Synthèse de presse

26 septembre 2019

11h30 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

Une découverte prometteuse de l’Inserm dans la lutte contre le chikungunya

L’Inserm a annoncé, dans la revue Nature, avoir identifié une protéine cruciale pour la réplication du virus du chikungunya dans les cellules cibles, rapporte Lci.fr. Sous la direction d’Ali Amara (Inserm, CNRS, Université de Paris) à l’Institut de Recherche de l’Hôpital Saint-Louis AP-HP, en collaboration avec l’équipe de Marc Lecuit (Institut Pasteur, Inserm, département des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Necker-Enfants malades AP-HP et Université de Paris), les scientifiques ont identifié le rôle clé de la protéine FHL1 pour la réplication et le déclenchement du processus de la pathologie induite par le virus chikungunya. Cette dernière est majoritairement présente dans les cellules musculaires et les fibroblastes, des cellules qui assurent notamment la cohérence et la souplesse des tissus. « En temps normal, FHL1 participe au fonctionnement du muscle sain, et serait détournée de cette fonction par le virus pour assurer sa réplication dans les cellules cibles », explique l’Inserm. C’est en tout cas ce qu’ont montré des expériences menées sur des souris, chez lesquelles la protéine FHL1 avait été inhibée. Les animaux se sont montrés totalement résistants à l’infection, à l’inverse d’autres rongeurs chez qui la protéine avait été laissée intacte et qui ont subi « d’importantes lésions musculaires ».

Lci.fr, 25/09

Lire le communiqué de presse du 25/09/2019: “Une protéine essentielle à la réplication du virus chikungunya identifiée

Une dose unique de vaccin contre la fièvre jaune insuffisante

Selon une étude menée par une équipe franco-allemande (Inserm/CNRS/Institut Robert-Koch), une dose unique de vaccin contre la fièvre jaune, recommandée par l’OMS, ne suffit pas à protéger tous les enfants vivant ou voyageant dans les zones à risques (Afrique, Amérique latine) sur le long terme si la vaccination a lieu entre 9 et 12 mois. Les chercheurs ont montré que, entre deux et cinq ans après la vaccination, la moitié des 1 023 enfants maliens et ghanéens étudiés ne présentent plus des taux d’anticorps suffisants pour les protéger du virus de la fièvre jaune. Ces travaux sont publiés dans The Lancet Infectious Diseases.

Le Point, 26/09

Lire le communiqué de presse du 20/09/2019: “Une dose unique de vaccin contre la fièvre jaune ne protège pas tous les enfants de façon durable

En Bref

NeuroEM Therapeutics a conçu un dispositif de traitement électromagnétique transcrânien de la maladie d’Alzheimer, MemorEM. Il s’agit d’un casque souple qui envoie des ondes au cerveau ayant pour effet de casser les plus gros agrégats des deux protéines bêta-amyloïdes et tau qui s’accumulent au cours de la maladie. Sept des huit patients américains dont le crâne a été soumis à deux heures de rayonnements électromagnétiques par jour durant deux mois ont vu une amélioration de leurs fonctions cognitives. NeuroEM Therapeutics prévoit de tester le dispositif sur 150 malades.

Le Point, 26/09

Des médecins suédois affirment que les enfants souffrant d’une maladie de Crohn ou de rectocolite hémorragique seraient particulièrement exposés à un risque d’affections psychiatriques : dépression, anxiété, troubles de l’alimentation, de la personnalité… A l’Institut Karolinska de Stockholm (Suède), les Dr Agnieszka Butwicka et Jonas Ludvigsson ont suivi en moyenne pendant 9 ans, 6 400 enfants souffrant d’une maladie inflammatoire de l’intestin, nés entre 1973 et 2013. Au final, 17 % des participants ont fait l’objet d’un diagnostic psychiatrique, ce qui représente un risque 1,6 fois plus élevé que pour les jeunes du même âge, dans la population générale.

Destinationsante.com, 25/09

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube