Synthèse de presse

25 janvier 2018

12h08 | Par INSERM (Salle de presse)

Atteinte du pic épidémique de la grippe en France

Santé publique France annonce que l’épidémie de grippe a atteint son pic « dans toutes les régions en métropole ». Cependant, le nombre de consultations continue de diminuer. 271 consultations pour syndrome grippal pour 100 000 habitants ont été signalées lors de la troisième semaine de janvier, contre 339 la semaine précédente. L'épidémie a par ailleurs conduit à 5 207 passages aux urgences, toujours lors de cette troisième semaine, dont 665 ont abouti à une hospitalisation, contre 5 224 passages aux urgences et 761 hospitalisations la semaine précédente.

Francevinfo.fr, 24/01

Les maladies du muscle cardiaque à 40% d’origine génétique

Une étude européenne, publiée dans le magazine spécialisée European Heart Journal et réalisée par Philippe Charron, cardiologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, révèle que 40% des cardiomyopathies (maladies du muscle cardiaque) sont d’origine génétique. L’étude a regroupé dans 18 pays plus de 3 000 patients atteints de cardiomyopathies. Philippe Charron souligne l’importance de détecter la maladie chez tous les membres de la famille d’un malade nouvellement diagnostiqué, même lorsqu’ils sont apparemment en bonne santé. Il indique : « le dépistage n’est pas suffisamment réalisé, même en cas de mort subite chez une personne jeune ».

Le Figaro, 25/01

En Bref

Une enquête inédite sur la contamination au plomb en Guyane, baptisée « Guyaplomb » a confirmé la crainte d’« une imprégnation élevée » au mercure en Guyane, a indiqué Audrey Andrieu, de la cellule interrégionale d’épidémiologie (CIRE). Cette étude a été menée de 2015 à 2017 sur près de 600 jeunes Guyanais de moins de 6 ans. Les résultats montrent qu’« avec 22,8 µg/l (microgrammes de plomb par litre de sang) en Guyane, la moyenne géométrique est plus élevée que la moyenne nationale (15 µg/l), en Martinique (19,8 µg/l) et en Guadeloupe (20,7 µg/l) ». Allodocteurs.fr, 24/01
Sciences et Avenir s’intéresse au nouvel étiquetage alimentaire, Nutri-Score. Le journal explique : « Développé par l’Equipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle (Eren/Inserm) dirigée par Serge Hercberg, il s'appuie sur le calcul du score FSA (Food Standard Agency), déjà utilisé au Royaume-Uni, mais adapté selon les recommandations du Programme national nutrition santé (PNNS) français ». Sciences et Avenir, 01/02
Dans son édition Paris 13ème, Le Point se penche sur l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM) dont les partenaires publics sont  l'AP-HP, le CNRS, l’Inserm et Sorbonne Université (ex-université Pierre-et-Marie-Curie). Alexis Génin, directeur des application de la recherche de l'ICM, explique qu’« Avec cet institut, les fondateurs ont voulu créer une véritable culture mixte public-privé avec les bons côtés des deux : l'excellence académique du public et l'efficacité du privé". Alexis Brice, directeur général de l’ICM, souligne quant à lui : « Nous sommes un accélérateur de recherche ». Le journal indique qu’au total, « 28 équipes de recherche, 700 personnes et pas moins de 45 personnalités sont présentes sur le site ». Le Point, 25/01

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube