Synthèse de presse

29 novembre 2018

12h35 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser.
Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

La santé des personnes vulnérables de plus en plus menacée par le changement climatique

Un rapport paru dans The Lancet et signé par des experts internationaux révèle que les problèmes de santé liés à la chaleur augmentent dans le monde à cause des effets du changement climatique sur les personnes âgées, les urbains et les patients déjà affaiblis par une maladie. L’Europe est plus vulnérable que l’Afrique et l’Asie du Sud-Est car elle compte davantage de personnes âgées qui vivent dans les villes, où les effets de la chaleur peuvent être particulièrement ravageurs, selon ce rapport. « La santé mondiale dans les siècles à venir dépendra de la nature et de l’échelle des réponses que nous apporterons au changement climatique », a souligné l’une des auteurs de ces travaux, la Pr Hilary Graham de l’université britannique de York. Ce rapport annuel, baptisé « Compte à rebours sur la santé et le changement climatique », mesure 41 indicateurs-clés concernant ces deux sujets. Son édition 2018 est publiée à quatre jours de l’ouverture en Pologne de la 24e conférence mondiale sur le climat (COP24). « Conséquence de la hausse des températures provoquée par le changement climatique, les populations vulnérables sont exposées à des coups de chaleur, ce qui augmente leur risque de développer des maladies cardiovasculaires et rénales », expliquent les auteurs.

AFP, 29/11

Lancement du plan pour l’intelligence artificielle

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat au numérique, ont présenté hier à Toulouse le plan détaillé pour l’intelligence artificielle (IA). L’enveloppe globale s’élève à 665 millions d’euros de dépenses du budget de l’Etat jusqu’en 2022, auxquels s’ajoutent des investissements du secteur privé qui porteront l’ensemble à un milliard d’euros. Ce plan vise à encourager la recherche publique et privée dans l’IA, pour faire de l’Hexagone un leader mondial, indique La Croix. L’un des axes vise à soutenir les chercheurs français et attirer des talents étrangers. Le gouvernement compte doubler le flux annuel des doctorants (250 aujourd’hui) ; 70 millions d’euros y seront consacrés. En outre, 100 millions d’euros seront réservés, d’ici à 2022, à des appels à projets de recherche. Le gouvernement investira aussi 115 millions d’euros dans les superordinateurs, dont la puissance de calcul est nécessaire aux chercheurs. Pour favoriser le rapprochement entre universités et entreprises, le gouvernement veut créer 50 laboratoires communs à ces deux univers spécialisés en IA, les « Labcom », pour un total de 40 millions. Enfin, le renforcement des coopérations bilatérales, européennes et internationales sera encouragé, sur la base de ce qui se fait déjà avec l’Allemagne.

La Croix, 29/11

En Bref

Les scientifiques condamnent unanimement les manipulations génétiques réalisés par le chercheur chinois, He Jiankul. Ce dernier a présenté hier ses travaux, qui ont conduit à la naissance de deux bébés génétiquement modifiés, lors du deuxième sommet international sur l’édition génomique humaine à Hongkong. « Le fait que l’un des parents soit infecté par le VIH pour justifier la manipulation est absolument effarant, réagit le Pr Pierre Corvol, membre de l’Académie des sciences et de l’Académie de médecine. Nous préparons un communiqué conjoint de nos deux académies pour condamner fermement cette initiative. » « Ce type est complètement fou, c’est parfaitement scandaleux (…) », souligne le président du Comité consultatif national d’éthique (CCNE), Jean-François Delfraissy. Le chercheur chinois a annoncé hier faire une « pause » dans ses essais, en raison du tollé international.

Sciencesetavenir.fr, 28/11, Le Figaro, 29/11, Libération, 29/11

Dans un entretien accordé aux Echos, Matthieu Ricard, moine bouddhiste, interprète du Dalaï-Lama et ancien chercheur en biologie moléculaire, souligne : « J’ai participé à une étude pilote dans le cadre du projet « Silver Santé » sur l’influence de la méditation sur le vieillissement financée par la Commission européenne ». Il ajoute : « L’étude Silver Santé se poursuit maintenant à l’Inserm de Caen sur plusieurs centaines de volontaires de plus de 65 ans qui n’avaient jamais pratiqué la méditation ». « L’entraînement à la compassion est possible comme le montrent les travaux de Richard Davidson et Tania Singer, ou d’Antoine Lutz à l’Inserm de Lyon. (…) Si vous vous exercez régulièrement, vous pouvez entraîner votre cerveau à la bienveillance, à travers la méditation, comme on fait des gammes de piano », explique-t-il.

Les Echos Week-end, 30/11

La Maison des lanceurs d’alerte a ouvert ses portes le 22 novembre à Paris. Elle vise à protéger et à aider ces hommes et ces femmes qui prennent des risques personnels pour l’intérêt général. Il s’agit souvent de scientifiques, souligne L’Humanité Dimanche. Ce projet a été porté par les fondations Science citoyenne et Transparency International France.

L’Humanité Dimanche, 29/11

La capitale française est particulièrement touchée par l’épidémie du sida, alerte l’Observatoire régional de santé (ORS) dans une étude portant sur les huit départements franciliens. « La région a toujours été touchée de manière importante, et ce, principalement au centre de la capitale, dans les quatre premiers arrondissements », affirme Isabelle Grémy, directrice de l’ORS. En 2016, le nombre de personnes ayant découvert leur séropositivité VIH était de 206 par million d’habitants, soit près de quatre fois le taux estimé en France métropolitaine.

20 Minutes, 29/11

Une étude épidémiologique, intitulée « Santé mentale des actifs en France », de la Fondation Pierre-Deniker pour la recherche et la prévention en santé mentale, publiée le 26 novembre, révèle que plus d’une personne en emploi sur cinq (26% des femmes et 19% des hommes) présente « une détresse orientant vers un trouble mental ». Selon l’étude, les facteurs aggravants sont : la surcharge de travail, l’organisation physique de l’espace de travail, la perte de contrôle du temps et l’accumulation des préoccupations privées et professionnelles

 Le Monde, édition Eco et Entreprise, 29/11

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube