Synthèse de presse

07 novembre 2019

12h16 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

Vapotage et risque cardiovasculaire

Les cigarettes électroniques pourraient avoir des effets nocifs sur le système cardiovasculaire, révèle une étude, qui juge prématuré de les considérer comme « une alternative sûre » aux cigarettes. « Les e-cigarettes contiennent de la nicotine, des particules fines, des métaux et des arômes, ce n’est pas simplement de la vapeur d’eau inoffensive », souligne l’auteur principal de ces travaux, le Pr Loren Wold, de l’université de l’Etat de l’Ohio (Etats-Unis). « Les études sur la pollution de l’air montrent que les particules fines (moins de 2,5 microns) pénètrent dans la circulation sanguine et ont des effets sur le cœur. Les données sur les e-cigarettes pointent dans cette direction », explique-t-il. Cette étude, qui compile les précédents travaux sur le sujet, est publiée dans la société européenne de cardiologie (ESC), Cardiovascular Research. Les auteurs pointent l’action de la nicotine, qui augmente la pression sanguine et le rythme cardiaque, ainsi que des particules fines, qui peuvent provoquer un durcissement des artères et des inflammations. Tous ces effets suggèrent que « l’utilisation chronique d’e-cigarettes pourrait augmenter le développement de maladies cardio-vasculaires », jugent les auteurs de l’étude.

AFP,07/11

Les médecins prescrivent plus quand ils reçoivent des cadeaux des laboratoires

Une étude française, parue dans le British Medical Journal, montre un lien entre les avantages offerts par les laboratoires et le coût des prescriptions des généralistes. « Les avantages perçus sont associés en moyenne à des ordonnances plus coûteuses pour l’Assurance-maladie et moins en conformité avec les recommandations sanitaires pour les médicaments étudiés, indique le Dr Pierre Frouard, chercheur à l’université de Rennes et coordonnateur de l’étude. Même si la relation de cause à effet n’est pas démontrée, ce constat doit pousser les scientifiques à s’emparer des données disponibles pour poursuivre les recherches. » L’étude, qui a également associé des chercheurs du CHU de Rennes et de l’Inserm, repose sur une exploitation de la base Transparence Santé, mise en place en 2013 après le scandale du Mediator pour lever le voile sur les liens d’intérêt dans le secteur de la santé, précise Le Figaro. Les informations de ce registre (renseigné par les laboratoires pharmaceutiques) ont été croisées, pour l’année 2016, avec le système national des données de santé de l’Assurance-maladie.

France Culture, Destinationsante.com, La-croix.com, 06/11, Le Figaro, 07/11

En Bref

Paris Match publie une enquête sur des patients âgés de moins de 60 ans atteints de la maladie d’Alzheimer. Ces malades ont été diagnostiqués tardivement et ont été privés, pendant plusieurs années, des traitements qui pouvaient freiner la maladie. « Entre 5 000 et 8 000 jeunes de moins de 60 ans » sont touchés par la forme précoce de la maladie, estime Florence Pasquier, neurologue responsable du Centre mémoire de ressources et de recherche (CMRR). Même si pour l’instant aucun remède n’est efficace, les chercheurs travaillent sur un nouveau médicament. Celui-ci demeure encore cher et expérimental. Le Pr Bruno Dubois, chef de l’unité de neurologie et directeur de l’Institut de la mémoire et de la maladie d’Alzheimer, qui accorde une interview au journal, a participé aux études sur l’aducanumab.

Paris Match, 07/11

Paris Match note que la gastro-entérite revient avec plusieurs semaines d’avance. « Le seuil épidémique a été franchi en Paca, dans les Hauts-de-France et le Grand Est », signale le réseau Sentinelles.

Paris Match, 07/11

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube