Synthèse de presse

17 octobre 2019

12h53 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

Arrivée en France de la gastro-entérite

La semaine dernière, du 7 au 13 octobre, les consultations pour diarrhée aigüe ont été estimées à 127 cas pour 100 000 habitants. Selon un nouveau bulletin de Santé publique France, les Hauts-de-France, la région Grand Est et Provence-Alpes-Côte d’Azur sont les régions les plus touchées. Ce taux monte jusqu’à 236 cas pour 100 000 habitants dans les Hauts-de-France. Vient ensuite la région Grand Est (199 cas pour 100 000 habitants), et Provence-Alpes-Côte d’Azur (179 cas pour 100 000 habitants). « Il faut attendre que les données se consolident d’une semaine sur l’autre ; il s’agit d’une activité relativement stable. Le nombre de cas ne progresse que doucement », nuance Marion Debin, épidémiologiste pour le réseau Sentinelles depuis 8 ans. Et de poursuivre « C’est une activité classique pour la saison. L’activité se renforce généralement autour des fêtes de fin d’année ». Bfmtv.com souligne cependant un fait nouveau depuis septembre : le réseau Sentinelles, relayé par Santé publique France, ne précise plus de seuil épidémique pour la grippe ni pour la gastro-entérite. « On s’est aperçus que les épidémies sont de moins en moins intenses, et l’évolution de la diarrhée aigüe de plus en plus en dents de scie. Le seuil épidémique ne correspondait plus à la réalité du terrain », précise Marion Debin. Fort de ce constat, les autorités sanitaires suivent désormais l’« activité » des principaux virus. Cette semaine, la gastro-entérite a donc une activité « modérée à forte » dans les consultations de médecine générale. 

Bfmtv.com, 16/10

En Bref

Une étude de la start-up 360 Medics qui réunit les connaissances sur les médicaments pour les professionnels de santé révèle que les Français s’autodiagnostiquent de plus en plus. Ainsi, 83 % des 300 soignants interrogés lors de cette étude déclarent recevoir des patients qui se sont souvent autodiagnostiqués juste avant la consultation. Mais, dans 85 % des cas, la prédiction des malades est fausse. Cela complexifie le travail des médecins et pose parfois problème quand la pathologie est plus grave que ce que le patient pensait avoir. C’est pour cela que Margot Bayart, vice-présidente du syndicat MG France, dit aux internes de « ne pas se laisser embarquer par les patients. Pour ne pas se tromper, il faut repartir du symptôme clinique en faisant abstraction du reste ». Les soignants doivent aussi faire avec la multiplication des sites Internet dédiés qui sont anxiogènes et induisent bien souvent les patients en erreur. 

Le Parisien, 17/10

 

Axel Kahn, ancien chercheur, essayiste et président d’université, aujourd’hui à la tête de la Ligue contre le cancer, accorde un entretien au Monde dans lequel il revient sur son long parcours. Agé de 75 ans, il estime que « le plus bel âge, c’était les cinq années à la présidence de l’université Paris-Descartes », précisant que c’était à ce moment qu’il y assista les plus belles découvertes de sa carrière. 

Le Monde, Campus, 17/10

Paris Match se penche sur l’intestin qui pourrait être la « clé de notre santé mentale ». La revue explique que « les jeunes enfants atteints de troubles autistiques sont les premiers à tester des traitements encore empiriques ». Pour cela, il ont été amenés à adopter un régime sans lait et sans gluten, conduisant dans certains cas à une amélioration du comportement de l’enfant. Paris Match a interviewé des parents et des scientifiques. Le directeur de recherche Inserm de l’unité TENS de Nantes, Michel Neunlist, estime que « le ventre est notre second cerveau. » Ce spécialiste de l’Institut des maladies de l’appareil digestif (Imad) travaille sur ces questions depuis 1996. Il rappelle notamment que les intestins ont leur propre système nerveux et que des données de plus en plus nombreuses confirment le lien qu’ils ont avec le cerveau. 

Paris Match, 17/10

Du 31 octobre au 4 novembre, douze étudiants de l’université d’Aix-Marseille et de l’école d’ingénieurs Polytech, emmenés par leur professeur de biochimie James Sturgis, participeront à la plus grande compétition de biologie de synthèse ouverte aux étudiants, l’International Genetically Engineered Machine. Aux Etats-Unis, ils seront en compétition avec 376 équipes du monde entier. Leur invention : un test de tuberculose rapide et peu coûteux

Le Monde, Campus, 17/10

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube