Synthèse de presse

05 septembre 2019

12h05 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

Cryothérapie : efficacité non démontrée et risques réels

Selon un rapport de l’Inserm, dont les conclusions sont reprises dans la récente enquête de Que Choisir, l’intérêt de la cryothérapie pour les sportifs ou pour soulager divers problèmes de santé n’est pas prouvé alors que ses effets secondaires sont potentiellement graves. Cette technique qui consiste à s’exposer à un froid extrême (-110 °C à -180 °C) pendant trois minutes est de plus en plus en vogue : environ 300 centres répartis sur tout le territoire la proposeraient, la présentant souvent comme une véritable panacée. Or, des effets secondaires potentiellement graves ont été constatés. Les brûlures, parfois extrêmement sévères, sont probablement les plus fréquentes mais l’Inserm en a identifié d’autres : « céphalées ou accentuations des douleurs présentes, urticaire chronique au froid, panniculite, intolérances digestives, plusieurs cas d’ictus amnésique, un cas de dissection de l’aorte abdominale». Aussi bien du fait de ses revendications que de ses possibles effets secondaires, la cryothérapie devrait être encadrée par les autorités de santé, estime Que Choisir. Or, pour l’heure, n’importe qui peut ouvrir un centre, aucune compétence particulière n’est requise.

Quechoisir.org, 04/09

Lire la brève Inserm du 04/09/2019 : “Cryothérapie : peu de bénéfices prouvés, des effets secondaires réels.”

Patrick Mehlen, nouveau directeur du Centre de recherche en cancérologie de Lyon (CRCL)

La Tribune rend compte de la nomination de Patrick Mehlen, 51 ans, au poste de directeur du Centre de recherche en cancérologie de Lyon (CRCL – Inserm / CNRS / Université Claude Bernard Lyon 1 / Centre Léon Bérard). Il a été nommé sur proposition du conseil scientifique international du CRCL, précise le quotidien. Le chercheur en cancérologie, spécialiste de la mort cellulaire et des récepteurs à dépendance, mécanismes clés dans la formation et la progression des cancers connaît bien l’institut, dont il était directeur adjoint et directeur de la recherche et de l’innovation. Chercheur, titulaire de nombreux prix (dont la médaille d’argent du CNRS en 2005), Patrick Mehlen est également un entrepreneur. Il a créé la biotech Netris Pharma, hébergée sur le site du Centre Léon Bérard.

La Tribune, 05/09

En Bref

Le Grenelle des violences conjugales s’est ouvert mardi 3 septembre, indique Le Quotidien du Médecin. Il ne manquera pas d’aborder la question de l’hébergement des victimes et de leur accueil par la justice et la police, souligne le quotidien. Mais, les médecins ont également un rôle important dans le repérage des violences et la prise en charge des victimes. La petite majorité des femmes qui arrivent à en parler se tournent plus facilement vers le médecin : 30 % consultent un psychiatre ou un psychologue, et 27 % un médecin. De plus, la femme rencontre des soignants à des moments cruciaux de sa vie : contraception, interruption volontaire de grossesse, grossesse (près de 2 % des femmes enceintes subiraient des violences physiques selon l’Inserm). « Malgré la littérature scientifique, la France n’a pas encore compris qu’il s’agit d’un problème de santé publique », déplore le Dr Muriel Salmona, psychiatre et présidente de l’association Mémoire traumatique et victimologie.

Le Quotidien du Médecin, 05/09

Le Quotidien du Médecin rend compte d’études qui montrent que l’activité physique permet de vivre plus longtemps. L’Inserm rappelle dans son expertise collective 2019 sur les maladies chroniques que l’inactivité physique est l’un des principaux facteurs de risque sur lequel il est possible d’agir pour prévenir ces maladies (avec la consommation de tabac notamment).

Le Quotidien du Médecin, 05/09

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube