Synthèse de presse

09 janvier 2020

11h25 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

Dyspraxie : publication par l’Inserm de nouvelles recommandations

Le trouble développemental de la coordination (TDC) ou dyspraxie touche environ 5 % des enfants, selon un groupe d’experts réuni par l’Inserm qui a publié ses recommandations le 9 décembre 2019. L’accès à un diagnostic posé par des professionnels formés constitue la priorité des recommandations de l’Inserm. Le groupe d’experts recommande de réaliser un premier bilan en cas de suspicion de TDC. « Ce premier bilan est particulièrement important car il va orienter la suite, notamment le besoin ou non de bilans complémentaires mais aussi la prise en charge », affirme le rapport. En outre, l’Inserm encourage l’utilisation de tests standardisés et normés afin de « recueillir des mesures fiables » et de « favoriser ensuite le suivi ». Il ajoute que toute démarche de diagnostic doit être menée par un groupe constitué au moins d’un spécialiste de la motricité et un médecin. Le groupe d’experts précise qu’il n’existe pas d’intervention-type pour traiter la dyspraxie. Ils conseillent la prescription de séances de groupe pour les enfants les moins touchés et des séances individuelles pour les autres. L’Inserm recommande de centrer les interventions sur l’apprentissage des compétences nécessaires à la scolarité et la vie quotidienne, et d’impliquer davantage les familles, enseignants et intervenants extérieurs autour de l’enfant.

Francetvinfo.fr, Allodocteurs.fr, 08/01

Reprise du communiqué du 9/12/2019: ” Troubles développementaux de la coordination ou dyspraxie, une expertise collective de l’Inserm

Variation des principales causes de mortalité selon les revenus des pays

Le Figaro explique que le Pr Salim Yusuf, cardiologue à l’université Mac Master de Hamilton au Canada, a publié l’année dernière les résultats d’une étude prospective internationale réalisée avec des chercheurs de 21 pays. Les analyses comparaient la situation de 4 pays à hauts revenus (Canada, Arabie saoudite, Suède et Emirats arabes unis), 12 pays à revenus moyens (Argentine, Brésil, Chili, Chine, Colombie, Iran, Malaisie, Palestine, Philippines, Pologne, Turquie, Afrique du Sud) et 5 pays à bas revenus (Bangladesh, Inde, Pakistan, Tanzanie, Zimbabwe). « C’est une superbe étude », indique le Pr Philippe Amouyel, professeur de santé publique au CHU de Lille et directeur d’une unité de recherche Inserm, « à la fois par le nombre de pays et de personnes engagés et aussi parce que c’est une véritable étude prospective [qui suit une cohorte bien définie sur une période donnée] et non une méta-analyse ». Un peu plus de 155 000 personnes âgées de 35 à 70 ans, sans problème cardio-vasculaire au départ de l’étude, ont donc été suivies de 2005 à 2016. Parmi elles, 10 234 sont décédées, dont 2 917 de causes cardio-vasculaires. Dans les pays pauvres, la pollution de l’air intérieur et le faible niveau d’instruction font partie des principaux facteurs de risque de mortalité.

Le Figaro, 09/01

En Bref

La préfecture de Charente-Maritime a pris, mardi soir, un arrêté interdisant le ramassage et la commercialisation des coquillages en claires (huitres) dans deux zones du bassin de Marennes-Oléron, les communes de Chaillevette et La Tremblade. Elles sont contaminées par des norovirus, le virus de la gastro-entérite. Déjà la semaine dernière, plusieurs bassins de production ont été fermés dans le Morbihan et la baie du Mont-Saint-Michel.

Aujourd’hui en France, 09/01

Selon le réseau de surveillance Sentinelles-Inserm, la gastro-entérite a marqué une « activité forte », en augmentation en médecine générale au cours de la semaine du 30 décembre au 5 janvier. En métropole, la semaine dernière, le taux de nouveaux cas de diarrhée aiguë vus en consultation de médecine générale a été estimé à 326 cas pour 100.000 habitants. La grippe, quant à elle, poursuit sa progression, et si aucune région n’a franchi le seuil épidémique en France métropolitaine, onze sur treize ont atteint la phase de pré-épidémie la semaine dernière, contre la moitié la semaine précédente, selon le bulletin hebdomadaire de l’agence sanitaire Santé publique France publié hier. L’épidémie de bronchiolite continue dans toutes les régions de métropole ainsi que dans les Antilles à l’exception de Saint-Barthélémy.

AFP, Bfmtv.com, Francebleu.fr, 08/01

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube