Synthèse de presse

13 mai 2019

11h46 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm  est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.      

Les océans, nouvel eldorado de la recherche pharmaceutique

Le Figaro souligne que « les océans recèlent une foule de molécules inconnues », ce qui représente un « nouvel eldorado de la recherche pharmaceutique ». Bernard Banaigs, chimiste, chercheur Inserm à l’Université de Perpignan, explique : « (…) C’est en étudiant les molécules de défense chimique que ces organismes émettent que l’on pourra dénicher de nouvelles molécules antibactériennes ou cytotoxiques (anticancer) ». Et d’ajouter : « Il faut que la molécule marine prometteuse ne se fasse pas recaler en raison d’effets secondaires trop intenses, et qu’elle puisse être copiée ». Bernard Banaigs constate : « La France, qui possède l’un des plus grands domaines maritimes au monde, y consacre un budget inférieur à l’Allemagne qui n’a pourtant quasi pas de côtes. Nos équipes passent plus de temps à rechercher des financements que des molécules marines ! Il y aurait urgence à constituer des équipes multidisciplinaires avec des chimistes, des biologistes, des médecins, des pharmacologues, etc., ou à renforcer celles existantes et donner les moyens à ces équipes de travailler sur les organismes présents sur nos côtes. » Le journal se penche sur Franck Zal, dirigeant d’Hemarina, découvreur via le ver marin du premier transporteur d’oxygène universel au monde, HEMO2life.

Le Figaro, 13/05

Prix de l’inventeur européen 2019 : deux chercheurs de l’Inserm finalistes

Deux chercheurs de l’Inserm sont finalistes du Prix de l’inventeur européen, selon LesEchos.fr. Jérôme Galon, immunologiste, chercheur et entrepreneur, est le seul Français cette année parmi les finalistes du Prix de l’inventeur européen, décerné par l’Office européen des brevets (OEB). Directeur de recherche à l’Inserm, il a travaillé sur la réponse immunologique du corps humain au cancer. Ses travaux en oncologie ont abouti à la création et au brevetage d’une technologie de mesure de cette réponse immunitaire, explique le site. Baptisée « Immunoscore », elle permet des diagnostics plus précis, des traitements plus adaptés et une prédiction du risque de récidive de cancer. Pour ses travaux, Jérôme Galon est nommé dans la catégorie « recherche » du Prix de l’inventeur européen. L’Italienne Patrizia Paterlini-Bréchot, installée en France depuis trente ans, chercheuse en oncologie à l’Inserm, est également nommée dans la catégorie « recherche » du Prix de l’inventeur européen. Ses travaux ont permis la mise au point d’une méthode de dépistage précoce du cancer grâce à une simple prise de sang. Ce test sanguin baptisé « Iset » est capable de détecter des cancers plusieurs mois, voire années, avant d’autres techniques, en particulier visuelles. Cette découverte est brevetée par l’université Paris Descartes, l’Inserm et l’AP-HP, et est exploitée par la société Rarecells Diagnostics cofondée en 2009 par Patrizia Paterlini-Bréchot.

LesEchos.fr, 10/05

En Bref

Francetvinfo.fr rapporte que, cinq ans après sa création, la start-up niçoise TherAchon vient d’être rachetée par Pfizer. Le laboratoire niçois a identifié une molécule qui pourrait lutter contre l’achondroplasie, la forme la plus répandue de nanisme. Un traitement en injection sous cutanée pourrait être commercialisé dans au moins 5 ans. « En cas de commercialisation, l’Inserm touchera des royalties sur la vente du médicament », précise le site.

Francetvinfo.fr, 10/05, France3 Côte d’Azur, 10/05

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube