Synthèse de presse

20 février 2020

11h52 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

Coronavirus en Afrique

Si l’Égypte, l’Algérie et l’Afrique du Sud sont les pays africains les plus à risque de voir surgir des cas d’infections au nouveau coronavirus, ils restent les moins vulnérables car leurs systèmes de santé sont les mieux préparés du continent, indique la revue The Lancet en rendant publique hier une modélisation. Aujourd’hui, un seul cas confirmé de maladie a été détecté en Afrique, annoncé vendredi en Égypte. L’Égypte, l’Algérie et l’Afrique du Sud représentent les portes d’entrée probables du nouveau coronavirus en Afrique du fait de l’importance des échanges aériens avec les provinces chinoises contaminées. Mais « ces pays sont aussi parmi les mieux équipés du continent pour détecter rapidement les nouveaux cas et les prendre en charge », précise un communiqué de presse de l’Inserm qui a participé aux travaux de modélisation publiés dans The Lancet. « Dans d’autres pays d’Afrique, le risque d’importation du virus est plus faible mais les carences sanitaires font craindre une diffusion rapide », notent les auteurs. Ce travail « permet d’alerter les pays les plus exposés sur la nécessité de se préparer à l’éventualité d’introduction du virus », explique Vittoria Colizza, directrice de recherche Inserm à l’Institut Pierre-Louis d’épidémiologie et de santé publique, qui a piloté l’équipe internationale.

AFP, 19/02, Le Figaro, 20/02

Lire le communiqué de presse du 19/02/2020: “L’Égypte, l’Algérie et l’Afrique du Sud, portes d’entrée probables du coronavirus en Afrique

Pour un dépistage plus précoce de l’athérosclérose chez les femmes

Des médecins américains de la Mayo Clinic recommandent un dépistage plus précoce de l’athérosclérose en prenant en compte les facteurs de risques spécifiques aux femmes, rapporte Relaxnews. Chez les femmes, le risque d’athérosclérose augmente avec l’arrivée de la ménopause, qui en France se manifeste en moyenne à partir de l’âge de 51 ans. Mais l’athérosclérose peut également être liée à la contraception ainsi qu’à d’autres critères spécifiquement féminins tels que le diabète gestationnel et la pré-éclampsie (hypertension), deux troubles liés à la grossesse. « La diminution des œstrogènes, la ménopause prématurée, la pré-éclampsie, le diabète gestationnel, l’hypertension et les ovaires polykystiques ont tous un impact négatif sur la santé vasculaire d’une femme et augmentent son risque de maladie cardiaque », souligne Amir Lerman, auteur principal de l’article, cardiologue et directeur du Cardiovascular Research Center à la Mayo Clinic de Rochester. 

Relaxnews, 19/02

En Bref

Benjamin Allès, épidémiologiste à l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae), explique, dans Challenges, que végétariens et végétaliens sont, dans la population adulte, en meilleure santé que les omnivores. « C’est un fait, constate-t-il. Cela ne veut pas dire qu’il faut que tout le monde arrête de manger de la viande. Mais qu’il faut repenser un peu nos habitudes pour consommer moins mais mieux. » Avec l’équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle (Inserm/Inrae/Cnam/Université Paris-13), il travaille sur l’étude NutriNet Santé, l’une des plus vastes jamais menées pour suivre dans le temps les comportements alimentaires des Français. « Nous avons une richesse d’informations que peu de cohortes ont, à la fois sur la consommation alimentaire, mais aussi la santé, l’activité physique ou les conditions sociodémographiques », explique Benjamin Allès.

Challenges, 20/02

A l’occasion de la journée internationale des Femmes le 8 mars, ça m’intéresse consacre un article à « ces femmes de science que l’Histoire a oubliées ». « Astronome, chimiste, médecin… ces métiers se conjuguent au féminin depuis longtemps. Pourtant, l’Histoire n’a retenu que des hommes », explique le mensuel.

ça m’intéresse, 01/03

L’épidémie de grippe saisonnière évolue de manière disparate en France métropolitaine, où elle a déjà causé 44 décès parmi plus de 500 cas graves signalés en réanimation, rend compte l’AFP. L’agence sanitaire Santé publique France note, dans son bilan hebdomadaire publié hier, une évolution « contrastée en métropole ». Le pic épidémique a été atteint en Ile-de-France début février, tandis qu’une « stabilité » de l’épidémie dans les régions Hauts-de-France, Nouvelle Aquitaine, Occitanie, Provence-Alpes-Côte d’Azur et une « diminution en Corse » étaient observées la semaine dernière. La grippe a généré un taux de consultations « en légère diminution » (-5 %) la semaine dernière par rapport à la semaine précédente (296/100.000 habitants contre 314/100.000), d’après le réseau de surveillance Sentinelles. Pour la gastro-entérite, le réseau Sentinelles-Inserm relève une diminution « pour la cinquième semaine consécutive » de « l’activité des diarrhées aiguës observée en médecine générale ».

AFP, Francetvinfo.fr, Leparisien.fr, 19/02

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube