Synthèse de presse

19 février 2019

11h25 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm  est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.      

 

Hépatite C : réduction du risque de mortalité de moitié grâce aux AAD

Des chercheurs français de l’Inserm, Sorbonne Université, hôpitaux Cochin et Saint-Antoine de Paris, avec le soutien de l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS), ont étudié l’impact des antiviraux à action directe (AAD) sur l’hépatite C « en vie réelle ». Pour cela, ils ont mené une étude auprès de 9 895 patients infectés par le virus de l’hépatite C (VHC) et inclus dans la cohorte ANRS C022 Hepather entre 2012 et 2015. Parmi eux, 7 344 patients avaient reçu des AAD. Les résultats ont montré que les AAD étaient associés à une diminution de la mortalité et de la survenue de carcinomes hépatocellulaires. En effet, après ajustement des différents facteurs individuels (âge, avancement de la maladie, présence d’autres pathologies…), les patients traités par AAD avaient un risque de mortalité diminué de 52 % et un risque de développer un cancer du foie diminué de 33 % par rapport aux patients présentant un stade de la maladie similaire mais ne prenant pas d’AAD.

Egora, 18/02

Des chercheurs inversent pour la première fois la surdité chez des souris

FranceInter.fr rapporte que des scientifiques de l’Institut Pasteur, de l’Inserm et du CNRS ont réussi à soigner la surdité chez des souris en remplaçant un gène défectueux par un gène normal. Il s’agit d’une première mondiale qui offre des perspectives d’alternative aux implants pour les enfants sourds de naissance. Le site précise que les chercheurs de l’Institut Pasteur, de l’Inserm, du CNRS, du Collège de France, de la Sorbonne et de l’université de Clermont Auvergne ont mis au point une thérapie qui restaure l’audition de souris atteintes de surdité congénitale. Saïd Safiédine, directeur de recherche à l’Institut Pasteur : « C’est vraiment une première mondiale, la première fois qu’on inverse une surdité génétique par la thérapie génique. Au bout de deux semaines on a remarqué que la souris a récupéré une audition quasi normale, on met en place un micro dans l’oreille de la souris, on envoie des sons et on enregistre l’activité crânienne qui reflète l’activité du nerf auditif de la souris ».

Lire notre communiqué du 18/02/2019 : “La thérapie génique inverse durablement une surdité congénitale chez la souris”

FranceInter.fr, 19/02

En Bref

Des chercheurs japonais ont annoncé hier le prochain lancement d’un essai clinique inédit au moyen de cellules souches induites (iPS) pour traiter des lésions de la moelle épinière, rapporte l’AFP. Cette tentative d’une équipe de l’Université Keio à Tokyo, approuvée par les autorités, doit avoir lieu plus tard cette année et concernera dans un premier temps quatre patients, précise l’agence de presse. Il s’agira de transplanter à chacun 2 millions de cellules pluripotentes induites (iPS) dans leur épine dorsale, opération suivie d’un programme de rééducation et d’une surveillance pendant un an. Cet essai, présenté comme « une première au monde », a pour objectif principal de vérifier l’innocuité des cellules transplantées et de valider la méthode de transplantation. L’étude sera menée sur des patients âgés de 18 ans ou plus qui ont complètement perdu leurs fonctions motrices et sensorielles.

AFP, 18/02

L’alcool a provoqué le décès de 41 000 personnes en 2015, soit 7 % de la mortalité en France, indique une étude publiée par Santé publique France ce mardi. Parmi ces victimes, 16 000 ont succombé à un cancer, 9 900 à une maladie cardiovasculaire telle qu’un infarctus, 6 800 à une maladie digestive, 5 400 à un accident ou à un suicide, et plus de 3 000 à une maladie mentale. Les trois quarts des victimes étaient des hommes. Par ailleurs, le Bulletin épidémiologique hebdomadaire publié ce mardi révèle, sur près de 12 500 jeunes âgés de 17 ans, ceux ayant consommé de l’alcool dans le mois précédent n’avaient eu aucune difficulté à s’en procurer : 91 % en avaient acheté en magasin et 77,5 % dans un débit de boisson ; plus de la moitié (53 %) n’avait jamais eu à présenter de carte d’identité.

Le Figaro, Les Echos, 19/02

Des chercheurs de la faculté de médecine Albert Einstein (New York) ont publié une étude démontrant que les boissons light augmentent le risque de problèmes cardiaques chez les femmes ménopausées. Ainsi, la consommation de plusieurs sodas light par jour chez les femmes ménopausées serait associée à une augmentation du risque de subir un accident vasculaire cérébral causé par une artère obstruée (infarctus cérébral) en particulier une petite artère, selon leurs travaux publiés dans le journal Stroke. Les chercheurs ont analysé les données de 81 714 femmes ménopausées ayant participé à une étude dont le suivi a duré douze ans.

Santemagazine.fr, 18/02

Selon une étude qui se base sur près de 24 000 dossiers de candidature déposés en cinq ans auprès des Instituts de recherche en santé (IRS) du Canada, principal organisme public de financement de la recherche médicale, les femmes scientifiques au Canada ont plus de difficultés à obtenir des financements pour leurs travaux de recherche que les hommes, lorsque le processus de sélection est personnalisé. Quand l’examen des candidatures est seulement basé sur la recherche elle-même, l’écart entre les deux sexes pour les dossiers acceptés n’est que de 0,9 %. Mais il atteint 4 %, au désavantage des femmes, quand l’examen est basé sur les scientifiques.

La Croix, 19/02

Selon une nouvelle étude, le risque de développer un lymphome non hodgkinien (LNH), une forme rare de cancer du sang, est accru de 41 % pour les travailleurs les plus exposés au glyphosate. Inventé par Monsanto, l’herbicide vendu sous le nom commercial de Roundup est aujourd’hui le plus utilisé au monde. « Ces résultats sont très convaincants », a expliqué l’une des auteures, Emanuela Taioli, professeure d’épidémiologie à l’Icahn School of Medicine at Mount Sinai (New York).

Le Monde, 19/02

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube