Synthèse de presse

02 septembre 2019

11h54 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

Découvertes du langage des neurones

Les Echos rendent compte des travaux de Christophe Bernard, chercheur à l’Institut de neurosciences des systèmes (Aix-Marseille Université), et son équipe, qui apportent plusieurs éléments d’éclairage sur le langage que le cerveau utilise pour se parler à lui-même, le langage neuronal. Les chercheurs se sont penchés sur les cerveaux de rats endormis. Cette étude, publiée dans Science Advances, a notamment permis de constater que sur la centaine de neurones mis sur écoute par les auteurs de l’expérience, 50 % ont, à un moment ou à un autre, pris le relais de leurs voisins pour permettre le travail de consolidation de la mémoire. Le quotidien explique qu’on passe d’une vision très pyramidale du fonctionnement du cerveau, avec les hubs au sommet, à une vision beaucoup plus aplatie, et beaucoup plus démocratique. Par ailleurs, Christophe Bernard et son équipe ont constaté que l’architecture du cerveau est, non pas fixe, mais liquide. Ainsi, si une partie du circuit est « grillée », il est toujours possible de la contourner.

Les Echos, 02/09

Mise au point d’organoïdes

Aujourd’hui en France explique que les « organoïdes cérébraux » sont des constructions en 3D, qui existent depuis une dizaine d’années. Des neurones ont été artificiellement créés à partir de cellules souches adultes pour modéliser le système nerveux. Mais, pour la première fois, des chercheurs californiens, dont les travaux sont publiés dans la revue Cell Stem Cell, y ont détecté une activité électrique proche de celle de l’humain et plus exactement d’un bébé prématuré. « Ce sont des recherches très intéressantes. L’idée – puisque nous ne sommes pas capables de mettre des électrodes dans le cerveau d’un fœtus en développement – est d’avoir des modélisations pour voir la genèse du fonctionnement de notre cerveau et de comprendre comment apparaissent les premières activités », décrypte le neurobiologiste et directeur de recherches au CNRS Hervé Chneiweiss, qui refuse pour autant de parler de « mini-cerveaux ». A partir de l’étude, les chercheurs américains évoquent des voies de recherches possibles qui pourraient s’ouvrir pour l’épilepsie ou l’autisme. Le cerveau n’est pas le seul à profiter des organoïdes. L’Inserm travaille à leur fabrication à partir de cellules tumorales prélevées aux patients atteints d’un cancer du pancréas. L’objectif est de créer un mini-organe pour tester des médicaments et administrer aux malades le meilleur traitement possible.

Aujourd’hui en France, 31/08

En Bref

Journaldesfemmes.com présente une nouvelle étude, publiée dans The Lancet, qui confirme que les femmes ménopausées suivant un traitement hormonal ont plus de risque de développer un cancer du sein. Ce sur-risque persisterait même jusqu’à 10 ans après l’arrêt du traitement. Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs du Groupe de collaboration sur les facteurs hormonaux dans le cancer du sein ont décortiqué les résultats de 58 études portant sur plus de 100 000 femmes ménopausées. Les chercheurs ont conclu qu’une femme occidentale de poids moyen (avec un IMC normal) ayant utilisé quotidiennement pendant 5 ans un THM combiné (donc contenant de l’œstrogène et un progestatif) avait 8,3 % de risque de développer un cancer du sein entre 50 et 69 ans, soit 2 % de risque en plus qu’une femme du même âge ne prenant pas de THM.

Journaldesfemmes.com, 30/08

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube