Synthèse de presse

24 mai 2018

11h38 | Par INSERM (Salle de presse)

Le risque d’AVC grave, après un accident ischémique transitoire, dure au moins 5 ans

Une étude épidémiologique observationnelle internationale de registre pilotée par l’équipe du Pr Pierre Amarenco (chef du service de neurologie à l’hôpital Bichat Claude-Bernard, université Paris-Diderot – Inserm) a montré que le risque de récidive d’AVC à 5 ans chez les patients ayant bénéficié d’une prise en charge dans les 24 heures suivant la survenue d’un AIT est de 13%, rapporte Legeneraliste.fr. Ces résultats montrent que la prévention de ces événements ne doit pas se concentrer uniquement sur les premiers mois suivant l’AVC, mais doit être prolongée au moins 5 ans. Cette étude est publiée dans le New England Journal of Medicine du 16 mai et vient d’être présentée au 4e congrès ESOC (European Stroke Organisation Conference) qui est tenu à Gothenburg en Suède du 16 au 18 mai. Ces travaux ont été menés auprès de 3 847 patients issus de 21 pays (en Europe, Asie, Japon, Amérique Latine) entre 2009 et 2011, victimes d’un AIT ou d’un accident cérébral mineur dans les 24 heures pour 80% d’entre eux et pour les autres dans les 7 jours.

Legeneraliste.fr, 23/05

En Bref

Le Point, qui publie un supplément sur Marseille, explique que « la ville est à la pointe dans la lutte contre plusieurs maladies ». L’hebdomadaire rend notamment compte d’une « belle avancée dans la prévention des thromboses ». « Pour 40% à 50% des phlébites, nous n’avions pas d’explication. C’est donc que notre théorie était incomplète. Nous avons donc tout repris de zéro », explique Marie-Christine Alessi, qui dirige, avec Pierre Morange, l’équipe C2VN (Inserm/Inra/Amu). En utilisant de nouvelles techniques permettant d’étudier le génome des individus porteurs de la maladie et de le comparer à celui du sujet sain, son équipe a pu identifier un gène (le SLC44A2) dont certaines formes seraient la cause de ces thromboses, explique l’hebdomadaire.

Le Point, supplément Marseille, 24/05

20Minutes.fr rend compte des travaux de médecins de l’Inserm, du CHU de Nice et de l’hôpital Saint-Anne à Paris, spécialistes des migraines, qui ont montré que des zones du cerveau que l’on considérait comme indolores seraient finalement à l’origine de migraines. Le médecin niçois Michel Lanteri-Minet et les professeurs Radhouane Dallel et Denys Fontaine ont constaté que la pie-mère est également sensible et peut être à l’origine de douleurs.

20Minutes.fr, 23/05

Le Conseil d’Etat a donné raison hier à l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), et rejette la demande des associations Aubes et du collectif Baclohelp qui demandaient l’annulation de l’abaissement par l’agence de la dose maximale de baclofène recommandée dans le traitement de l’alcoolisme. Le Conseil d’Etat note également que l’étude de la Cnam, de l’ANSM et de l’Inserm de juin 2017 « fait soupçonner que ces effets indésirables augmentent avec la dose prescrite ». Les plaignants envisagent maintenant de porter l’affaire devant la Cour européenne des droits de l’homme tribunal correctionnel.

Lequotidiendumedecin.fr, 23/05

Le Monde explique, dans son supplément Eco et Entreprise, que « profitant des progrès des technologies du séquençage de l’ADN, des start-up américaines proposent aux particuliers, à grand renfort de marketing, une gamme de tests évaluant le risque pour eux d’avoir un enfant malade ».

Le Monde, supplément Eco et Entreprise, 24/05

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube