C’est un fait scientifiquement avéré : la vitamine C remplie de nombreuses fonctions dans l’organisme. Elle intervient par exemple dans la protection de la paroi des vaisseaux sanguins et l’assimilation du fer. Par ailleurs, les effets antioxydants de cette vitamine, qui empêche la dégradation des cellules, ne sont plus à démontrer.

Et comme notre organisme n’est pas capable de la synthétiser, c’est par l’intermédiaire de l’alimentation que nous devons nous en procurer. D’ailleurs, il est préconisé d’en absorber en moyenne 110 mg/jour pour un adulte.

 

Consommer encore plus de vitamine C pour lutter plus efficacement contre le rhume ?

Est-ce à dire qu’en allant au-delà des doses recommandées et en consommant encore plus de vitamine C, on augmenterait ses effets bénéfiques, notamment pour se protéger de l’attaque des virus responsables des inévitables rhumes ou rhinites de l’hiver ?

La réponse est non. De nombreuses études se sont penchées sur la question, et aucune d’entre elles n’a pu démontrer clairement des effets bénéfiques significatifs de la vitamine C à haute dose sur la fréquence, la durée ou encore la sévérité des rhumes. Pour la population générale, l’adage populaire selon lequel « Un rhume non soigné dure 7 jours, soigné il dure une semaine » semble donc bel et bien vérifié. Par ailleurs, la vitamine C donnée en tant que traitement contre des infections sévères, n’a qu’un impact minime sur la santé des patients, comme l’a confirmé une récente revue de littérature.

Pour aller plus loin, consultez aussi un article sur le sujet sur la plateforme Cochrane 

Au lieu de recourir à une supplémentation, il vaut mieux consommer des fruits et légumes riches en vitamine C comme les agrumes et les poivrons pour couvrir ses besoins. Et non seulement il ne sert à rien d’ingérer de fortes doses de vitamines C au-delà des apports recommandés pour lutter contre le rhume ou d’autres infections, mais les scientifiques découvrent aujourd’hui que, dans certaines conditions, la vitamine C peut avoir des propriétés oxydantes (et non plus antioxydantes). Par ailleurs, un apport excessif de vitamine C  peut provoquer des problèmes digestifs et des nausées.

Mieux vaut donc se montrer prudents avec la surconsommation de vitamine C sous forme de compléments alimentaires, d’autant que rien ne garantit que les nutriments conservent leurs effets bénéfiques une fois extraits de leur matrice originelle, ni qu’ils aient les mêmes effets chez tout le monde (fumeurs ou non, personnes malades ou saines, etc.).

Près de 30 % des adultes consomment des compléments alimentaires en France. La vitamine C fait partie, avec le magnésium et la vitamine B6, des trois nutriments les plus consommés pendant l’hiver sous forme de compléments alimentaires.

Texte publié pour la première fois dans le livre Fake News Santé de l’Inserm, aux éditions du Cherche-Midi

fermer