Synthèse de presse

07 décembre 2018

12h52 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm   est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Cancer du sein : un test sanguin pour aider à choisir le traitement

Selon un essai clinique présenté hier au Symposium sur le cancer du sein de San Antonio (Texas) par le Pr François-Clément Bidard, oncologue à l’Institut Curie, un test sanguin de détection des cellules tumorales pourrait aider à choisir le traitement le plus adapté dans certains cancers du sein, et ainsi améliorer la survie des patientes, rapporte l’AFP. Au cours de cet essai clinique qui a inclus 778 patientes d’une quinzaine d’hôpitaux français, la moitié a vu son traitement choisi en fonction de l’évaluation du médecin et l’autre moitié en fonction de son taux de cellules tumorales circulantes (CTC). Pour 300 d’entre elles, le traitement indiqué par le dosage des CTC ne correspondait pas à celui qu’aurait choisi le médecin. Et, selon les chercheurs, « les femmes qui auraient été traitées par hormonothérapie d’après le médecin mais avaient finalement reçu une chimiothérapie à cause de leur taux élevé de CTC dans le sang voyaient leur survie augmentée ».

AFP, 06/12

Produit de dialyse au citrate : trop tôt pour parler de risque de surmortalité, selon l’ANSM

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a indiqué qu’une étude montrant une surmortalité parmi les patients dialysés avec un produit au citrate constitue « un signal à prendre en compte », mais qu’il est trop tôt pour « statuer sur un éventuel risque ». L’ANSM avait convoqué une réunion d’urgence mercredi après avoir été alertée par l’association Renaloo sur les risques posés par un produit de dialyse au citrate. Les participants à cette réunion – patients, médecins et autorités sanitaires – « estiment que ces résultats très préliminaires constituent un signal à prendre en compte mais qu’il est nécessaire de poursuivre les investigations avant de statuer sur un éventuel risque de surmortalité et d’effets indésirables tels que des crampes en cas d’utilisation du dialysat au citrate chez les patients en hémodialyse chronique », concluent-ils dans un communiqué commun. L’AFP rappelle que l’alerte de Renaloo fait suite à la présentation lors d’un congrès, le 3 octobre, d’une étude du Dr Lucile Mercadal (Inserm et Hôpital de la Pitié-Salpêtrière) menée à partir des données du registre REIN géré par l’Agence de biomédecine. Dans l’attente des résultats d’« investigations complémentaires et indépendantes sur les données actualisées, élargies et individuelles sur les patients dialysés », les participants ont néanmoins jugé qu’une « attention particulière » devait être recommandée pour l’utilisation de ce produit.

AFP, Lemonde.fr, Liberation.fr, Lexpress.fr, Doctissimo.fr, Santemagazine.fr, Journaldesfemmes.com, 06/12, Libération, 07/12

En Bref

Des chercheurs, dont les travaux sont publiés dans la revue Fertility and Sterility, révèlent que la pollution augmente le risque de fausse couche. Cette étude a été menée en utilisant les données de 1 300 femmes ayant fait une fausse couche entre 2007 et 2015 dans une région très peuplée de l’Etat de l’Utah aux Etats-Unis, le Wasatch Front. L’équipe scientifique a constaté que le risque de fausse couche était supérieur de 16% pour les femmes exposées à un pic de pollution au dioxyde d’azote.

Pourquoidocteur.fr, 06/12

L’AFP rend compte de l’essor des logiciels dits « thérapeutiques », qui permettent de suivre sur smartphone sa maladie. Ainsi, l’application spécialisée, MSCopilot, récemment validée par un essai clinique, propose une série de tests (de motricité, dextérité et cognition) aux patients atteints de sclérose en plaques, utilisant les fonctionnalités de leurs smartphones. Les données collectées par l’application sont transmises en temps réel au neurologue du patient, en vue de sa prochaine consultation

AFP, 07/12

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube