Menu

FIV : des interrogations sur la santé à long terme, vraiment ?

Embryon humain à huit cellules observé 72 heures après fécondation © Inserm/Lassalle, Bruno

L’assistance médicale à la procréation (AMP) concerne environ une naissance sur 30 en France, selon les données les plus récentes publiées sur le sujet. Parmi les techniques proposées (voir à la fin de l’article), la fécondation in vitro (FIV) est la plus utilisée, représentant 70 % des enfants conçus par AMP. Au cours des quarante dernières années, depuis les premiers succès de la FIV, ces chiffres n’ont cessé de croître.

En parallèle, de nombreux travaux ont été menés afin d’explorer les questionnements médicaux, scientifiques et éthiques suscités par ces techniques. L’une des interrogations centrales, régulièrement évoquée par les médias de manière plutôt pessimiste, concerne la santé à moyen et long terme des enfants nés par FIV.

Ces individus sont-ils vraiment plus à risque de développer certains problèmes de santé en grandissant – par exemple des altérations de la croissance, des troubles cardiovasculaires ou neuro-développementaux, ou même des cancers ? À l’âge adulte, sont-ils plus concernés par des problèmes de fertilité ? Quels travaux de recherche seraient aujourd’hui nécessaires afin de mieux appréhender ce sujet complexe ? Canal Détox fait le point.

Cet article a été préparé en s’appuyant sur le rapport très complet de l’Académie nationale de médecine sur le sujet : “ “Santé à moyen et à long terme des enfants conçus par fécondation in vitro (FIV)” Jouannet P., Claris O., Le Bouc Y. au nom d’un groupe de travail de l’Académie nationale de médecine

 

Des résultats globalement rassurants

La première chose à noter c’est que la période qui correspond à la fécondation et au développement embryonnaire avant l’implantation dans l’utérus est particulièrement fragile. Elle est marquée par des évènements majeurs au niveau génétique et épigénétique, qui jouent un rôle clé pour le développement de l’embryon mais aussi après la naissance. Lors de la FIV, cette période correspond aux phases où gamètes et embryons sont manipulés in vitro.

Il est donc logique que les scientifiques se soient intéressés de près aux conséquences de la FIV pour le développement et pour la santé des enfants et des jeunes adultes conçus de cette manière. Les études publiées sur le sujet tentent d’évaluer notamment s’ils sont plus fréquemment atteints de certains troubles – et si c’est le cas, dans quelle mesure un lien de causalité peut être établi avec les manipulations effectuées pendant la FIV.

Les données disponibles issues de ces travaux de recherche sont encore assez hétérogènes. Le message principal est que si les enfants conçus par FIV peuvent parfois être atteints de troubles de la santé, aucun problème particulier ne domine et leur prévalence est relativement modérée. Cette prévalence n’est pas beaucoup plus importante que chez les enfants conçus naturellement.

Prenons quelques exemples de pathologies qui ont souvent fait l’objet d’investigations. Dans un contexte où il a parfois été rapporté dans les médias que les enfants conçus par FIV présentent des retards de croissance, plusieurs études se sont intéressées à ce sujet, mettant en lumière des résultats plutôt rassurants. Si certains travaux soulignent bien des indices de masses corporels (IMC) plus faibles chez les enfants conçus par FIV, surtout en dessous de l’âge de 3 ans, des données ont ensuite montré que les éventuelles différences de croissance s’estompent à l’adolescence.

Autre inquiétude souvent relayée, celle d’une prévalence accrue des cancers pédiatriques chez les enfants nés par FIV. Si les résultats divergent d’une étude à l’autre, des travaux solides menés à partir des données de milliers d’enfants, notamment en Scandinavie, se sont montrés rassurants puisque les résultats n’indiquent pas de différence significative du taux de cancer chez les enfants conçus par FIV par rapport à ceux conçus naturellement.

Enfin, un point sur les anomalies cardiovasculaires, qui ont été centrales dans les débats scientifiques et médiatiques. Le consensus qui se dégage pour le moment est que les enfants et jeunes adultes nés par FIV présentent un risque modéré de troubles cardiovasculaires. Une augmentation légère de la pression artérielle est observée dans certaines études chez ces enfants et pourrait être associée à l’âge adulte à l’hypertension artérielle et à des maladies cardiovasculaires. Il est donc nécessaire de bien informer les parents à propos de ce risque et des stratégies de prévention pour le réduire, tout en y consacrant une attention particulière dans le suivi médical des enfants.

 

Des mécanismes imputables à la FIV ?

Un autre point intéresse les scientifiques et médecins qui travaillent dans le domaine : comment expliquer les incertitudes qui persistent sur certains troubles et les données contradictoires qui se dégagent parfois d’une étude à l’autre ?

Cela peut être en partie dû à des variations méthodologiques. En effet, les effectifs étudiés sont très variables, souvent avec un nombre faible de sujets et les groupes contrôles ne sont pas toujours pertinents. Les résultats peuvent aussi varier en fonction des catégories d’âge considérées, et les perturbations observées à un âge donné peuvent disparaitre à un âge plus avancé. Enfin, il n’est pas à exclure que le diagnostic des différents troubles puisse en partie être lié à une plus grande attention portée par les parents au développement et à la santé de leurs enfants nés par FIV par rapport au reste de la population.

Par ailleurs, les altérations observées chez les enfants ne sont pas forcément toutes directement imputables à la FIV. D’autres facteurs de risque propres à cette population pourraient aussi expliquer certains des troubles décrits.

Par exemple, dans le cas des troubles neuro-développementaux, la FIV ne semble globalement pas avoir d’effet délétère. Lorsque certains troubles sont diagnostiqués (troubles du spectre de l’autisme, de l’apprentissage, hyperactivité, anxiété…), ils pourraient plutôt être dus à d’autres facteurs de risque comme la prématurité. En outre, le contexte socio-familial doit mieux être pris en compte dans ce type d’étude.

Les couples infertiles peuvent aussi être plus à risque de transmettre à leurs enfants des facteurs responsables de perturbations de santé. Par exemple, certains garçons nés à la suite d’une FIV avec micro-injection de spermatozoïde dans l’ovocyte (ICSI), une technique proposée en cas d’infertilité masculine d’origine génétique, ont un risque accru d’être stériles comme leur père.

Priorités de recherche

Enfin, il est important de continuer les travaux pour mieux comprendre les mécanismes impliqués dans la survenue des troubles, notamment au niveau épigénétique, ainsi que les étapes de la FIV qui peuvent potentiellement augmenter certains des risques décrits.

Des études s’intéressent donc actuellement aux procédures utilisées pour réaliser une FIV, et suggèrent que dans ce cadre, ce sont les traitements hormonaux de stimulation ovarienne, les conditions de la culture embryonnaire et la congélation des embryons qui sont le plus souvent suspectés d’être à l’origine des troubles observés.

À l’heure actuelle, la priorité est aussi de poursuivre les études scientifiques dans des populations mieux caractérisées, notamment à des âges plus avancés de la vie, pour étudier la santé à long terme des individus nés par FIV. Il convient de mener des travaux à la fois cliniques et fondamentaux, pour comprendre d’où proviennent les altérations éventuelles et comment les éviter.

Malgré certaines incertitudes qui persistent, il faut enfin surtout continuer à informer, de manière aussi claire, objective et précise que possible, les personnes ayant recours à la FIV en les rassurant face aux messages pessimistes auxquels elles peuvent être confrontées mais aussi en leur donnant tous les éléments sur les risques potentiels à moyen et à long terme pour les enfants qui naitront.

 

L’AMP en pratique

Il existe différentes techniques pouvant être proposées aux couples infertiles candidats à l’AMP : insémination artificielle, FIV, FIV-ICSI…

Retrouvez toutes les informations sur ces différentes approches dans notre dossier dédié : https://www.inserm.fr/dossier/assistance-medicale-procreation-amp/

 

Texte rédigé avec le soutien de Thierry Galli (directeur de recherche Inserm et directeur de l’Institut Biologie cellulaire, développement et évolution), Jean Rosenbaum (directeur de recherche Inserm, Institut Biologie cellulaire, développement et évolution) et Christine Lemaitre (Institut Biologie cellulaire, développement et évolution et secrétaire générale du comité d’éthique de l’Inserm).

La cohérence cardiaque, une technique pour améliorer sa santé, vraiment ?

yoga

La pratique du contrôle de la respiration dans le yoga a été l’une des premières à utiliser des stratégies de respiration pour améliorer le bien-être. © Unsplash.

« Pratiquez la cohérence cardiaque pour obtenir des effets immédiats sur votre santé physique et mentale ! », c’est le genre de promesse que l’on peut lire dans les pages de magazines grand public, sur le site web de certains thérapeutes ou dans des applis « bien-être » qui proposent cette approche à des fins commerciales.

Mais au fil du temps et des usages, la cohérence cardiaque s’est imposée comme concept un peu large, regroupant en fait des pratiques diverses. En général, le point commun des techniques dites de « cohérence cardiaque » est de s’appuyer sur des exercices de respiration pour mettre en phase le rythme du cœur et celui de la respiration et aider ainsi les personnes à se relaxer.

Toutefois, les fondements scientifiques sous-jacents ne sont pas toujours bien compris et les bénéfices de ces techniques, même s’ils existent, sont parfois exagérés. On fait le point dans notre nouveau Canal Détox.

 

La cohérence cardiaque, c’est quoi au juste ?

Dans l’organisme, les fonctions respiratoires et cardiaques sont couplées : les variations de la fréquence cardiaque sont influencées par la respiration. Plus précisément, la fréquence cardiaque augmente pendant l’inspiration et diminue pendant l’expiration. Ce phénomène est appelé « arythmie sinusale respiratoire » (ASR) dans le monde biomédical, ou « cohérence cardiaque » par le grand public (voir encadré pour plus de détails).

L’amplitude de l’ASR est mesurée par la différence entre le rythme cardiaque maximum pendant l’inspiration et le rythme cardiaque minimum pendant l’expiration. Par exemple, si notre rythme cardiaque est de 80 battements par minute pendant l’inspiration, et de 70 battements par minute pendant l’expiration, alors l’amplitude de l’ASR est de 10 battements par minute.

Plusieurs études ont suggéré qu’une amplitude élevée d’ASR est bénéfique sur le plan physiologique et psychologique, tandis qu’une amplitude d’ASR réduite est liée à des troubles cardiovasculaires (hypertension, insuffisance cardiaque chronique) et mentaux (anxiété, stress, voire troubles du spectre autistique). Mais les données sont encore parcellaires et les connaissances sur le sujet reposent pour le moment souvent sur des observations empiriques.

Néanmoins, il s’agit d’un domaine de recherche de plus en plus fertile : la variabilité du rythme cardiaque, dont l’ASR est une des composantes, est d’ores et déjà utilisée comme outil diagnostique pour certaines pathologies (maladies cardiovasculaires, troubles psychiatriques, TSA…), et des essais cliniques qui s’intéressent à l’ASR des participants voient le jour. Ainsi, on dénombre près de 2 000 essais cliniques étudiant la variabilité de la fréquence cardiaque enregistrés sur clinicaltrials.gov. Leur objectif est soit d’augmenter l’amplitude de l’ASR comme stratégie thérapeutique, soit de l’utiliser comme indicateur d’efficacité d’une stratégie thérapeutique.

 

Des retombées sociétales à prendre en compte

Ces dernières années, augmenter l’amplitude de l’ASR grâce à des techniques de respiration, dans l’espoir d’améliorer sa santé, est une pratique qui a aussi gagné en popularité auprès du public. Cependant, le terme d’« arythmie sinusale respiratoire » étant un peu complexe, c’est celui de « cohérence cardiaque » qui s’est imposé dans le discours.

La pratique du contrôle de la respiration dans le yoga, appelée « pranayama », a été l’une des premières à utiliser des stratégies de respiration pour améliorer le bien-être. Aujourd’hui, les stratégies de respiration profonde telles que la technique « 365 » sont courantes et recommandées par les cliniciens. Des dizaines d’appareils et de technologies, y compris des applications pour smartphones développées à des fins commerciales, reprennent le concept à leur compte, enseignant ces stratégies respiratoires et utilisant principalement les mesures de l’ASR comme critère pour évaluer les bénéfices pour la santé.

Il existe des données empiriques et quelques études qui documentent les effets bénéfiques d’exercices respiratoires présentés comme des « techniques de cohérence cardiaque ». Par ailleurs, comme évoqué précédemment, des essais cliniques fondés sur l’ASR s’annoncent prometteurs.

Le problème, c’est que la frontière devient parfois très mince entre les connaissances scientifiques actuelles et les interprétations et usages prodigués au grand public, notamment par des entreprises privées à but lucratif. Les mécanismes biologiques sous-jacents de l’ASR sont mal compris et certaines affirmations concernant les bénéfices de la cohérence cardiaques sont parfois exagérées.

Prétexter par exemple pouvoir guérir de nombreux maux – de la dépression à l’addiction en passant par le stress post-traumatique – grâce à des exercices de respiration, sans tenir compte de l’état actuel des connaissances encore limité et sans proposer d’autres prises en charges thérapeutiques, est une porte ouverte à des dérives.

Zoom sur des études scientifiques solides

Quelques études scientifiques rigoureuses dans le domaine ont récemment été publiées, ouvrant la voie à une meilleure compréhension des bénéfices de l’ASR dans le cadre de certaines pathologies ainsi que des pistes qui doivent être poursuivies.

  • Pour les pathologies cardiovasculaires, travailler sur l’amplitude de l’ASR semble de plus en plus prometteur. Deux études ont montré récemment que le rétablissement d’une variabilité du rythme cardiaque en phase avec la respiration chez des modèles animaux d’insuffisance cardiaque chronique a des effets thérapeutiques importants.
  • Pour la première fois, en 2023, une étude a démontré un concept qui semblait déjà acquis dans l’imaginaire collectif : un rythme cardiaque élevé a un effet anxiogène. Cet article ouvre de nouvelles pistes pour comprendre les causes biologiques des troubles anxieux et les bénéfices de certains exercices de respiration lente et profonde pour calmer ces états. Il met aussi en avant l’idée que comprendre les états émotionnels ne peut se faire sans s’intéresser aux liens entre le cerveau et le reste des cellules de l’organisme.

 

Comment l’arythmie sinusale respiratoire est-elle générée ?

L’ASR est principalement générée par le cerveau. Le tronc cérébral, à la base du cerveau, contient des neurones appelés « respiratoires », à l’origine de la commande nerveuse contrôlant la contraction des muscles respiratoires, mais aussi des neurones « cardiaques », qui génèrent la commande nerveuse régulant l’activité cardiaque.

Certains neurones respiratoires modulent directement l’activité de neurones cardiaques, et plus précisément de ceux dits « parasympathiques », dont l’activité a un rôle de frein sur le rythme cardiaque.

En particulier, un groupe de neurones générant l’inspiration inhibe en parallèle des neurones cardiaques parasympathiques, conduisant à une augmentation du rythme cardiaque pendant l’inspiration. Un autre groupe de neurones qui génère le début de l’expiration active en parallèle les mêmes neurones cardiaques parasympathiques, conduisant à une chute du rythme cardiaque en début d’expiration.

C’est ce mécanisme qui génère l’ASR.

Texte rédigé avec le soutien de Clément Menuet, chercheur Inserm à l’Institut de neurobiologie de la Méditerranée (unité 1249 Inserm/Aix-Marseille Université)

Les psychédéliques, des traitements contre les troubles psychiatriques, vraiment ?

© Photo de Possessed Photography sur Unsplash

En avril 2023, des données issues d’un essai clinique de phase II mené en Suisse ont fait du bruit dans les médias. Et pour cause, il s’agissait d’un sujet plutôt hallucinant : l’étude s’intéressait aux effets d’une consommation de LSD pour des patients atteints de dépression, suggérant que cette substance psychédélique aurait des bénéfices importants. En effet, les premiers résultats indiquaient que les personnes à qui l’on avait administré de plus grandes doses de LSD avaient bénéficié d’une réduction moyenne de leurs symptômes dépressifs presque quatre fois supérieure à celle des personnes exposées à un placebo.

Ces données qui n’ont pas encore fait l’objet d’une publication scientifique revue par les pairs, ont néanmoins remis sur le devant de la scène un débat vieux de plusieurs décennies sur les éventuels bénéfices thérapeutiques du LSD pour tout un tas de troubles psychiatriques, de la dépression à l’anxiété,+ en passant par le stress post-traumatique. Depuis quelques années, l’intérêt pour ce domaine de recherche a repris de l’ampleur et de nombreux essais ont été lancés à travers le monde.

Mais n’est-il pas dangereux de se soigner avec du LSD ? Plus largement, la recherche a-t-elle vraiment déjà des preuves solides de l’efficacité des substances psychédéliques ? Canal Détox fait le point.

Dès les années 1950, deux substances psychédéliques font l’objet de nombreuses recherches : le LSD, dérivé d’une molécule issue d’un champignon parasite du seigle, et la psilocybine, principe actif de champignons hallucinogènes. Les médecins expérimentent, parfois sur eux-mêmes, les effets de ces molécules qui modifient l’état de conscience durant plusieurs heures. Ils étudient notamment leurs effets sur la dépression, l’anxiété, l’alcoolisme, les troubles obsessionnels compulsifs, ou encore en tant que soins palliatifs, avec l’espoir d’en faire des médicaments. Mais le LSD et la psilocybine, qui provoquent des hallucinations avec des distorsions des sens, du temps et de l’espace, vont finir par être considérés comme des drogues dangereuses et être interdits. Les recherches vont s’arrêter durant 30 ans.

Stimulées par les limites des traitements actuels contre les troubles psychiatriques, elles reprennent au milieu des années 1990, encadrées plus strictement, et éclaircissent, en partie, le mode d’action de ces molécules sur le cerveau. Elles révèlent notamment que le LSD et la psilocybine, agissent principalement dans le cerveau sur les récepteurs de la sérotonine, hormone impliquée dans la régulation des comportements, de l’humeur, et de l’anxiété.

C’est aussi sur le système sérotoninergique qu’agissent les antidépresseurs les plus prescrits actuellement, bien que leur effet ne soit bien évidemment pas le même. D’ailleurs, si les antidépresseurs sont moins populaires dans les médias que les substances hallucinogènes, il faut rappeler qu’ils apportent une solution satisfaisante, avec des effets persistants sur le long terme, à environ 70 % des patients traités en dépression.

Les promesses de la psilocybine

Les substances psychédéliques font aujourd’hui l’objet de nombreuses expérimentations en particulier aux États-Unis, en Grande-Bretagne et au Canada. Et jusqu’à maintenant, c’est la psilocybine qui obtient les résultats les plus intéressants dans les études déjà publiées.

Par exemple, son utilisation en complément de séances de thérapie a ainsi permis de réduire durablement l’anxiété et la dépression, notamment les formes résistantes aux antidépresseurs qui concernent environ 30 % des patients traités. Des effets secondaires (maux de tête, étourdissements mais aussi angoisse) ont cependant été notés chez 77 % des participants dans une récente étude.

La psilocybine a aussi eu des effets intéressants dans des essais sur des personnes qui cherchaient à arrêter le tabac ou l’alcool, ou encore pour accompagner les personnes en fin de vie, en favorisant la communication avec les proches et en leur permettant d’affronter plus sereinement la mort.

Autre piste explorée : l’utilisation des substances psychédéliques sur les troubles obsessionnels compulsifs ou TOC, pour les patients qui ne répondent pas aux traitements classiques. Une étude en double aveugle a démarré aux Etats-Unis, à l’université de Yale, pour évaluer l’effet de la psilocybine et décrire ses mécanismes d’action, chez une trentaine de volontaires atteints de TOC.

Enfin, dans le domaine du stress post-traumatique, des publications commencent aussi à voir le jour. Une revue de littérature a récemment rappelé le besoin de thérapies innovantes dans ce domaine et les premiers résultats prometteurs d’études menées chez des vétérans, témoignant d’un effet bénéfique de la prise de psilocybine pour affronter les souvenirs traumatiques et réduire les angoisses associées.

 

Des nuances à apporter

Malgré ces avancées, la prudence reste de mise. En effet si la plupart des études dédiées aux substances psychédéliques apportent des résultats intéressants et utilisent une méthodologie rigoureuse en « double aveugle versus placebo », elles sont encore peu nombreuses, et menées sur un nombre restreint de sujets. En outre, les mécanismes d’actions de ces substances expliquant leurs éventuels effets thérapeutiques demeurent assez peu explorés.

Par ailleurs, ces substances nécessitent d’être employées dans un cadre médical sécurisé : avec une préparation, un accompagnement, un environnement approprié, un dosage adapté, et l’exclusion de certaines interactions médicamenteuses ou certains profils psychologiques incompatibles avec ces traitements. Cela sera aussi de mise si les substances sont un jour autorisées en dehors du cadre d’un essai clinique.

La prise de psychédéliques peut par ailleurs s’accompagner d’effets secondaires comme le montrent certains essais, et dans les cas les plus extrêmes, des états d’intense panique, phobies et de confusion.

La présence d’un professionnel de santé pour s’assurer du bien-être physique et psychologique du patient, pendant et après le traitement semble donc incontournable. Dans la pratique, le nombre limité de psychiatres en France pourrait être un frein. Parmi les chantiers à mener, il faudra aussi déterminer les règles éthiques encadrant l’administration de telles substances hors des essais cliniques et bien définir les patients les plus susceptibles d’en bénéficier.

Alors, même si les effets de ces substances s’avèrent un jour clairement bénéfiques, avec de nombreuses autres études qui confirmeraient les premiers résultats prometteurs, l’idée n’est résolument pas de généraliser la prise de LSD comme celle d’une aspirine.

 

D’autres travaux français et européens à découvrir

À Amiens, l’équipe de Mickaël Naassila (laboratoire Inserm 1247 Groupe de recherche sur l’alcool et les pharmacodépendances) travaille en parallèle sur un autre grand projet, européen cette fois. Ce projet baptisé Psi-Alc a été lancé en 2019 pour une durée de 4 ans, et mené en partenariat avec des chercheurs allemands, italiens et suisses. Leur but est, entre autres, de décrypter les mécanismes d’action qui pourraient réduire l’envie de boire de l’alcool, après absorption de psilocybine.

Lire notre article sur le sujet : https://www.inserm.fr/actualite/therapies-psychedeliques-une-panacee/

Le vaccin contre le papillomavirus seulement pour les filles, vraiment ?

papillomavirus humains (HPV)

Les papillomavirus humains (HPV) sont un groupe de virus à ADN qui infectent spécifiquement les épithelia de la peau ou des muqueuses. Ils induisent des lésions bénignes telles que verrues, papillomes ou condylomes. © Inserm/U190

Afin de mieux lutter contre les papillomavirus humains (HPV), une campagne de vaccination généralisée va être menée dans les collèges pour les élèves de 5e. Cette initiative doit permettre d’augmenter la couverture vaccinale et de prévenir l’infection par ce virus, responsable de 6 000 nouveaux cas de cancers et de 30 000 lésions précancéreuses du col de l’utérus chaque année.

Les papillomavirus humains sont habituellement associés aux femmes. D’ailleurs, un vaccin est proposé aux jeunes filles depuis 2006 dans plus de 80 pays dans le monde, afin de limiter la transmission de ce virus, et par conséquent le développement de lésions précancéreuses qui lui sont consécutives et qui peuvent éventuellement évoluer vers un cancer.

Néanmoins, les garçons peuvent eux aussi être infectés. La transmission de ce virus se fait lors des rapports sexuels, avec ou sans pénétration. Un simple contact de peau à peau suffit à la transmission, notamment par les doigts lors de caresses intimes.

Et si les cancers de l’utérus sont les plus fréquents, ce virus est aussi responsable de cancers de l’anus, de la bouche et de la gorge, qui, eux, touchent aussi bien les hommes que les femmes. Parmi les nouveaux cas de cancers identifiés chaque année, liés aux papillomavirus humains, un tiers concernent les hommes. C’est pourquoi la Haute Autorité de santé (HAS) avait ouvert la vaccination aux garçons dès janvier 2021. C’était déjà le cas dans plusieurs pays.

Mais alors que les données concernant l’efficacité du vaccin continuent à s’accumuler, la couverture vaccinale reste faible en France (moins de 30 % des adolescents de 16 ans sont vaccinés). Canal Détox fait le point sur les données scientifiques qui existent sur le sujet et sur les effets bénéfiques du vaccin anti-HPV, chez les garçons comme chez les filles.

 

Un recul suffisant

Le papillomavirus humain – il en existe de nombreux types plus ou moins virulents[1] – a une particularité : il est très contagieux. Ainsi, environ 80 % de la population sexuellement active rencontrera un virus de cette famille au moins une fois dans sa vie, notamment au cours de sa jeunesse. Dans 90 % cas, le papillomavirus humain sera naturellement éliminé de l’organisme. Cependant, dans 10 % des cas, le virus aura tendance à s’installer, à proliférer dans les cellules de la muqueuse, et pourra, pour les souches les plus virulentes, aboutir à des lésions précancéreuses puis à un cancer.

Un vaccin contre le papillomavirus existe depuis 2006 en France, et pourrait conduire à l’éradication de ce virus. Mais face à la défiance du pays vis-à-vis des vaccins en général et de celui-ci en particulier, il n’a pas remporté l’adhésion des jeunes ni de leurs parents. Ainsi, en 2021, moins de la moitié des adolescentes françaises sont vaccinées. L’une des raisons évoquées pour expliquer ce rejet concerne le manque de certitude vis-à-vis de l’efficacité du vaccin car il peut s’écouler jusqu’à 30 ans entre l’infection par le papillomavirus et la déclaration d’un cancer.

couverture vaccinale HPV par département _ 2018

Toutefois, le recul commence à être suffisant – les vaccins ayant été introduits dans plus de 80 pays à partir de 2006 – et les preuves à s’accumuler. Par exemple, en Australie, l’un des premiers pays à avoir introduit un programme de vaccination, le nombre de personnes infectées par le papillomavirus à l’origine de cancers du col de l’utérus a diminué grâce à la vaccination. La prévalence des HPV de type 6, 11, 16 et 18 est passée de 28 % en 2005 à 2,3 % en 2012 chez les jeunes femmes de 18-24 ans. Une étude récente a même estimé que le cancer du col de l’utérus pourrait être éliminé dans ce pays d’ici vingt ans.

De même en Suède, où la couverture vaccinale est de 80 %, on observe entre 2006 et 2017 une réduction des lésions précancéreuses de 75 % ainsi que du nombre de cancers invasifs du col de l’utérus de 88 % chez les jeunes filles vaccinées avant 17 ans.

Des résultats encourageants qui laissent à penser qu’une plus ample couverture vaccinale contre le papillomavirus, combinée à une forte participation au dépistage et à des traitements appropriés, pourrait permettre l’élimination du cancer du col de l’utérus. La campagne future à destination des collégiens et l’ouverture de la vaccination aux garçons visent à enrayer la chaîne de transmission pour atteindre cet objectif.

Quelques points clés

  • Il existe près de 200 types de papillomavirus dont une quarantaine peuvent infecter l’appareil génital. Parmi eux, 12 ont été définis comme étant à haut risque ou potentiellement oncogènes et d’autres à bas risque, responsables de verrues anogénitales.
  • Les HPV à haut risque oncogènes 6, 11, 16, 18, 31, 33, 45, 52, 58 sont responsables de 90 % des cancers du col de l’utérus, 70 % des cancers du vagin, 40 % des cancers de la vulve, 85 % des cancers de l’anus, 60 % des cancers du pénis et de 80 % des lésions précancéreuses.
  • Le vaccin Gardasil 9 protège contre les HPV 6, 11, 16, 18, 31, 33, 45, 52 et 58. Il est administré en 3 doses.
  • Les hommes peuvent aussi développer des cancers associés aux HPV : cancer du pénis, de l’anus, de l’oropharynx ou des amygdales. Le vaccin Gardasil 9 protège contre HPV16, le principal sous-type cancérigène pour l’homme.

Des régimes miracles contre la migraine, vraiment ?

légumes

L’alimentation a fait l’objet de travaux de recherche pour comprendre si certains aliments déclenchent les crises de migraine. © Unsplash

La migraine est un trouble neurologique chronique courant qui se caractérise par des crises récurrentes d’intenses céphalées. Deux à trois fois plus fréquente chez les femmes que chez les hommes, cette maladie a une prévalence mondiale de près de 15 % pour les deux sexes. Selon l’OMS, il s’agit de la septième maladie la plus incapacitante au monde, avec un retentissement important et documenté depuis longtemps sur plusieurs aspects de la vie quotidienne dont les relations professionnelles, sociales et familiales. Le coût économique et sociétal de la migraine est également important.

La migraine est un trouble complexe, dont tous les mécanismes ne sont pas encore bien connus, mais pour lequel des facteurs génétiques ainsi que des facteurs environnementaux (l’activité physique, sommeil, le climat ou encore le comportement alimentaire par exemple) jouent un rôle. À ce jour, il n’existe pas de traitement curatif de la migraine. La prise en charge de la maladie repose sur le traitement des crises et, chez certains migraineux, et dans certains cas, par leur prévention par un traitement de fond. Agir sur les facteurs de risque environnementaux peut également aider certains patients et réduire la fréquence et/ou la sévérité des crises : c’est dans ce contexte que nombre d’entre eux engagent une réflexion sur leurs comportements alimentaires pour tenter de limiter l’impact de la migraine et améliorer leur qualité de vie.

Depuis plusieurs années, l’alimentation a fait l’objet de travaux de recherche pour comprendre si certains aliments déclenchent les crises de migraine – ou au contraire permettent de limiter leur fréquence, durée et/ou sévérité. Les réseaux sociaux se sont parfois faits le relai de certaines publications scientifiques, mettant en avant de manière souvent exagérée les bienfaits de régimes ou aliments spécifiques. Les forums de patients regorgent aussi d’anecdotes plus ou moins scientifiques, que les internautes s’échangent à propos de leur alimentation. Au risque d’alimenter la confusion. Pour y voir plus clair, Canal Détox fait le point sur ce que l’on sait des liens entre alimentation et migraine.

 

Supprimer certains aliments de son régime, fausse bonne idée ?

Lorsque l’on tombe sur des discussions sur le web évoquant le lien entre alimentation et migraines, la plupart évoquent la nécessité d’éviter certains aliments identifiés comme problématiques.

Même si l’on sait que certains comportements alimentaires, comme par exemple le fait de faire un repas lourd ou de manger à des horaires irréguliers influencent le déclenchement de la migraine, les mécanismes sous-jacents restent peu explorés.

Par ailleurs, si certains patients ont remarqué que, pour eux, le fait de manger un aliment spécifique est souvent suivi d’une crise de migraine et décident donc de le retirer de leur alimentation, des données scientifiques suggèrent qu’en fait l’aliment incriminé ne serait pas le déclencheur de la migraine – mais plutôt un signe annonciateur. En effet, il est possible que le début d’une crise de migraine, avant l’apparition de la douleur, s’accompagne d’une modification des comportements alimentaires ou encore d’une préférence ou d’une envie de manger un aliment, par exemple du chocolat. Autrement dit, l’envie de consommer certains aliments pourrait chez certains patients représenter des manifestations cérébrales précoces de la phase prémonitoire de la crise migraineuse.

En outre, les régimes fondés sur l’évitement de certains aliments, surtout s’ils sont faits sans contrôle médical, comportent des risques. Le fait de retirer entièrement certains aliments (par exemple, les régimes sans gluten, sans tyramine[1]…) est très contraignant et peut entraîner des déséquilibres alimentaires voire des carences. Ni le régime sans gluten, chez les patients ne souffrant pas de maladie cœliaque, ni les autres régimes de ce type, ne s’appuient sur des données scientifiques suffisamment robustes pour être considérés comme efficaces et généralisés en clinique.

Il peut être d’autant plus problématique d’opter pour ces approches qu’il a été rapporté dans la littérature scientifique que l’évitement strict de certaines nourritures peut parfois entraîner du stress, des problèmes psychologiques et une mauvaise qualité de vie.

Il est donc avant tout recommandé aux patients migraineux de se tourner vers un professionnel de santé pour obtenir conseils diététiques adéquats et surtout de privilégier au maximum une régularité dans les heures de repas, avec des apports suffisants et sans grignotage (comme pour le sommeil, la régularité des comportements alimentaires est clé lorsque l’on est sujet à migraines).

 

Des régimes ou des aliments miracles à privilégier ?

 Aujourd’hui, le seul régime pour lequel des données solides commencent à émerger est le régime cétogène. Ce régime caractérisé par une alimentation riche en graisses et pauvre en glucides a montré des résultats prometteurs contre la migraine. Il influencerait potentiellement plusieurs mécanismes impliqués dans le développement du trouble (par exemple, le transport du glucose, la fonction mitochondriale, le stress oxydatif, l’excitabilité cérébrale, l’inflammation ou encore le microbiome intestinal).

Cependant, il faut souligner que la plupart des études sur le sujet présentent un certain nombre de limites, notamment le fait qu’il s’agit très rarement d’études randomisées portant sur de larges échantillons de patients. Les résultats doivent donc être pris avec prudence.

Des travaux récents se sont intéressés aux bénéfices des régimes anti-inflammatoires – ce qui a poussé certains médias à vanter les mérites d’aliments « anti-inflammatoires » qui seraient potentiellement efficaces contre la migraine, par exemple le gingembre ou les myrtilles. Si des publications ont montré que le fait d’avoir un régime varié, intégrant des aliments aux propriétés anti-inflammatoires, pouvait effectivement avoir des effets bénéfiques, il n’y a aucune preuve qu’un aliment dit « anti-inflammatoire » serait à lui seul capable de réduire la fréquence, la durée ou la sévérité des crises. Dans tous les cas, des études rigoureuses pour consolider les données scientifiques déjà obtenues sur le sujet sont nécessaires.

Un message clé serait donc que, s’il est important de continuer à étudier le rôle du comportement alimentaire et plus généralement de l’alimentation sur la migraine afin de répondre aux interrogations des patients, une chose est certaine à l’heure actuelle : une régularité dans les repas et le fait de manger en quantité suffisante en respectant un certain équilibre alimentaire est primordial pour les patients sujets aux migraines chroniques.

[1] Un acide aminé qui aide à réguler la pression artérielle

 

Caféine et migraine : quel lien ?

Faut-il consommer du café ou non lorsque l’on est migraineux ? Cette question revient souvent dans les cabinets médicaux mais aussi sur les forums en ligne.

Et la réponse n’est pas si évidente. Des études ont suggéré qu’une consommation élevée de caféine pourrait être un élément déclencheur de migraine, comme cette publication dans The American Journal of Medicine. Il s’agissait d’une étude prospective examinant le lien entre consommation de café et migraines chez 101 adultes migraineux, à partir d’un journal quotidien qu’ils remplissaient concernant leur consommation de boissons caféinées ainsi que d’autres éléments concernant leurs comportements et leur style de vie.

Cependant, des données ont aussi indiqué qu’un effet protecteur de la caféine en tant que traitement des crises ou chez les patients gravement atteints ne pouvait être exclu.

Enfin, il est également connu que, chez les grands consommateurs de café, une réduction brutale de la consommation de caféine s’accompagne de « symptômes de sevrage », dont des migraines.

 

Texte rédigé avec le soutien de Xavier Moisset, neurologue au CHU de Clermont-Ferrand, membre du laboratoire Neuro-Dol – Inserm unité 1107

L’EMDR pour traiter le stress post-traumatique, vraiment ?

EMDR

De nombreuses études rigoureuses et méta-analyses ont été publiées au cours des 25 dernières années pour valider l’efficacité de l’EMDR dans le traitement des troubles de stress post-traumatique © Adobe Stock

C’est en 1987 que l’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing ou « désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires ») est pour la première fois décrite dans des publications scientifiques par la psychologue américaine Francine Shapiro.

D’abord testée chez des personnes souffrant de souvenirs traumatiques, par exemple des vétérans de la guerre du Vietnam, cette psychothérapie par mouvement oculaires (voir encadré pour plus de détails) cible les mémoires traumatiques des individus. En d’autres termes, elle vise à traiter les conséquences psychologiques, physiques ou relationnelles liées à un traumatisme psychique.

À quoi ressemble une séance d’EMDR ?

Cette approche thérapeutique vise à traiter les conséquences d’un traumatisme psychique en combinant un rappel mental par le patient du souvenir traumatique et des stimulations sensorielles bilatérales alternées (avec des mouvements oculaires induits, par exemple en demandant au patient de suivre le mouvement des doigts du thérapeute ou encore des stimulations alternées tactiles sur les genoux, ou des stimulations auditives).

Les mouvements oculaires pratiqués de cette manière doivent permettre la remise en route d’une gestion naturelle des souvenirs douloureux et la restauration de l’estime de soi. Avant d’entamer une thérapie EMDR, des séances préliminaires permettront de construire une relation de confiance avec le praticien et d’établir les objectifs visés.

Petit point de langage : le terme « traumatisme psychique » est ici utilisé au sens de la définition retenue par le DSM-5, c’est-à-dire comme une confrontation à une situation violente, une crainte élevée pour sa propre vie ou celle d’un proche, une menace pour son intégrité ou celle d’un proche.

Si le protocole utilisé peut sembler un peu extravagant pour ceux qui ne seraient pas familiers de l’EMDR, de nombreuses études rigoureuses et méta-analyses ont été publiées au cours des 25 dernières années pour valider son efficacité dans le traitement des troubles de stress post-traumatique. Au point qu’en 2013, l’Organisation mondiale de la santé mentionnait l’EMDR comme une alternative valide aux thérapies comportementales et cognitives plus classiques.

Mais comment expliquer les effets bénéfiques de l’EMDR pour lutter contre le stress post-traumatique ? Cette thérapie peut-elle être utilisée pour le traitement d’autres troubles psychiatriques ? Et quelles questions demeurent encore en suspens ? Canal Détox fait le point.

 

EMDR et troubles psychiatriques

De nombreuses études cliniques contrôlées et randomisées montrent que l’EMDR est efficace pour traiter les troubles de stress post-traumatique, donnant de très bons résultats par rapport à l’absence de traitement ou à d’autres approches pharmacologiques ou psychothérapeutiques. En outre, plusieurs méta-analyses ont ensuite confirmé l’efficacité clinique de cette approche. Ces recherches et évaluations ont permis de montrer des améliorations comparables pour l’EMDR à celles obtenues avec les thérapies cognitives et comportementales qui sont aussi indiquées pour le traitement des troubles de stress post-traumatique.

Ces résultats prometteurs ont poussé des équipes de recherche à étudier les effets de l’EMDR pour le traitement d’autres troubles psychiatriques. Dans ce contexte, l’intérêt de l’EMDR est à nuancer : plusieurs études sont limitées par des biais méthodologiques et les résultats sont mitigés. Il est important de souligner que l’EMDR n’est pas une approche thérapeutique miracle qui pourrait « tout soigner ». En effet, la technique cible les traumatismes psychiques – or ces derniers ne sont pas forcément caractéristiques de tous les troubles psychiatriques.

Cependant, ces dernières années, des progrès ont été faits pour mieux comprendre des pathologies comme la schizophrénie et la dépression, montrant qu’un souvenir traumatique peut parfois être un facteur déclenchant ou aggravant. Dans ce contexte, l’EMDR pourrait donc être utile pour compléter d’autres approches thérapeutiques et pharmacologiques proposées à certains patients, améliorant un peu plus leur santé mentale en travaillant sur le ou les traumatismes associés à leur pathologie.

Quelques résultats qui vont dans ce sens commencent à émerger. Pour les consolider, les recherches doivent se poursuivre, avec des études cliniques plus larges.

 

Mécanismes d’action encore à l’étude

Comment cette thérapie fonctionne-t-elle et d’où proviennent les bénéfices observés chez les patients atteints de stress post-traumatique ? Cette question demeure centrale à l’heure actuelle pour bien comprendre les effets de l’EMDR et étendre ses applications – et il n’y a pas encore de réponse claire, même si des résultats intéressants ont récemment été obtenus.

Tout d’abord, plusieurs travaux ont été menés en s’appuyant sur des études chez l’animal ou sur des approches d’imagerie cérébrale pour mieux comprendre les bases neurobiologiques des souvenirs traumatiques et ainsi mieux appréhender les effets de l’EMDR sur le cerveau.

De plus, des travaux en neuro-imagerie menés par une équipe française ont montré que les stimulations pratiquées pendant la séance d’EMDR activent et synchronisent de larges réseaux de neurones localisés dans des structures cérébrales impliquées dans le traitement émotionnel de l’information et dans la mémoire. Ce processus favoriserait la transformation des réseaux de neurones qui sous-tendent le souvenir traumatique et en atténuerait la portée en permettant au patient de mieux intégrer l’information selon laquelle il est désormais en sécurité.

Une autre piste souligne que l’EMDR reproduirait les saccades oculaires observées dans le sommeil paradoxal[1] et activerait donc les mêmes mécanismes que cette phase du sommeil. Or, on sait que cette phase du sommeil remplit de nombreuses fonctions et notamment la consolidation de la mémoire. Alors que le sommeil des personnes souffrant de stress post-traumatique est souvent perturbé, l’utilisation de l’EMDR permettrait de rétablir des mécanismes normaux de consolidation des souvenirs, en réduisant leur portée traumatique. Autrement dit, l’EMDR reproduirait ce que le cerveau fait pendant le sommeil paradoxal pour l’aider à traiter les informations d’une manière plus appropriée.

 

Répondre aux interrogations

Les recherches se poursuivent donc pour répondre à certaines questions prioritaires. Parmi elles : les effets bénéfiques de l’EMDR se maintiennent-ils à long terme ? Et sont-ils aussi observés chez les enfants ? Par ailleurs, comme toutes les thérapies, l’EMDR ne fonctionne pas sur tout le monde. Pour les chercheurs, il est important de continuer à étudier les origines des différences interindividuelles face à cette thérapie.

Un autre axe de recherche part du constat que la plupart des thérapies proposées imposent de repenser et de revivre le souvenir douloureux. Par conséquent, le taux d’abandon de ces thérapies est généralement élevé. De nombreux patients ne vont pas jusqu’au bout.

Les scientifiques testent donc des approches afin de s’atteler à ce problème, en étudiant par exemple si le fait de combiner l’EMDR avec certains médicaments qui agissent sur le stress pourrait être plus efficace. Mise en place en France, la thérapie MOSAIC fondée sur l’EMDR tente aussi d’apporter une solution, son principe étant justement d’éviter au patient la souffrance liée à l’exposition des mémoires traumatiques. Cette thérapie s’appuie des stimulations bilatérales alternées (saccades oculaires, stimulations acoustiques ou tactiles) pour permettre aux mémoires traumatiques d’être reconsolidées en s’intéressant aux solutions plutôt qu’aux problèmes.

Si l’EMDR reste donc un objet d’étude pour les scientifiques, les dernières décennies ont permis de confirmer son utilité dans certains contextes, particulièrement pour aider les patients à dépasser leurs souvenirs traumatiques. L’EMDR ne doit cependant être pratiquée qu’avec un praticien certifié. Seuls les psychothérapeutes, psychiatres et psychologues peuvent se former à l’EMDR mais de nombreuses formations imitant cette pratique fleurissent sans qu’il y ait de contrôle. En 2010, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) insistait déjà sur ce point, signalant le risque d’emprise en cas de thérapie EMDR effectuée sans l’appui d’un professionnel correctement formé à la méthode.

[1] Période durant laquelle l’activité cérébrale est proche de celle de la phase d’éveil.

Texté rédigé avec le soutien d’Isabelle Chaudieu, chargée de recherche à l’Inserm (Institut des neurosciences de Montpellier) ; et Stéphanie Khalfa, chargée de recherche au CNRS (Laboratoire de neurosciences cognitives, Marseille)

Une « dette immunitaire » causée par les mesures barrières, vraiment ?

SARS-COV 2

Microscopie électronique d’une cellule infectée par le SARS-CoV-2 © Philippe Roingeard, Anne Bull-Maurer, Sonia Georgeault, unité Inserm U1259 MAVIVH & Université de Tours, France.

Une « triple épidémie » de Covid-19, grippe et bronchiolite est au cœur de l’actualité depuis plusieurs semaines. Dans ce contexte, le concept de « dette immunitaire » décrit pour la première fois dans la littérature scientifique en 2021 par un groupe de pédiatres français s’est rapidement retrouvé au centre de nombreux débats sur les réseaux sociaux.

Il a notamment été utilisé par certains comme un argument pour critiquer les mesures barrières mises en place en 2020-21, qui seraient selon eux la cause d’un affaiblissement de notre immunité. Canal Détox fait le point sur les débats en cours autour de cette notion.

 

« Dette immunitaire », un terme pertinent ?

Dans l’article scientifique en question, les auteurs expliquaient que la population est confrontée à une « dette immunitaire », soulignant que les mesures barrières mises en place pour lutter contre la pandémie de Covid-19 ont été associées à une stimulation réduite du système immunitaire des enfants, du fait d’une exposition plus limitée à des agents microbiens et à des retards dans le calendrier vaccinal. Ce phénomène expliquerait que ces derniers soient aujourd’hui plus vulnérables aux virus hivernaux.

Il n’en a pas fallu plus pour que le concept soit détourné sur les réseaux sociaux, certains n’hésitant pas à affirmer que les mesures barrières auraient affaibli notre système immunitaire et que c’est cela qui expliquerait la vulnérabilité des plus jeunes (mais aussi des adultes) aux virus.

En considérant ces différents arguments, on voit qu’il y a probablement un problème sémantique. Certains scientifiques préfèrent en fait parler de « dette d’exposition » et non de « dette immunitaire ».

Pour eux, nous avons certes été moins exposés à certains pathogènes lors des confinements ou du fait du port du masque, et donc l’organisme n’a pas fabriqué les anticorps correspondants pendant cette période. C’est particulièrement le cas des jeunes enfants, qui en 2020-21 n’ont jamais été exposés à certains pathogènes comme le RSV, l’un de virus à l’origine de la bronchiolite, et qui y sont pour la première fois confrontés cet hiver. On peut donc émettre l’hypothèse qu’il y a plutôt un effet de rattrapage, où un plus grand nombre d’enfants n’ayant pas été exposé au RSV et n’ayant donc pas encore bâti une immunité naturelle contre le virus, ont été infectés cette année.

Cette dette d’exposition peut expliquer en partie l’épidémie que l’on observe. C’est l’explication que propose notamment un article publié dans The Lancet, en s’appuyant sur des milliers de données collectées en Angleterre. Une autre publication s’est penchée sur la présence d’anticorps contre le RSV dans le lait maternel, montrant qu’en 2021, le taux d’anticorps était diminué par rapport aux taux de 2020 chez la plupart des mères. Si l’on ne peut donc se prononcer pour l’année 2022, on peut du moins souligner que les mères ont bien été moins exposées au virus entre la première et deuxième année de pandémie, et ont par conséquent fabriqué moins d’anticorps.

Toutefois, constater que nous avons globalement moins été exposés à certains virus spécifiques est très différent que de dire qu’en conséquence, nos systèmes immunitaires ont été affaiblis et sont désormais dysfonctionnels. Cette idée-là n’est absolument pas fondée.

Par ailleurs, il faut souligner que nous n’avons pas vécu en vase clos pendant la pandémie et que notre immunité a continué à être stimulée, que ce soit par la rencontre avec des pathogènes ou contaminants via notre alimentation ou dans notre environnement. Autrement dit, notre système immunitaire n’a jamais cessé de fonctionner même lorsque des mesures barrières étaient mises en place, il a seulement été moins exposés à certains microbes hivernaux (virus et bactéries).

 

D’autres pistes à explorer ?

Parler uniquement d’une « dette immunitaire » peut par ailleurs nous faire oublier qu’il existe d’autres hypothèses pertinentes qui pourraient expliquer la recrudescence des cas de grippe et de bronchiolite.

En ce qui concerne la bronchiolite, il faut souligner qu’elle n’est pas exclusivement causée par le RSV. Il est par exemple possible que l’infection par le SARS-CoV-2 puisse provoquer des bronchiolites ou encore qu’elle potentialise l’infection RSV et provoque des symptômes plus importants, chez un plus grand nombre d’enfants. Pour y voir plus clair, il est intéressant de pratiquer des tests de dépistage chez ceux qui présentent des symptômes, afin d’évaluer quels virus sont présents et s’il y a des co-infections. La recrudescence des cas de bronchiolites ne serait donc pas uniquement liée à une dette d’exposition au RSV, auquel nous aurions été moins confronté pendant les confinements successifs.

 

Poursuivre les travaux scientifiques

Parmi les autres axes de recherche à poursuivre, des scientifiques tentent de mieux comprendre les virus saisonniers, sur lesquels de nombreuses questions persistent, afin de mieux appréhender les épidémies en cours et mieux préparer celles des hivers suivants. Par exemple, certains chercheurs s’intéressent au fait que les mesures barrières liées à la pandémie de Covid-19 semblent avoir peu d’impact sur la circulation des rhinovirus (à l’origine de la plupart des rhumes), pour des raisons qui ne sont pas entièrement comprises.

Une autre question en suspens est de savoir comment ces virus se font concurrence et interfèrent les uns avec les autres. L’infection par un virus donné pourrait dans certains cas déclencher une forte réponse immunitaire innée qui pourrait empêcher l’infection par un autre virus – cette piste fait l’objet de plusieurs travaux de recherche. D’autres scientifiques étudient la possibilité que le SARS-CoV-2 puisse « effacer » la mémoire immunitaire bâties contre d’autres virus (en tuant ou affectant les lymphocytes B ou T mémoire) et ainsi rendre les personnes qui ont été infectées plus susceptible à des infections ultérieures avec d’autres virus.

Pour conclure, le terme de « dette immunitaire » a permis de soulever des questions importantes concernant les dynamiques épidémiques actuelles, ainsi que notre capacité à préparer de futures épidémies. Néanmoins, il a aussi conduit à des débats qui ont parfois quitté la sphère scientifique, en laissant notamment croire à certains que risquer l’infection par le SARS-CoV-2 serait préférable à la mise en place des mesures barrières pour s’en protéger.  Cette interprétation comporte des risques pour la collectivité, et d’ailleurs toutes les connaissances actuelles en immunologie montrent en effet qu’il est préférable de se protéger de n’importe quelle infection (par la vaccination, les gestes barrières ou encore l’aération des bâtiments) que de se laisser infecter.

Texte rédigé avec le soutien de Sandrine Sarrazin, chercheuse Inserm au Centre d’Immunologie de Marseille – Luminy (CIML) 

La vitamine C, traitement miracle contre le rhume vraiment ?

vitamine C_ oranges

C’est par l’intermédiaire de l’alimentation que nous nous procurons la vitamine C. © Unsplash

 

C’est le marronnier de l’hiver : lorsque le mois de décembre approche, tous les magazines santé font la part belle à la vitamine C. Sous forme de jus de citron ou de compléments alimentaires, les conseils pleuvent pour inciter chacun à absorber sa dose quotidienne de vitamines. Pour certains, il est nécessaire de prendre de la vitamine C sous forme de compléments alimentaires pour lutter contre les maladies hivernales, dont le rhume…

Mais quels sont vraiment les effets de la vitamine C sur l’organisme ? Et les compléments alimentaires à base de vitamine C peuvent-ils  nous protéger du rhume ? Canal Détox fait le point.

C’est un fait scientifiquement avéré : la vitamine C remplie de nombreuses fonctions dans l’organisme. Elle intervient par exemple dans la protection de la paroi des vaisseaux sanguins et l’assimilation du fer. Par ailleurs, les effets antioxydants de cette vitamine, qui empêche la dégradation des cellules, ne sont plus à démontrer.

Et comme notre organisme n’est pas capable de la synthétiser, c’est par l’intermédiaire de l’alimentation que nous devons nous en procurer. D’ailleurs, il est préconisé d’en absorber en moyenne 110 mg/jour pour un adulte.

 

Consommer encore plus de vitamine C pour lutter plus efficacement contre le rhume ?

Est-ce à dire qu’en allant au-delà des doses recommandées et en consommant encore plus de vitamine C, on augmenterait ses effets bénéfiques, notamment pour se protéger de l’attaque des virus responsables des inévitables rhumes ou rhinites de l’hiver ?

La réponse est non. De nombreuses études se sont penchées sur la question, et aucune d’entre elles n’a pu démontrer clairement des effets bénéfiques significatifs de la vitamine C à haute dose sur la fréquence, la durée ou encore la sévérité des rhumes. Pour la population générale, l’adage populaire selon lequel « Un rhume non soigné dure 7 jours, soigné il dure une semaine » semble donc bel et bien vérifié. Par ailleurs, la vitamine C donnée en tant que traitement contre des infections sévères, n’a qu’un impact minime sur la santé des patients, comme l’a confirmé une récente revue de littérature.

Pour aller plus loin, consultez aussi un article sur le sujet sur la plateforme Cochrane 

Au lieu de recourir à une supplémentation, il vaut mieux consommer des fruits et légumes riches en vitamine C comme les agrumes et les poivrons pour couvrir ses besoins. Et non seulement il ne sert à rien d’ingérer de fortes doses de vitamines C au-delà des apports recommandés pour lutter contre le rhume ou d’autres infections, mais les scientifiques découvrent aujourd’hui que, dans certaines conditions, la vitamine C peut avoir des propriétés oxydantes (et non plus antioxydantes). Par ailleurs, un apport excessif de vitamine C  peut provoquer des problèmes digestifs et des nausées.

Mieux vaut donc se montrer prudents avec la surconsommation de vitamine C sous forme de compléments alimentaires, d’autant que rien ne garantit que les nutriments conservent leurs effets bénéfiques une fois extraits de leur matrice originelle, ni qu’ils aient les mêmes effets chez tout le monde (fumeurs ou non, personnes malades ou saines, etc.).

Près de 30 % des adultes consomment des compléments alimentaires en France. La vitamine C fait partie, avec le magnésium et la vitamine B6, des trois nutriments les plus consommés pendant l’hiver sous forme de compléments alimentaires.

Texte publié pour la première fois dans le livre Fake News Santé de l’Inserm, aux éditions du Cherche-Midi

fermer