Synthèse de presse

29 août 2019

11h42 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

Augmentation du surpoids chez les jeunes

Selon une étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) publiée hier, on recensait, en 2017, 18,2 % d’adolescents en surcharge pondérale, dont plus d’un quart (5,2 %) en situation d’obésité. Cette étude montre que le surpoids et l’obésité sont passés chez les filles de 15,6 % en 2001 à 19,7 % en 2017. Hélène Thibault, pédiatre et responsable du centre spécialisé obésité pédiatrique du CHU de Bordeaux, qui commente les résultats de cette étude dans La Croix, souligne que « ce qu’on peut retenir de cette étude, c’est d’abord l’augmentation régulière de la surcharge pondérale et de l’obésité chez les adolescentes. Jusque-là, on constatait une certaine différence entre les filles et les garçons ». Et d’ajouter : « Aujourd’hui, on constate que le niveau de sédentarité augmente chez les adolescentes. En consultation, on est d’ailleurs frappé de voir le nombre de jeunes filles qui passent des heures devant leur smartphone à regarder des séries. Or, il y a une corrélation entre le temps passé devant les écrans et la prise de poids ». Elle ajoute : « Cette étude confirme aussi que le principal facteur de risque de surpoids reste la situation de précarité ».

La Croix, 29/08

Des marqueurs prédiraient le risque de troubles psychotiques

Des chercheurs de l’université Missouri-Columbia ont constaté par IRM que les personnes qui risquent de souffrir de psychoses, comme la schizophrénie, ont des dysfonctionnements dans une zone précise du cerveau, rapporte Pourquoidocteur.fr. « L’objectif majeur de notre étude, explique John Kerns, co-auteur, est de comprendre l’origine du risque de psychose afin d’éviter des années de souffrance. » Pour les chercheurs, le taux anormal de dopamine modifie le souvenir conservé après certaines expériences chez les personnes psychotiques, et provoque des comportements inadaptés à cause de mauvaises perceptions d’une situation. Ces résultats ont été obtenus en réalisant des IRM auprès de patients atteints de psychose. Les chercheurs veulent maintenant aller plus loin et étudier quels traitements permettraient d’inverser la tendance et retrouver des IRM « normales ».

Pourquoidocteur.fr, 28/08

En Bref

Sciences et Avenir rend compte des « exploits de la reconstruction faciale ». Le mensuel explique : « Le recours à la modélisation et à l’impression 3D révolutionne la chirurgie maxillo-faciale. La technique permet la réalisation de prothèses et de pièces de fixation osseuse pour rendre au visage toutes ses fonctions ». Dans la discipline, les regards se tournent vers la bio-impression, dite aussi impression 4D, c’est-à-dire le fait d’intégrer des molécules biologiques ou des cellules aux objets imprimés. Spécialisée dans la bio-impression laser de peau, la start-up Poietis, issue il y a quatre ans d’un laboratoire Inserm de Bordeaux, s’est associée en juin 2018 avec l’équipe Prometheus de l’Université catholique de Louvain (KU Leuven, Belgique), experte en ingénierie tissulaire et régénération ostéocartilagineuse, rappelle le mensuel. L’objectif est de produire à la demande des portions de cartilage implantables.

Sciences et Avenir, 01/09

Le Parisien s’interroge : « Faut-il miser sur la médecine prédictive ? » Le quotidien souligne : « On est aujourd’hui capable d’anticiper voire d’éviter des pathologies graves à l’aide de tests génétiques. Mais ces techniques soulèvent de nombreuses questions ». Les consultations de génétique dans le service du CHU de Montpellier (Hérault) du cancérologue Pascal Pujol sont passées de 2 100 à 4 400 en trois ans. Dans un ouvrage intitulé « Voulez-vous savoir ? Ce que nos gènes disent de notre santé », le médecin plaide pour un élargissement des tests permettant de prédire des maladies, afin de mieux les soigner ou de les éviter. Il explique au Parisien : « La liberté de savoir doit primer ».

Le Parisien, 29/08

Sciences et Avenir souligne que l’équipe de Randall Bateman, professeur de neurologie à l’université Washington de Saint Louis, dans le Missouri (Etats-Unis), a conçu un test sanguin permettant de détecter dans le cerveau les plaques amyloïdes caractéristiques de la maladie d’Alzheimer bien avant l’apparition d’éventuels symptômes. Le mensuel précise : « La précision du test sanguin correspond à 94 % aux résultats des tests de référence, plus invasifs ».

Sciences et Avenir, 01/09

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube