Synthèse de presse

27 septembre 2018

11h26 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires, génétique et génomique

Le Quotidien du Médecin explique que « dans son avis 129 publié le 25 septembre », le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) « appelle le législateur à accompagner les évolutions scientifiques, notamment en matière de recherche sur l’embryon et les cellules souches, de génétique et de génomique, ou dans la reproduction ». Le CCNE propose de revenir sur la loi de 2011 révisée en 2013 qui encadre la recherche sur l’embryon et sur les cellules souches embryonnaires, les plaçant sous le même régime de l’autorisation encadrée et plaide pour une distinction entre deux régimes juridiques, correspondant à deux champs de recherche différents. Le premier champ de la recherche, sur les embryons surnuméraires « est très important pour la connaissance du développement précoce de l’embryon humain », a estimé Laure Coulombel, chercheuse à l’Inserm. Le CCNE considère donc justifiée l’autorisation de cette recherche et se dit favorable à la possibilité de modifier le génome, notamment grâce à la technique Crispr, dans le cadre exclusif de la recherche (sans transfert ultérieur ni but thérapeutique). Le second champ de recherche, qui utilise des lignées de cellules souches pluripotentes, qu’elles soient embryonnaires ou IPS (pluripotentes induites), devrait sortir du régime juridique de l’embryon et tomber sous le coup d’une simple déclaration. Le Pr Samir Hamamah, chef du département de biologie de la reproduction au CHU de Montpellier et directeur d’unité Inserm, juge les propositions du CCNE « excellentes » pour encourager la recherche qui pâtit aujourd’hui de longs délais : « 18 à 24 mois entre l’idée et la réalisation d’un projet », explique-t-il.

Le Quotidien du Médecin, 27/09

La malbouffe, dénoncée par une commission d’enquête parlementaire

Le Monde rapporte qu’« après six mois de travail et une quarantaine d’auditions, la commission d’enquête parlementaire sur l’alimentation industrielle devait voter son rapport, mercredi 26 septembre, à l’Assemblée nationale ». Cette commission, créée à la demande du groupe de La France Insoumise, vise les additifs, aliments trop sucrés, trop salés, et transformés. Elle compte s’attaquer à la malbouffe, et à ses effets sur la santé. Plusieurs propositions sont formulées pour « reprendre le pouvoir sur nos assiettes », souligne Loïc Prud’homme, député LFI qui préside la commission. « Une mauvaise alimentation rend malade, voire tue », explique-t-il, ajoutant que le législateur doit s’en emparer « de façon urgente ».

Le Monde, 27/09

En Bref

L’eurodéputé Eric Andrieu milite pour une nouvelle réglementation contre les effets du chlordécone, pesticide qui a causé des ravages aux Antilles. Dans une interview à Libération, il explique : « D’après des scientifiques de l’Inserm, environ 90% des Antillais seraient contaminés, situation inédite qui fait que des épidémiologistes, des généticiens ou des cancérologues du monde entier s’y intéressent. Les Antillais détiennent le record du monde de cancer de la prostate. On retrouve du chlordécone un peu partout, notamment dans les poissons, crustacés, mollusques et autres produits de la pêche en mer ou en eau douce (…) »

Libération, 27/09

L’Inserm mène une étude sur les effets de la pollution de l’air et du bruit sur la santé, note Challenges. Le millier de participants à « Mobilisense » est équipé, durant six jours, d’appareils mesurant l’exposition aux polluants et au bruit ainsi que le rythme cardiaque et la tension. L’objectif est de recueillir des données sur des personnes ayant des lieux de travail, d’habitation et des moyens de transports le plus divers possible.

Challenges, 27/09

Avec près de trois millions d’euros de soutiens versés en 2017, l’association Vaincre la mucoviscidose reste le premier financeur privé de la recherche en France sur la mucoviscidose, rapporte Le Quotidien du Médecin. Les Virades de l’espoir, qui se tiennent ce dimanche, contribuent à maintenir la dynamique pour développer de nouvelles voies thérapeutiques. Les financements ont notamment permis de développer une activité de recherche clinique en lien avec le centre d’investigation clinique de l’institut Imagine et l’unité Inserm 1151, indique le journal.

Le Quotidien du Médecin, 27/09

Selon les chiffres présentés hier par le réseau Sentinelles, deux régions sont déjà au-dessus du seuil épidémique de gastro-entérite pour la semaine du 17 au 23 septembre : la Bretagne et le Grand Est. L’épidémie est particulièrement virulente dans le Grand Est. 166 cas pour 100 000 habitants ont été recensés, ce qui en fait la région la plus touchée de France, bien au-dessus du seuil épidémique fixé à 128 cas. L’autre région concernée, la Bretagne, compte 135 cas pour 100 000 habitants.

Francetvinfo.fr, 26/09

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube