Synthèse de presse

27 novembre 2018

18h27 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser.
Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.

 

Rapport sur la santé périnatale en France et en Europe en 2015

Destinationsante.com et Topsante.com rendent compte du rapport Euro-Peristat publié par l’Inserm hier sur la santé périnatale en France et en Europe en 2015. L’Inserm publie le 3e volet de ce rapport, après les deux premières évaluations diffusées en 2004 et 2010. Mené à l’échelle européenne, ce projet rassemble les statistiques de 31 pays. « Avec 1 césarienne pour 5 naissances en 2015 (20,2%), la France se situe au 7e rang sur 31 pays, ce qui la classe dans le groupe de pays ayant des taux bas », indiquent les chercheurs de l’équipe Epopé du Centre de recherche épidémiologie et statistique. Depuis 2010, cette donnée se stabilise en France alors que le recours à la césarienne tend à prendre de l’ampleur dans 17 des 31 pays européens. Avec 7,1% des naissances avant terme, les chiffres de la prématurité restent stables en France depuis 2012. Par ailleurs, la mortalité autour de la naissance reste « globalement basse en France comme dans les autres pays européens ». En revanche, le nombre d’enfants mort-nés (mortinatalité) en France dépasse la moyenne européenne. Ainsi, l’Hexagone se classe au 21e rang avec 3 décès pour 1 000 naissances, après exclusion des interruptions médicales de grossesse. En outre, 16,3% de femmes enceintes continuent de fumer au 3e trimestre ce qui place le pays au 20e rang sur les 22 pays disposant de statistiques sur ce sujet, alors que la tendance est à la baisse dans presque tous les autres pays.

Destinationsante.com, Topsante.com, 26/11

Naissance des premiers bébés génétiquement modifiés ?

Le Figaro rapporte que « le MIT Technology Review et l’agence Associated Press ont mis le feu aux poudres en diffusant, le 25 novembre, des articles reprenant les propos de He Jiankui, qui affirme avoir modifié le génome de 16 embryons [humains] grâce à la technologie d’édition de gènes Crispr-Cas9 ». He Jiankui affirme dans une vidéo sur YouTube que « deux magnifiques petites filles chinoises (…) sont venues au monde il y a quelques semaines, en aussi bonne santé que n’importe quel autre bébé ». L’ADN de ces jumelles a été modifié pour les rendre résistantes au virus du sida, le père étant séropositif. Le chercheur et professeur associé à l’université des sciences et technologies du sud de la Chine (SUSTC) de Shenzhen, devrait annoncer, demain, officiellement la naissance de ces jumelles, premiers bébés génétiquement modifiés. Cette annonce reste cependant à confirmer. Le Pr Hervé Chneiweiss, président du Comité d’éthique de l’Inserm, estime que « neutraliser le gène CCR5 pour créer une résistance au VIH ne constitue pas une raison particulièrement forte pour modifier l’hérédité d’une personne et plus encore d’un bébé. Il existe des moyens plus faciles et moins coûteux de prévenir l’infection par le VIH ». A noter que ce mardi 27 novembre, un sommet international sur l’édition du génome humain s’ouvre à Hong Kong, souligne La Croix.

NouvelObs.com, 26/11, Le Figaro, La Croix, 27/11

En Bref

Selon une étude de Santé publique France, plus d’un quart des personnes diagnostiquées séropositives en France en 2017 et 2018 l’ont été de façon « trop tardive », ce qui retarde leur prise en charge et freine la lutte contre la transmission du VIH. Entre janvier 2017 et septembre 2018, 28% des personnes ont découvert qu’elles étaient porteuses du virus du sida à un stade avancé de l’infection, c’est-à-dire alors que la maladie s’était déjà déclarée ou avec un niveau très bas de lymphocytes CD4, des globules blancs ciblés par le VIH.

AFP, 27/11

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube