Synthèse de presse

20 décembre 2018

11h16 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm   est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.      

 

Hausse du risque d’infarctus lors des fêtes de fin d’année

Une étude suédoise, publiée dans le British Medical Journal, constate une hausse de 15% du risque d’infarctus du myocarde lors des fêtes de fin d’année et même de 37% le 24 décembre, rapporte Le Figaro. Les chercheurs des universités de Lund, Stockholm, Uppsala et Orebro, estiment que le risque maximal est situé autour de 22 heures. Dans le cadre de ce travail, ils ont extrait de la base de données nationale, SwedelHeart, les dossiers de 283 000 personnes environ admises à l’hôpital pour un infarctus du myocarde entre 1998 et 2013. Les auteurs suédois soulignent : « L’association d’un risque accru à Noël est plus prononcée pour les personnes âgées de plus de 75 ans, celles qui ont un diabète connu ou une maladie coronarienne ». Et, de façon générale, le risque augmente avec l’âge. Les chercheurs estiment que « cela peut être dû aux effets de l’excès d’alcool et d’alimentation, à l’exposition aux températures froides et au manque de sommeil ».

Le Figaro, 20/12

Deux à quatre millions de Français souffrent d’acouphènes permanents

Selon la dernière enquête Ifop-JNA, réalisée à l’occasion de la Journée nationale de l’audition du printemps dernier, entre 14 et 17 millions de Français auraient déjà ressenti des acouphènes, dont entre 2 à 4 millions de façon permanente. Plus de huit personnes sur dix déclarent rencontrer des difficultés à comprendre les conversations lorsqu’il y a du bruit, avec un niveau de gêne moyen estimé à 4,2 sur 10. S’agissant à proprement parler des acouphènes, 28% de la population française a déclaré en souffrir au moment de l’enquête. Les moins de 35 ans restent les plus touchés par ces risques d’acouphènes. Chez les 18-24 ans, 49% confient en avoir déjà ressenti, un chiffre qui grimpe à 56% chez les 15-17 ans. Les causes seraient liées à des traumatismes sonores, comme le suggère le baromètre AGI-SON 2018 mené par le cabinet d’étude SoCo auprès de 15 000 adolescents.

Lequotidiendumedecin.fr, 20/12

En Bref

Un article, publié dans la revue The Lancet et signé par les scientifiques, Priyanka Bandara (Oceania Radiofrequency Scientific Advisory Association, Orsaa) et David O. Carpenter (Institut pour la santé et l’environnement, université de Rensselaer, New York, Etats-Unis), appelle à une discussion urgente sur les effets sanitaires de la prolifération rapide et globale des champs électromagnétiques, en particulier ceux des radiations des micro-ondes générés par les communications sans fil. Alors que des preuves scientifiques s’accumulent et démontrent que les expositions prolongées aux radiations des radiofréquences électromagnétiques (RRE) ont des effets sur la santé, la réglementation de l’exposition du public dans la plupart des pays, rappellent-ils, continue d’être basée sur les directives issues de la Commission internationale sur la protection des radiations non ionisantes. Cette exposition de plus en plus massive aux RRE doit être, selon les auteurs, abordée de la même façon que d’autres facteurs environnementaux qui ont des effets sur la santé, tels que les polluants chimiques ou les conséquences sanitaires du changement climatique.

Humanité Dimanche, 20/12

Version Fémina rend compte de la chaîne YouTube de l’Inserm, Canal Détox, qui propose des vidéos de chercheurs qui « battent en brèche certaines idées reçues ». Chaque mois, une nouvelle vidéo est postée pour informer de façon objective.

Version Fémina, 23/12

Alain Tedgui a reçu le Grand Prix Inserm 2018 pour ses activités de recherche portant sur la biologie de la paroi vasculaire. Il a consacré sa carrière à l’athérosclérose, une maladie caractérisée par la formation de plaques au niveau des artères, et l’une des principales causes de troubles cardiovasculaires, rappelle FranceInter.fr.

FranceInter.fr, 20/12

20 Minutes publie une interview d’Aubrey de Grey, scientifique britannique autodidacte qui est l’une des figures de la biogérontologie. Il a consacré une grande partie de sa fortune à Sens, une fondation à but non lucratif qui pilote des programmes de recherche pour combattre la vieillesse. Aubrey de Grey estime qu’« il est possible que nous puissions vivre des centaines ou des milliers d’années ». Il appelle à « donner de l’argent pour que les thérapies soient développées plus rapidement ». Et d’ajouter : « Le plan de recherche est solide, nous avons les intelligences. Il faut les ressources ».

20 Minutes Grand Paris, 20/12

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube