Synthèse de presse

04 février 2019

11h26 | Par INSERM (Salle de presse)

À ce jour, la synthèse de presse de l’Inserm   est réalisée à partir de la lecture de l’ensemble de la presse quotidienne nationale et régionale, de la plupart des hebdomadaires et mensuels grand public et de la presse spécialisée, ainsi que des retombées radio-télévision. Une « synthèse de presse » n’est qu’un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l’Inserm.      

Le vaccin du col de l’utérus « sûr et indispensable »

A l’occasion de la journée mondiale contre le cancer ce lundi 4 janvier, les autorités sanitaires affirment que la vaccination contre les papillomavirus humains (HPV) est « sûre et indispensable pour éliminer le cancer du col de l’utérus » et dénoncent des « rumeurs » sur une prétendue nocivité des vaccins. « Des rumeurs infondées entravent l’augmentation de la vaccination, qui est pourtant cruciale dans la prévention du cancer du col de l’utérus », s’est alarmée dans un communiqué Elisabete Weiderpass, directrice du Centre international de recherche sur le cancer (Circ/IARC), qui dépend de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Quelque 570 000 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus ont été diagnostiqués dans le monde en 2018, selon les chiffres du Circ/IARC. 310 000 femmes en meurent chaque année, essentiellement dans les pays à bas ou moyens revenus. « C’est le quatrième cancer le plus fréquent chez la femme », a souligné le Circ. Selon cet organisme, si la prévention ne monte pas en puissance, cette maladie risque de provoquer 460 000 morts par an d’ici 2040.

AFP, 04/02

Une loi de programmation pluriannuelle pour la recherche en 2021

A l’occasion des quatre-vingts ans du CNRS, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé vendredi, devant 1 000 directeurs de laboratoire, une loi de programmation pour la recherche, rapporte Le Monde. Elle doit entrer en vigueur en 2021. Cet instrument, qui existe pour la défense, vise à planifier sur au moins trois ans les dépenses et les ressources humaines dans la recherche, par définition une activité de long terme, afin d’éviter les à-coups budgétaires. La future loi, prévue pour être discutée en 2020 pour une application en 2021, reposera sur trois piliers : le financement, l’attractivité des carrières et la compétitivité, avec notamment les recherches partenariales publiques-privées. Trois groupes de travail d’une douzaine de personnes seront chargés, jusqu’en juillet, de la réflexion en amont de la rédaction de cette loi. Le gouvernement est resté flou sur les trajectoires quantitatives souhaitées pour les moyens et les emplois, explique le quotidien.

Le Monde, 02/02

En Bref

Les Echos se penchent sur les nouvelles pistes pour expliquer l’autisme. Le quotidien revient notamment sur les travaux d’une équipe de chercheurs français dans le cadre d’une collaboration entre la Fondation FondaMental, l’Inserm, l’Institut NeuroSpin du CEA et l’hôpital Henri-Mondor publiés en novembre dernier dans la revue Brain. Le journal souligne que « si le déficit de connexions longue distance paraît acquis (…), il n’en va pas de même de l’excès supposé de connexions courte distance ». « La force de notre étude, c’est qu’elle montre une corrélation entre, d’une part, ce déficit de connexions courte distance et, de l’autre, le déficit de cognition sociale que l’on observe chez la plupart des personnes avec autisme », souligne Marc-Antoine d’Albis, psychiatre à Henri-Mondor et principal auteur de l’étude.

Les Echos, 04/02

La start-up spécialisée dans le textile connecté Spinali, en partenariat avec l’Inserm de Strasbourg (Bas-Rhin), mettra sur le marché dès la fin de l’année un pansement connecté, rapporte Aujourd’hui en France. Il sera disponible à un prix fixé entre 20 € et 30 €. Placé sur une plaie, il est capable de détecter une infection, d’envoyer des données à un smartphone et de prévenir le patient ou le médecin, explique le quotidien.

Aujourd’hui en France, 04/02

Plusieurs milliers de personnes se sont réunies à Strasbourg, du 28 janvier au 2 février, à l’occasion du Forum européen de bioéthique, souligne La Croix. Le quotidien explique que cette rencontre a permis de s’interroger sur la mise en cause – ou non – d’un modèle bioéthique à la française. Le philosophe suisse Bernard Baertschi, membre du comité d’éthique de l’Inserm, indique : « La société française évolue vers une demande plus forte de liberté et d’autonomie, mais ces principes ne sont pas nouveaux. Des garde-fous bioéthiques continuent à exister : le principe de dignité, celui de solidarité, matérialisée par une prise en charge large de la Sécurité sociale. »

La Croix, 04/02

Une équipe de chercheurs de Sophia Antipolis, dirigée par Patrick Auberger, directeur de recherche Inserm, a mis en évidence les mécanismes qui expliquent l’échec des chimiothérapies prescrites dans le cadre de la leucémie aiguë myéloïde. Les travaux menés par l’équipe de Patrick Auberger ces dernières années ont révélé le phénomène à l’origine de cette résistance. L’azacytidine, une molécule cytotoxique, cause normalement la mort des cellules cancéreuses par apoptose, c’est-à-dire en en déclenchant leur « suicide ». Mais certaines cellules cancéreuses produisent et stockent en grandes quantités une protéine anti-apoptotique, BCL2L10, qui rend la chimiothérapie inefficace.

Sciencesetavenir.fr, 02/02

Archives

Une « synthèse de presse » n'est qu'un résumé des analyses et opinions des médias qui ont été lues pour la réaliser. Elle ne peut en aucun cas être interprétée comme reflétant le point de vue de l'Inserm. Sont mis à disposition, dès lors qu'ils existent, les liens vers les articles de presse cités dans la synthèse.

Ces liens, actifs à la date de la mise en ligne de la synthèse, sont susceptibles de ne plus l'être quelques jours plus tard.





fermer
fermer
RSS Youtube